Paul Sunderland excellent lecteur d’Alain Schmoll pour le site « Mauvaise nouvelle »

De l’anarchiste à l’anarque

Par Paul Sunderland 

Ouvrage: La tentation de la vague
Auteur : Alain Schmoll

Editeur : L’Harmattan

« J’ai compris que le pouvoir de changer le monde n’appartiendrait qu’à celui qui saurait dompter les vagues, les dresser à sa main, les conduire comme un guerrier mène sa monture à la victoire. J’ai compris surtout que ce guerrier n’existait pas, que nul prophète, nul combattant, sur cette terre, ne pourrait jamais maîtriser la puissance destructrice de la nature. J’ai compris que mes défis de nageur n’étaient que des jeux d’enfants, que ma fascination pour la vague ultime n’était qu’une chimère et que tout détruire dans l’idée de tout reconstruire n’avait pas de sens. »

Deux hommes que bien des choses séparent vont voir se rejoindre leurs destinées. Werner est ce qu’on appelle un fils de famille. Beau, riche, oisif, célibataire, il rechigne à reprendre en main la grande entreprise familiale spécialisée dans la filière fromages lorsqu’il apprend que son père est malade et ne pourra guérir. Romain est un activiste d’ultra-gauche formé dans les milices castristes. Très épris de sa camarade de lutte Julia, il organise une manifestation officiellement écologique dans une ZAD de la province française. Mais dans un contexte d’affrontements avec les forces de l’ordre en présence, un homme meurt. Comment cet événement est-il arrivé ? Comment son onde de choc va-t-elle impacter les protagonistes ?

Commençons par le plus évident : ce qui se tient à la surface du texte. La tentation de la vague est un thriller efficace et bien ficelé parce qu’on sait d’où on part mais on ne sait pas où on va et, en plus, peut-être surtout, on ne sait pas par quel chemin on va s’y rendre. Cela tient en partie au fait qu’Alain Schmoll parvient à planter des décors convaincants et facilement saisissables, crédibles dans un contexte francophone. Rappelons en effet qu’un récit à suspense n’est pas sommé d’avoir une origine américaine. (Oui, « récit à suspense » est bien un équivalent de « thriller »!) Dans ce cadre, la vague peut-être perçue comme une métaphore de l’Histoire. Cette Histoire, nous voulons ou ne voulons pas l’affronter. Être tenté par la vague, chez les uns et les autres, peut s’apparenter au surf : il s’agit soit de suivre la vague, soit de se laisser emporter (et détruire) par elle. Suivre le mouvement de l’Histoire, participer à ses révolutions : Romain, sur cette voie, se tient d’abord en arrière, dans la position du stratège. Cherche-t-il ensuite, sous le poids de certains impondérables, à jeter son froc aux orties ? Quant à Werner, nous le voyons à un moment nager à contre-courant des vagues artificielles d’une piscine : son Histoire semble l’appeler, qui le pousse vers l’héritage de l’entreprise paternelle. Lutte-t-il en fait pour maintenir son existence de bobo désœuvré, rester à l’abri du temps qui tout emporte ?

Werner et Romain doivent résoudre ce problème d’un blasonnement pas encore abouti malgré les apparences. Bien qu’ils soient adultes, ils ont encore à apprendre, ce qui donne à l’intrigue, outre son suspense savamment distillé, les couleurs d’un roman de développement (Entwicklungsroman). À ce point précis de notre lecture, essayons de prendre une direction un peu moins évidente que les considérations qui précèdent : les différents personnages de La tentation de la vague, au fond, n’en constituent qu’un, celui qu’on appelle l’anarque, et c’est à son épiphanie que nous assistons dans le roman d’Alain Schmoll.

