Entretien sans langue de bois avec Marc Lumbroso

Entretien, sans langue de bois, de Marc Lumbroso : Itinéraire d’un Juif français ordinaire

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Coup de coeur, Culture, Israël – le par .

Interview Alliance : Itinéraire d’un Juif Français

Marc Lumbroso auteur du livre « itinéraire d’un Juif français ordinaire » a bien voulu répondre à toutes nos questions, sans langue de bois, sur son identité « être juif et Français » aujourd’hui en France.

Son avis, sans détour,  sur la  politique ambigüe de la France vis à vis d’Israël, mais,
également de la menace musulmane qui plane sur la France, de la laïcité face au repli identitaire.
Une opinion forte, qui fera date et qui sera, sans aucun doute, rejointe par d’autres citoyens français.

Claudine Douillet : au vu des événements avez-vous plus de craintes pour la France ou pour Israël ? Et pourquoi ?

Marc Lumbroso :  La France est un vieux pays enraciné dans son histoire, son identité, et tout son patrimoine culturel.

Certes, aujourd’hui elle est menacée par une population musulmane importante, dont une part indéfinissable refuse de s’intégrer et combat l’ensemble de nos pratiques et surtout notre laïcité.

D’autre part, elle est menacée par des ennemis de l’extérieur, Turquie, Qatar, Arabie Saoudite qui entendent ré instaurer l’influence de l’Islam en Europe, afin de convertir les infidèles.
Nous sommes clairement dans une guerre de civilisation.

Ceci étant, la puissante Europe viendra à bout de cet avatar, mais au prix du sacrifice d’une part de son système démocratique, de l’abandon de ses valeurs humanistes, et de l’émergence de formes de nationalisme dont nous connaissons les dangers et les perversités.

Au total l’Islam risque de dénaturer cette France terre de tolérance et des droits de l’homme.

Pour Israël, pays qui est en permanence entre embellies et tourmentes, mes inquiétudes, sont d’une autre nature , et mes craintes sur d’autres registres.

La reconquête de Canaan est en cours, nous gagnons batailles sur batailles, mais nous n’avons pas encore gagné la guerre.

Le chemin parcouru en 73 ans est gigantesque, mais nos ennemis irréductibles affutent leurs armes en permanence, et Israël est le seul pays au monde que le monde musulmans rêve de rayer de la carte vu qu’il occupe « une terre musulmane »

La géopolitique y est d’une complexité sans nom et ce pays a du mal à réellement être une nation à part entière et actuellement c’est plutôt le « juif des nations ».

S’ajoute à cela un système social et institutionnel plutôt chaotique, et qui encourage nos ennemis. Pour toute ces raisons le juif anxieux que je suis tremble mais espère et croit dans ce pays de tous les miracles !!

Claudine Douillet : Vous dénoncez les menaces qui pèsent sur la France. Pensez-vous qu’il soit trop tard ? Si c’est le cas, que préconisez-vous ?

La présence en France de plusieurs millions de musulmans, hostiles à toute forme d’intégration, culturelle, linguistique et nationale et ennemis naturels de la laïcité, modifie en profondeur le tissus Français, et forcément va le dénaturer de façon durable.
Comment nos dirigeants présents et futurs, traiteront ce difficile défi à nos valeurs fondamentales, et à notre civilisation ?

Personnellement, je pense que cette modification de notre population est irréversible, et plusieurs scénarios sont possibles :
-Faire aimer la France, à une majorité de musulmans, qui vont progressivement s’intégrer à notre culture, tout en gardant leur spécificité, d’où la nécessité de prendre garde aux amalgames.
Dans ce cas le radicalisme s’estompera progressivement.

Pour restaurer la République partout en France, et la sauver, il faudra nécessairement des mesures fortes voire violentes, et instaurer un système juridique, contraignant, et même répressif.

Ce rétropédalage de notre belle démocratie, donnera lieu à des formes de guerre civiles, qui ont déjà commencé, sans que le pouvoir actuel ne veuille l’admettre.