« Anarque » fait référence à un type d’individu décrit par l’écrivain Ernst Jünger (1895 †1998) dans une série de textes, Passage sur la ligne (1950), Traité du rebelle (1951) et Eumeswil (1977). Il s’agit de l’anarchiste passant de la domination des autres (ou de ce désir) à la domination de soi-même. Ce faisant, s’il y parvient, il ne lutte plus pour infléchir le cours de l’Histoire, il vit dans l’Histoire sans être prisonnier des conditionnements de celle-ci. La lutte contre la vague devient, en quelque sorte, une marche sur les eaux. À bien y regarder, certains protagonistes du roman d’Alain Schmoll réussissent l’épreuve, d’autres non, mais ces différentes résolutions ne sont peut-être que des facettes d’un même processus vécu simultanément. C’est un peu iconoclaste : nous nous amusons à quitter délibérément la trame linéaire, chronologique de l’intrigue, nous détricotons La tentation de la vague pour assister au surgissement alchimique d’un être conquérant car centré, non pas égocentré. La lecture n’est plus linéaire, elle est sphérique, mais, bien entendu, si nous souhaitons nous en tenir à une approche conventionnelle, l’auteur nous laisse toute latitude pour cela.

Se posera pourtant la question de savoir si ce dernier a ou non conscience de la tradition qu’il véhicule. S’il n’en a pas conscience, on a presque envie de dire : ce n’est pas grave, et même tant mieux car cela illustre une fois encore les remarquables ruses de l’esprit qui souffle où il veut, y compris sur un pays désormais privé d’échine littéraire, y compris sur ce qui semble de prime abord une étude romancée d’un engagement social et rien de plus, publiée chez un éditeur connu pour pondre au kilomètre. Il est passé par ici (Jünger), il repassera par là (Schmoll). Dans le cas contraire (et l’auteur de la présente note ne connaît pas la réponse), eh bien, on pourra dire qu’il a de bonnes lectures et qu’il a parfaitement compris ce qui se passe autour de nous. Quelles sont les forces réellement mises en jeu dans le désir de révolution ou la direction d’un grand groupe industriel ? De quelles scories devons-nous purger notre être, quelle houle devons-nous surmonter (allégorisées sous forme d’adversaires dans l’intrigue) afin de parvenir au plein exercice du pouvoir éclairé ? « Connais-toi toi-même », c’est dit depuis longtemps. Le talent d’Alain Schmoll est d’avoir exprimé cette recherche dans un contexte où bien des forces se liguent pour ne nous faire scruter que la surface des choses. La tentation de la vague est par conséquent une lecture recommandée.

Breizh info se demande si le roman « La Tentation de la vague » est écrit par un gauchiste !!

Chronique littéraire. La tentation de la vague d’Alain Schmoll

« La tentation de la vague » est un roman à l’intrigue originale, qui si elle a un peu de mal à démarrer, vous happe et vous oblige à le lire sans discontinuité pour en connaître la fin. Le thriller présente deux univers en apparence différents : d’un côté Werner, héritier d’une famille d’industriels de Genève.

Il vit à Paris, ne s’est jamais impliqué dans la gestion de l’entreprise de son père, mais celui-ci est malade d’un cancer et l’entreprise rencontre des difficultés potentiellement mortelles. Werner est contraint de prendre ses responsabilités et s’impliquer dans la gestion du bien familial. L’auteur utilise le « je » pour ce personnage, afin d’aider le lecteur à s’y retrouver dans l’intrigue.

De l’autre côté, le roman présente Romain, gauchiste de profession, qui anime un mouvement « Émancipation révolutionnaire » dont le but est de faire tomber le pouvoir bourgeois, mais qui se refuse à utiliser la violence pour la violence. Romain est un « James Bond » de l’activisme, beau, organisateur efficace, compétent dans tous les domaines, qui a des idées valables sur tous les sujets, dont les arguments sont imparables et convaincants. Il a fait partie des services secrets cubains où il a rencontré Julia avec laquelle il entretient une liaison depuis 10 ans. Romain est mystérieux, insaisissable même pour son amante, qui sur le fond le connaît peu. Il est en retrait de son organisation, utilise un camarade Amin pour effectuer à sa place la gestion courante. Il découvre un militant, Greg qui possède un charisme rare et se révèle être un excellent orateur. Romain pousse Greg, il organise pour lui des manifestations au succès croissant, dans lesquelles son poulain lit des discours qu’il lui a écrits. Mais grisé par son succès d’estrade, Greg aspire à évincer Romain, qu’il trouve trop mou. Il prend contact avec tous les révolutionnaires vivant en France, pour organiser une internationale de la subversion. Il veut aussi mettre Julia dans son lit. L’affrontement est inévitable. L’auteur utilise « il » dans cette partie.

Quel est le lien entre ces deux univers si différents ? C’est que le lecteur découvrira au fil d’une intrigue bien menée et finalement ambiguë. Le style est simple, efficace, sans fioritures inutiles. On peut juste reprocher à l’auteur d’avoir trop embelli ses personnages : les filles sont belles, intelligentes, Romain est un superman, Amin un second rêvé, sans ambitions et fidèle comme un chien.

On pourrait croire que l’auteur est favorable aux thèses d’extrême gauche, il n’en est rien, la distanciation avec cette idéologie, finissant par pointer son nez.

La tentation de la vague d’Alain Schmoll, éditions l’Harmattan, 23 €, 262 pages

Christian de Moliner

Le Journal des Deux Rives diffuse les nouvelles des auteurs de Balustrade

Alain Llense, auteur du roman jubilatoire Emmanuel, Brigitte et moi  inspiré par l’histoire des Macron transposée dans l’univers de la haute gastronomie Nouvelle Louise et Louis

Si la lumière est là c’est que bientôt ils seront là aussi, Paul, Virginie, les jumeaux, ils ne sont pas de ceux qui se rendent aux nuages fussent-ils noirs, aux épidémies fussent-elles mortelles, aux locataires provisoires fussent-ils armés d’amour et d’insouciance. Ils vont rentrer bientôt retrouver leurs vies de carte postale, leur appartement de magazine déco, rentrer pour reprendre leur vie et fabriquer des souvenirs qui rempliront ensuite leurs foutus cadres photos. D’ici là, il faudra être partis, retrouver les rives opposées de la Seine et une vie où Louise et Louis n’auront plus rien à se dire puisqu’il n’y avait qu’une fois, que c’était celle-là, que c’était cette nuit et qu’à cette aube tout s’achève.
Lire la suite de la nouvelle en cliquant ICI https://guilaine-depis.com/operation-coronavirus-la-nouvelle-dalain-llense/

Alain Schmoll, auteur du roman politique et sentimental La Tentation de la vague Nouvelle La coronotentation d’un vague vaccin

Il faut dire que j’avais été bien inspiré, le mois dernier, de téléphoner à Camilo, à La Havane. Nous avions été très copains, une quinzaine d’années plus tôt, lorsque nous combattions côte à côte pour la révolution mondiale voulue par Fidel Castro. Les temps avaient changé. Fidel avait disparu, mais son esprit planait encore sur la mémoire des jeunes guérilleros de l’époque. (…) Mon vrai nom est Werner, pas Romain… 
Lire la suite de la nouvelle en cliquant ICI https://guilaine-depis.com/operation-coronavirus-la-nouvelle-dalain-schmoll/

Christian de Moliner, auteur de Jasmine Catou détective Nouvelle Jasmine Catou et le Covid 19