Soit enfin faire semblant de donner des coups de menton, style la loi séparatiste, qui ne résoudra rien, sur le fond et la France sera « libanisée « dans 15 ans.

Quoiqu’il en soit la situation des juifs en France est bien compromise. Nous savons ce qu’il en est de l’antisémitisme actuel, qui s’amplifiera et se banalisera.
Je fais confiance à notre intelligence collective pour réagir à cette situation, l’histoire est déjà en marche !!

Claudine Douillet : vous avez servi la France…..est-ce un message pour les générations en manque de repères ?

Marc Lumbroso : J’ai toujours été fier d’être Français. J’aime la France pour son histoire, sa géographie, sa culture , ses valeurs Républicaines, et sa laïcité qui fût pour nous Juifs de France notre bouclier et notre rempart.

Cette France, je l’ai naturellement servie , soutenue et défendue, comme tout citoyen.
C’est là, que je défend ma liberté et celle de ma famille, et par tous les moyens ; je la sens actuellement menacée, par des obscurantismes venus d’ailleurs, mais ça n’est pas la première fois !

Mais loin de moi, la prétention de délivrer un quelconque message à qui que ce soit !
J’évoque une expérience, une vision, une philosophie de l’existence en sachant parfaitement que vu mon audience, peu de gens me liront et l’idée de laisser un micro-sillon, me convient parfaitement.

Claudine Douillet : Comment expliquez-vous que d’un côté la France ne se range pas du côté des juifs et d’Israël et d’un autre coté consulte régulièrement Israël dans différents domaines. ?

Marc Lumbroso :  Depuis le General De Gaulle, et sous l’impulsion de Couve de Murville et du Quai d’Orsay, la France a définitivement choisi d’avoir une politique étrangère pro-Arabe. Rien n’a changé depuis bien au contraire plus que jamais, le Quai d’Orsay est farouchement anti Israélien, tel un Etat dans l’Etat, mène le jeu au moyen Orient.

Nous connaissons toutes les ambiguïtés de la France vis-à-vis des juifs et d’Israël qui feint de maintenir un « juste » équilibre !

D’une manière générale l’Etat Français protège et aime ses juifs, nous verrons jusqu’à quel point  mais aucun chef d’Etat n’a compris, qu’on ne pouvait aimer ses Juifs, et voter systématiquement contre Israël à l’ONU, et en toute occasion, manifester son hostilité à Israël.
La France est actuellement notre pire ennemie en Europe ! Pour plaire à qui et dans quel intérêt ?
À sa forte minorité musulmane en France ? Aux pays pétroliers ? Nous n’avons pas le temps ici de développer.
Parallèlement la France plaide pour l’intégrité d’Israël et entretien avec ce pays de bonnes relations scientifiques, culturelles, commerciales, et surtout au niveau de la politique sécuritaire.

Enfin la France plaide inlassablement pour l’existence de deux états, sans ne rien comprendre à la réalité locale, et au fait que les arabes eux-mêmes n’en veulent pas.

La France n’est ni l’ami ,ni l’ennemi d’Israël, en réalité c’est la pire des faux amis, sur qui il ne faudra jamais compter en cas de difficulté

Claudine Douillet: Qu’avez-vous à dire sur la politique du président Macron et qu’elle est sa vision sur la laïcité ?

Marc Lumbroso :  Macron, qui se dit pragmatique, n’est pas un laïque convaincu. C’est un multi culturaliste à l’Anglos saxonne, il n’est pas à l’origine, disposé à défendre la loi de 1905, qu’il considère comme non adaptée à la situation actuelle en France.

A ce titre, dès son élection il a reconduit Jean louis Bianco à l’observatoire de la laïcité.
Pour y avoir travaillé avec Claude Goasguen, j’ai pu mesurer à quel point Jean-Louis Bianco plaidait pour une adaptation de la loi de 1905, non adaptée à la présence de plusieurs millions de musulmans en France.
Telle était la vision de Macron qui affirme que la culture Française n’existe pas, et qui plaide en Algérie pour une repentance de la France. Autrement dit, la France doit s’adapter à l’Islam, et non l’inverse.