Je m’étire voluptueusement sur notre canapé, en m’efforçant de reproduire au mieux une posture présentée dans l’émission de télévision, le chat, son maître et le yoga. Je me sens bien, détendue. Je savoure pleinement l’instant présent et le rayon de soleil qui réchauffe mon ventre. Ah ! Maman s’approche de moi en souriant. Ma récréation est terminée, je crois ; elle me saisit et m’affuble d’un drôle de masque, un cône blanc, avant de me porter jusqu’à ma cage de transport. Je savais que je devais sortir ce matin, mais ce déguisement ridicule me surprend et m’exaspère. Ma mère m’a avertie hier que nous étions attendues aujourd’hui dans un studio d’une radio parisienne pour présenter Les enquêtes de Jasmine Catou, le livre dont je suis l’héroïne.  (…) Le philosophe antique aurait été incapable d’interpréter les aboiements de Griffouille même s’il est aussi intelligent que moi. Le vétérinaire aurait eu raison de souligner que le présentateur confond allégrement humains et animaux. Mais il se tient coi pourtant, il est devenu prudent. Jasmine Catou tu as encore triomphé ! 
Lire la suite de la nouvelle en cliquant ICI https://guilaine-depis.com/operation-coronavirus-la-nouvelle-de-christian-de-moliner-sur-jasmine-catou/

Oula Kelbocha, Mascotte des Editions des Coussinets  Nouvelle d’Oula Kelbocha

La sédentarité de Maman a quand même un bon côté pour nous. Jamais je n’ai vu à la maison autant de réserves de pâtée et de croquettes. J’ai même trouvé où elle range le stock important de friandises et je me suis enfilé en douce ce matin quelques délicieuses bouchées au canard. Elle a aussi un stock important de notre jouet préféré, le papier toilette, qu’elle a hélas mis sous clé. Il paraît que c’est très difficile d’en trouver en ce moment. Pourquoi nos humains n’utilisent-ils pas notre litière ? Maman vient d’ailleurs d’en stocker des kilos dans le garage… est-ce pour cela ? 
Lire la suite de la nouvelle en cliquant ICI https://guilaine-depis.com/operation-coronavirus-la-contribution-de-oula-kelbocha/

Gérard Muller, auteur du roman écologique Daintree, la forêt intelligente(link is external) Nouvelle Un voyage avec retour

Cela me revient. J’ai été testé positif au corona virus. Cette saloperie. D’abord de la fièvre, des courbatures, un essoufflement qui accompagne le moindre mouvement. Et puis la toux, une toux sèche qui déchire les poumons. Le lendemain matin, d’horribles douleurs dans la poitrine. 40 °C. Tout va alors très vite : le SAMU, l’ambulance, l’hôpital où des soignants déguisés en cosmonautes m’accueillent, s’affairent autour de moi. Ils me branchent à de l’oxygène. Augmentent la pression et le débit toutes les heures. Prennent mon pouls. La quantité d’oxygène dans mon sang diminue comme le niveau d’eau dans un oued après la pluie. Soudain, c’est la panique. Six personnes autour de moi. Elles me soulèvent, me retournent, me perfusent, me parlent, mais je n’entends plus rien. Ma tête se vide. Et puis plus rien. Plus aucun souvenir. Ma vie s’est arrêtée là. 
Lire la suite de la nouvelle en cliquant ICI https://guilaine-depis.com/operation-coronavirus-la-nouvelle-de-gerard-muller-un-voyage-avec-retour/

Michèle Makki, auteure d’un roman historique sur Pompéi Pompéi, Le Sang et la cendreNouvelle Mon coronavirus au quotidien

Je m’absorbe, vexée, dans le documentaire qui passe à la télévision, tourné avant la pandémie, censé donner du courage aux téléspectateurs ou, plus modestement, censé leur changer les idées. Il y est question de femmes qui accomplissent des exploits en solitaire. En vrac, l’une a traversé le désert à moto, l’autre a vécu au fond d’une grotte souterraine pendant trois mois, la troisième, qui est chamane, jeûne deux jours sur trois et apprend aux gens à marcher pieds nus. Voyant cela, je me dis que je ne serai jamais célèbre et que je ne serai jamais invitée à une émission tv. Le seul risque que je prends, c’est de sortir le chien en période de pandémie. 
Lire la suite de la nouvelle en cliquant ICI https://guilaine-depis.com/nouvelle-mon-coronavirus-au-quotidien-par-michele-makki/

OPERATION CORONAVIRUS : une nouvelle inédite d’Alain Schmoll

Balustrade Coronavirus, auteurs de nouvelles sur le covid 19 et le confinement

Balustrade Coronavirus, auteurs de nouvelles sur le covid 19 et le confinement

Alain Schmoll, auteur du roman politique et sentimental « La Tentation de la vague » Nouvelle « LA CORONOTENTATION D’UN VAGUE VACCIN»

Il faut dire que j’avais été bien inspiré, le mois dernier, de téléphoner à Camilo, à La Havane. Nous avions été très copains, une quinzaine d’années plus tôt, lorsque nous combattions côte à côte pour la révolution mondiale voulue par Fidel Castro. Les temps avaient changé. Fidel avait disparu, mais son esprit planait encore sur la mémoire des jeunes guérilleros de l’époque. (…) Mon vrai nom est Werner, pas Romain… Lire la suite de la nouvelle en cliquant ICI https://guilaine-depis.com/operation-coronavirus-la-nouvelle-dalain-schmoll/

 

Opération Coronavirus : la nouvelle d’Alain Schmoll

LA CORONOTENTATION D’UN VAGUE VACCIN

— Il va falloir que je te laisse, Werner, parce qu’on m’appelle sur le chantier. Vois-tu, même si ce que nous avions fait ensemble, chez Jonquart, était passionnant, mon activité ici me procure un sentiment de plénitude comme je n’ai jamais éprouvé. Et encore une fois, merci beaucoup pour ta générosité. Je t’embrasse.

— Tu es une femme exceptionnelle, Toni, répondis-je. Je t’admire vraiment. A bientôt.

J’étais sincère. Toni m’appelait depuis Patna, la capitale du Bihar, un état situé dans le nord-est de l’Inde. Après m’avoir cédé la présidence du groupe agro alimentaire qui porte mon nom, elle avait pris la direction d’une ONG indienne et entrepris de construire un hôpital de campagne, afin d’y traiter des malades du Covid-19. Dans une contrée aussi pauvre que le Bihar, le virus se déployait à une vitesse affolante.

Ses remerciements redoublés m’avaient mis mal à l’aise. Certes, la somme que j’avais fait virer sur le compte de son ONG était considérable, même si Axel Tischgart m’avait assuré qu’elle serait déduite de notre résultat fiscal. Je me sentais troublé parce que, pour des raisons beaucoup moins nobles, j’avais accordé des subventions, dont le total était presque équivalent, à des centres de recherches et de laboratoires de Cuba. Des dépenses pour lesquelles je n’avais pu faire autrement que de dévoiler mes intentions à Axel et de lui faire profiter, à lui et à sa famille, du même traitement que pour la mienne.

Il faut dire que j’avais été bien inspiré, le mois dernier, de téléphoner à Camilo, à La Havane. Nous avions été très copains, une quinzaine d’années plus tôt, lorsque nous combattions côte à côte pour la révolution mondiale voulue par Fidel Castro. Les temps avaient changé. Fidel avait disparu, mais son esprit planait encore sur la mémoire des jeunes guérilleros de l’époque.

Dans la République de Cuba, Camilo occupait depuis six ans le poste de vice-ministre de la Santé Publique et l’on sait bien que dans les démocraties vraiment populaires, les vice-ministres ont souvent plus de pouvoir que leurs ministres.

— Hola, Romain ! Comment vas-tu, vieux compañero ? avait-il lancé au téléphone, lorsque nous fûmes connectés.

— Camilo, ça me fait drôlement plaisir d’entendre ta voix, avais-je répondu. Mais il faut d’abord que je te fasse un aveu, mon vrai nom est Werner, pas Romain…

— Ha ha ! Parce que tu crois que moi je m’appelle réellement Camilo ? répliqua-t-il en partant d’un gros rire.

Nous échangeâmes quelques souvenirs. Je m’enquis de son mode de vie, était-il marié, avait-il des enfants ? Il me demanda si j’étais toujours avec Julia.

— Sacré veinard, me balança-t-il lorsque j’eus acquiescé. Maintenant, dis-moi, camarade, j’imagine que tu ne m’appelles pas juste pour prendre des nouvelles de ma famille ou de la revolución. Que puis-je pour toi ?