Conscient que sa position est très impopulaire, il a profondément modifié son discours, plaide , au vue de la réalité, pour une laïcité renforcée, à démis en Avril 2021 Jean-Louis Bianco de ses fonctions, et aujourd’hui, plus « laïque que Macron tu meurs » ceci pour couper l’herbe sous les pieds à Marine Le Pen en vue des prochaines élections !!

Claudine Douillet :Est il possible d’envisager la loi séparatiste en France ? Si non quelles solutions ?

Marc Lumbroso : La loi relative au séparatisme comporte incontestablement, des aspects positifs : rappels des strictes principes Républicains, auxquels tout le monde est soumis, sans exception, rappel de la liberté de culte placée sous contrôle des discours des Imams, obligation de la fréquentation scolaire jusqu’à 16 ans et interdiction du port du voile pour les accompagnatrices scolaire.

La question est de savoir quel dispositif sera mis en place, pour l’application de cette loi. Comment rétablir la République dans les cités Islamisées, comment contrôler les réseaux sociaux porteurs de haine et de guerre civile,
Je pense que cette loi est une manœuvre électorale, qui sera impossible à imposer à ceux pour qui la loi coranique transcende les lois de la République.

Sans contrainte, sans répression , sans sanctions dissuasives, rien ne se passera, la France perdra de nouveaux territoires, le multiculturalisme s’imposera de lui-même , autrement dit la culture Française partira dans un shaker culturel , et progressivement la France comme je l’ai déjà dit se libanisera.

Claudine Douillet : Que pensez-vous du nouveau gouvernement en Israël ?

Marc Lumbroso :  Dès l’instant où il s’agit de politique israélienne, j’y vais sur la pointe des pieds !
Je suis un citoyen israélien et non résident, je n’y vis pas, et j’ai beaucoup de mal à comprendre le système parlementaire, qui est toujours et partout générateur de divisions et de chaos . En France nous avons l’exemple de la 4ème République !

Israël vit une situation particulière, de dangers permanents, et qui justifie des options politiques de circonstances. Bien qu’allié aux Orthodoxes, j’ai soutenu Netanyahou qui a su donner à son pays une autre dimension et une autre image.

Le principe de son remplacement s’imposait, mais il n’a pas préparé sa succession et s’est accroché à son siège, dommage pour lui qu’il ne se soit pas retiré plus dignement !!

Le rassemblement hétéroclite, anti-Netanyahou ne me semble pas raisonnable : mettre dans une même marmite un religieux nationalist, , centristes , communistes, socialistes et parti Islamiste, tout cela pour 61 sièges fragiles !

A présent les jeux sont fait. J’espère que ce gouvernement de transition, permettra l’émergence d’un nouveau leader, dans un moment délicat de l’histoire d’Israël, qui saura traiter une bonne fois pour toute l’inextricable problème Iranien et Palestinien, et qui saura s’imposer au plan international.

La tâche sera rude et j’espère une réforme du système électoral à la fois démocratique et stabilisateur, à l’heure actuelle Israël est discrédité, en raison de son hyper démocratie génératrice de chaos !!

Claudine Douillet : peut-on envisager Israël sans la promesse divine faite à Avraham ? Quel serait sinon le sens du retour à Sion donc du Sionisme ?

Marc Lumbroso  : Quelle question difficile ! j’essayerai d’être le plus clair possible pour trouver les mots pour exprimer une pensée à la fois contradictoire et intuitive, un peu comme la foi.

Tout d’abord un agnostique n’est pas athée. Tout ce qui découle de la métaphysique, de Dieu et du surnaturel, n’étant pas accessible à l’entendement humain, je considère que toute spéculation sur ces sujets est vaine, n’ayant pas de certitudes, j’ai des doutes, et par conséquent je vis ma vie terrestre , en faisant confiance à mon créateur, et sur la base de la notion de bien et de mal que je porte en moi comme un atavisme.