Je répondis que selon des indiscrétions qui m’étaient parvenues, des chercheurs cubains auraient réussi à isoler une molécule, inhibant, dans certaines conditions, les protéines les plus agressives du coronavirus nommé Covid-19, et que ces protéines se transformaient alors en agents anticorps. J’en avais déduit que cette molécule pourrait être le principe actif du vaccin que le monde attendait désespérément.

— Je vois que tu es bien informé, camarade, dit-il sèchement après un silence.

Je respectai à mon tour un silence, avant de reprendre la parole d’un ton mièvre.

— Ils ont beaucoup de chance, ceux qui parviennent à mettreleur famille à l’abri.

À nouveau, un silence pesant, que je me gardai bien de rompre. Je l’entendis grommeler, puis il reprit.

— Je me souviens du jour où tu m’as sauvé la vie, camarade. Et donc je vais te faire passer en Europe de quoi vacciner une vingtaine de personnes. Mais tu n’ignores pas que notre pays manque cruellement de moyens. Et comme moi aussi je suis bien informé, je sais que tu es devenu un homme très riche. Alors je vais t’adresser une liste de comptes bancaires d’instituts qui me sont rattachés, avec les sommes que tu vas leur transférer.

J’eus un choc lorsque je fis le total des montants qu’ilm’indiqua, mais je m’exécutai sans discuter.

Deux semaines plus tard, il me rappela pour s’assurer que le précieux élixir me soit bien parvenu.

— Tu sais, me dit-il, à part toi, il n’y a qu’une seule autre personne, hors de Cuba, à avoir reçu de quoi faire vacciner sa famille.

— Sans indiscrétion, qui est-ce ?

— Le président américain. Pourquoi crois-tu qu’il se soit mis à serrer les mains de tout le monde ?

Le Dit des Mots trouve que « La Tentation de la vague » tient ses promesses

La saga d’un bourgeois révolutionnaire
par François Cardinali : Premier roman de Alain Schmoll, ingénieur de formation, La Tentation de la vague est une espèce de polar politique où un meurtre sert de révélateur dans une société où certains mènent  une double vie. Tel Werner, alias Romain…

La Tentation de la vague joue sur deux mondes. Playboy et un rien bobo, Werner vit à Paris, à l’écart de ses parents, de riches industriels de la filière laitière menant un train de vie fastueux sur la rive suisse du lac de Genève. Un jour, il découvre que le groupe familial va au-devant de graves difficultés. Pour Werner, se pose alors la question essentielle de la responsabilité, celle du groupe et la sienne. Car Werner est un as du double jeu.

À la ville, à Paris, sous le patronyme de Romain, il dans un tout autre univers. Activiste d’extrême-gauche, formé à Cuba à la lutte révolutionnaire clandestine, il a fondé son propre mouvement politique. Il s’appuie sur Julia, sa compagne, et sur Greg, un jeune militant qu’il a choisi pour son charisme et son pouvoir de séduction. Or, Julia va, sans le vouloir vraiment au départ, les séparer…

Alain Schmoll connaît ses classiques révolutionnaires et il décrit avec une vraie habileté le parcours gauchiste de Romain dont le métier de consultant est une habile couverture pour ses autres activités. Le romancier décrit avec verve les débats enflammés de ces révoltés qui ont été formés à l’école de Cuba : c’est là que Romain a croisé et vécu avec une fille qui le hante, une fois qu’ils sont séparés, Julia. Car Romain a appris à se fondre dans l’anonymat comme le souligne l’auteur : « Quand il a un article,  une tribune, une déclaration ou un ensemble d’emails à diffuser, comme c’était la cas ce matin, il l’enregistre sur une clé USB, puis se rend dans l’un des cybercafés ou dans l’un des espaces de coworking, rendant impossible toute identification personnelle, ainsi que tout repérage de son matériel et de son lieu de résidence. »

Le contraste avec ce milieu d’activistes révolutionnaires est d’autant plus grand ensuite que, dans la maison familiale de Suisse – grand industriel dans l’alimentaire, son père, rêve de passer la main car il sait atteint d’un cancer incurable-, ses parents font tout pour organiser des fêtes somptueuses et lui faire rencontrer les jeunes filles les plus prometteuses, socialement parlant.