Ma conviction est que le créateur n’intervient jamais directement sur la terre, ce qui pour moi est du pur anthropomorphisme, il ne parle pas aux hommes.

N’intervient pas dans leur quotidien et ne façonne en aucun cas l’histoire, tout cela est une affaire strictement humaine, sans doute inspirée, et certains le sont plus que d’autres comme Avraham, Moïse, les prophètes, et les grands mystiques, les grands penseurs, qui sont plus que d’autres imprégnés du souffle divin.

Pour moi, toute la pensée Juive est création humaine, et les hommes ont éprouvé le besoin de l’attribuer à Dieu et de créer avec lui une relation spécifique, alors qu’il n’est qu’esprit.

Ceci étant je fais mien, tous les fondements du Judaïsme depuis l’Alliance Abrahamique, la sortie d’Egypte, la traversée du désert, sous la conduite de Moïse qui est le père des 10 commandements, toute sa pensée orale source de la thora, et je fais mienne toute l’histoire et la saga et l’errance du peuple Juif qui a eu le tort de tout comprendre avant les autres !
Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté.

Voilà très rapidement le fond de ma pensée.

Pour moi tous les mythes sont des symboles très forts, que j’ai transmis.et tout cela fait de moi un juif assumé , et sioniste, mais conscient de ses limites, sans doute que ma pensée manque de profondeur, mais excusez-moi du peu c’est la mienne.

Marc Lumbroso : Itinéraire d’un Juif français ordinaire lire l’article sur cet ouvrage 
pour commander le livre sur Amazon cliquez-ici

Propos recueillis par Claudine Douillet pour Alliance Magazine.
Magazine Juif

Alliance, le premier magazine juif de France a bien lu Mec Lumbroso, merci à Clauline Douillet

Itinéraire d’un Juif français ordinaire de Marc Lumbroso

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël – le par .
Marc Lumbroso est un Juif français amoureux de la France mais lucide.

Son livre est le témoignage de sa vie, celle d’un Juif français, heureux de vivre en France.
Il partage sa reconnaissance pour ce pays qui lui a tant donné et à qui l’a à son tour, honoré par ses loyaux services. N’a-t-il pas été adjoint au maire du XVIème arrondissement ?

Dans ce livre, Marc Lumbroso nous invite à la confidence, nous fait part de ses réflexions qu’il a eues tout au long de son existence.

L’humour est aussi de la partie, un recul parfois nécessaire à ses questions qui n’ont pas manqué de surgir tout au long de sa longue carrière tant professionnelle qu’associative.
Une vie associative également  prestigieuse, en tant que président du B’nai Brith pendant plusieurs années.
Vous l’avez compris un itinéraire, certes, mais tout sauf ordinaire.

Son style d’écriture nous indique sa dimension de citoyens du monde, un humaniste et juif, qui prend soin de ne pas heurter les sensibilités. Il nous emmène dans ses silences pointés de regrets, mais jamais amers.

Il dénonce, avec élégance, la nature antisémite de la France cet antisémitisme, qui, selon lui, aboutira naturellement au régime de Vichy. 

(sic) » Comme tous les Peuples d’Europe, les Français sont naturellement antisémites par tradition et je dirai qu’il est pratiquement impossible de leur en vouloir et de les en blâmer. C’est ce rejet, enraciné et endémique, qui aboutira plus tard au régime de Vichy. » (sic)

Oui Marc Lumbroso, dénonce sans condamner, contourne sans se défiler, il dit les choses sans brutalité.  Aimer c’est pardonner. Pardonner c’est donner une seconde chance.

Mais selon lui, le train est déjà reparti, et pour plus loin, Il nous fait part de ses craintes, des menaces qui pèsent sur la France d’aujourd’hui.

N’est-il pas trop tard ?  Marc Lumbroso ose poser la question, et apporte son observation issue de sa propre expérience, parce qu’il a pu observer, de près, les mécanismes à bout d’usure de cette France qui a tant donné et qui se retrouve dans une situation, où elle ne peut plus reculer sans craindre de déclencher une guerre civile, pour le moins.