Tout ce savant château de cartes qu’il a construit dans cette vie compartimentée est sur le point de s’écrouler quand, suite à des manifestations violentes dans une ZAD près de Nantes, Greg est retrouvé agonisant, victime d’un coup violent derrière la tête. Bavure policière or not ? Cette mort ne peut qu’entraîner le lecteur sur bien des pistes, plus ou moins valables… Un meurtre qui fait peser quelques légitimes soupçons sur Romain qui était présent dans la zone durant quelques heures.

Fin connaisseur du monde des affaires, Alain Schmoll fait pénétrer le lecteur dans cet univers où la finance est reine et nombreux les coups fourrés sur fond de guerre de la communication et des réseaux sociaux. Ainsi quand il décrit les actes de Claude Cordelier, ami intime de son père et personnalité essentielle dans la gestion du groupe : « Claude Cordelier en était le mandataire social. A ce titre, il était le seul maître à bord et il la dirigeait sans rendre de comptes à personne. Plus exactement, la société établissait des comptes globaux et les transmettait au Groupe, sans en diffuser les pièces justificatives. Ils étaient validés par un commissaire aux comptes des environs de médiocre réputation, mandaté directement par Cordelier. »

Si la chute du polar et la révélation du responsable de la mort de Greg n’est pas vraiment étonnante, le roman tient ses promesses dans sa description de deux mondes que tout oppose. Et où les salauds ont la vie dure. Romain en est le parfait exemple qui reconnaît : « J’étais en train de basculer dans le monde que j’avais honni depuis mon adolescence, celui de l’argent, des affaires, de Jonquart, de mes parents, de Toni. »

(*) Ed. L’Harmattan

Wukali repère « un grand écart très réussi » pour Alain Schmoll

La tentation de la vague, un roman astucieux sur des choix économiques extrêmes

 Une intrigue policière très politique

Par Émile Cougut /. D’un côté Werner, de l’autre Romain. Tout semble les séparer.
Le premier est la caricature du fils à papa (important industriel dans le fromage qui est allé faire fructifier sa holding en Suisse) : un dilettante qui se dit conseiller en relations humaines, habitant dans un immense appartement sur les Champs-Élysées, revenant passer des week-ends dans la propriété familiale sur les bords du lac Léman. Mais, son père est atteint d’une maladie mortelle et les nuages se concentrent sur la société. Il faut que Werner s’implique dans la gestion de cette affaire. Il y a bien un fonds américain qui est prêt à investir et à s’impliquer mais à une condition : que le fils du fondateur soit présent.

Romain, ancien des forces spéciales castristes, a essayé d’apporter la parole révolutionnaire dans le monde entier. C’est à Cuba qu’il a rencontré sa compagne actuelle, la belle Julia, qui hésite de partir travailler au cabinet d’avocats de ses parents à Bordeaux. Romain a créé un mouvement d’ultra gauche qui a rencontré une certaine estime médiatique. C’est un théoricien qui prône la révolution mais condamne toute idée de violence. Il est secondé par Amin, un excellent organisateur et logisticien et par Greg qui assure le contact avec les militants.

Greg est un jeune homme, formé idéologiquement par Romain qu’il adule ; mais c’est surtout un aigri de la vie qui a été humilié dans son adolescence car il n’était pas membre de la bonne classe sociale. Et de fait, Greg, plus ou moins amoureux de Julia, veut passer « à la vitesse supérieure » et recourir à la violence. Contre les consignes strictes de Romain, il organise un groupe lors d’une manifestation autour d’une ZAD. Les incidents avec les forces de l’ordre sont d’une rare violence. Dans la soirée, on retrouve sur le « champ de bataille » Greg, gravement blessé qui va expirer à l’hôpital. Qui a tué Greg ? Romain, tout porte à le croire, car Greg lui a bien dit qu’après la manifestation il dira à Julia et aux militants le secret de ce dernier ? D’ailleurs, après la mort de Greg, Romain a disparu. Ou bien la Police ? Ou encore un inconnu ?

Je ne vais pas décrire la fin de ce roman, même si, très vite, on a compris le secret de Romain. C’est d’autant plus évident quand on étudie la structure du roman : une suite de chapitres, l’un à la première personne du singulier autour de Werner, l’autre à la troisième personne du singulier autour de Romain. La fusion est évidente, mais laquelle ?

Alain Schmoll réussit à faire le grand écart entre les théories capitalistes les plus libérales et les déclinaisons anticapitalistes les plus radicales. Bien sûr, les spécialistes trouveront que parfois c’est quelque peu caricatural, mais en même temps c’est une très bonne vulgarisation. Ceux qui veulent approfondir ces théories peuvent toujours le faire, surtout s’ils sont confinés.

Émile Cougut


La tentation de la vague
Alain Schmoll
éditions L’Harmattan. 23€

« Un fils à papa révolté ! » sur « La Tentation de la vague » par Lucky Sophie

LA TENTATION DE LA VAGUE, UN FILS À PAPA RÉVOLTÉ !

Au démarrage, l’histoire de La tentation de la vague d’Alain Schmoll aux éditions L’Harmattan m’a parue assez banale, mais l’écriture émaillée de quelques pointes d’humour a suffi à me donner envie de poursuivre.

On y côtoie de manière alternée Werner, fils à papa rebelle qui n’a pas voulu prendre la succession de son père dans la grande entreprise familiale de fromages sur les rives du Léman, et Romain, un gauchiste fondateur du mouvement « L’émancipation révolutionnaire », flanqué de son porte-parle de charme, Greg et de son énigmatique petite amie Julia dont on ne sait pas vraiment lequel des deux elle préfère.

C’est au moment où j’ai réellement compris le clou de l’histoire, annoncé de manière sibylline dans la 4e de couverture, que je n’ai eu de cesse de tourner les pages pour voir comment tout cela évoluait.

Un peu playboy, un peu bobo, Werner vit à Paris, à l’écart de ses parents, de riches industriels. Lors d’un week-end, il découvre que le groupe familial fait face à des difficultés, faute de répondre aux exigences sociétales actuelles. Engagé à l’extrême gauche, Romain a fondé son propre mouvement politique. Il s’appuie sur Julia, sa compagne, et sur Greg, un jeune militant qu’il a formé. Mais ce dernier se met à contester son autorité et à prétendre mettre Julia dans son lit. Lors d’une manifestation sur une ZAD, un homme est tué. Est-ce une bavure des forces de l’ordre ? Quand les faux-semblants seront levés, Werner et Romain devront affronter une destinée unique exposée à des rebondissements inattendus.

C’est un roman qui nous plonge dans différents milieux de la société, des cercles privés qui gravitent autour de la riche famille de Werner sur les rives du Léman, aux fréquentations extrémistes variées de Greg, qui veut donner un tournant révolutionnaire violent au mouvement de Romain.

L’histoire semble par moments cousue de fil blanc, à d’autres un peu improbable et irréaliste, mais l’ensemble est distrayant, tout en donnant énormément à réfléchir sur les évènements qui agitent notre société. Evidemment, la manifestation où les blacks blocs viennent titiller les forces de l’ordre ne peut que nous rappeler les différents épisodes des rassemblements des gilets jaunes, tandis que certains scandales économiques et environnementaux ont des airs d’affaires connues.

Les personnages sont bien étoffés et la lecture facile, c’est un livre qui donne matière à réflexion sur notre société tout en nous entraînant sur la piste d’un énigmatique tueur en série, avec un fond de romance.