Y-a-t-il un avenir pour nos petits-enfants en France ? S’inquiète-t-il.

Il déclare également que les Juifs de France, les Juifs français sont le rempart contre les dangers d’extrémisme qui menacent directement la laïcité française. Il explique pourquoi la laïcité est le seul moyen du vivre ensemble.

(sic) « Et ce n’est pas seulement pour défendre notre situation de Juifs-citoyens, mais aussi parce que nous avons la prétention de constituer un rempart, un bouclier contre toutes les tentatives de délaïcisation de la République et de dénaturation de cette France que nous aimons profondément. » (sic-)

Il pressent la fin de l’époque on l’on enviait le sort des Juifs en France  «  Heureux comme Dieu en France ».
Ce n’est pas un désamour mais le constat d’une époque révolue. Ce livre est son cri, il y avait urgence à laisser son témoignage en tant qu’homme public , juif et Français.  

Oui mais Marc Lumbroso est aussi un fervent sioniste.
Non, pour lui, il n’y a pas de contradiction. Il argumente, avec brio, cette double allégeance qui n’est pas contre nature, bien au contraire. Il se sait fidèle et il l’a prouvé, c’est un Juif Français un point c’est tout.
Juif et Français où est le problème ? Ou  « Comment vivre avec bonheur ces identités croisées ? »

(sic) »Mes très nombreux amis, sincères, non juifs, me reconnaissent et, d’une certaine manière, je le saisme considèrent, à la fois comme un Français à part entière, mais aussi entièrement à part ! » (sic)

(sic) »Je me sens tout naturellement traité comme un étranger quand mon interlocuteur, et ami me signifie qu’il reconnaît ma différence … alors que je ne lui ai rien demandé ! » (sic)

Mais lorsqu’il parle de son sionisme, le ton change, vibre. La réserve n’est plus de mise.
On bascule du rationnel  à l’irrationnel sans transition mais tellement libératoire.
L’émotion donne toute la dimension à l’amour viscéral qu’il porte à ce pays.

Chemin faisant, il nous donne un cours d’histoire magistral, passionnant, sur le parcours unique du peuple juif, à travers les différents pays traversés pour survivre et notamment la France :  « Il faut tout refuser aux Juifs comme nation  ; il faut tout leur accorder comme individus ; il faut qu’ils soient citoyens. »

Il ne fait l’impasse sur rien, il nous parle aussi de Dieu et du bonheur, deux sujets intimes qu’il a choisi comme conclusion à son témoignage.

Marc Lumbroso est farouchement laïque et agnostique pourtant sa définition de Dieu est proche d’une foi profonde, il a un respect pour Dieu,  ce même respect que l’on retrouve au fil des pages.

Itinéraire d’un Juif français ordinaire
Edition : L’Harmattan
Cliquez-ici pour le commander

Être né juif italien à Tunis et devenir un Français juif en France son pays de coeur et de culture. Comment vivre avec bonheur ces identités croisées ? À travers les confidences de son itinéraire politique, associatif, philosophique et professionnel.
Marc Lumbroso nous invite à partager ses réflexions d’une rare lucidité, ses interrogations sur la capacité des hommes à se respecter et se comprendre.
A la fois drôle et sérieux, ce livre décrypte l’origine et les circonstances de la majeure partie des problèmes contemporains auxquels est confronté un Juif français ordinaire fidèle au service de la République laïque et aussi attaché à l’État d’Israël et au sionisme.
Alliance magazine juif

« Une grande habileté » de Christian de Moliner pour Le Dit des Mots

Un roman ambigu

La Croisade du mal-pensant, de Christian de Moliner se glisse, non sans une certaine habileté, dans les débats actuels sur fond de querelles « racisés ». Très dans l’air du temps, donc très, très ambigu.

Samuel Meiersohn est un homme solitaire dans un monde où il ne trouve plus ses valeurs. Universitaire désabusé et proche de la retraite, marqué par la perte d’un bébé et la séparation avec son ex-femme, il entame une croisade contre certains étudiants et professeurs qui se battent au sein de sa faculté pour obtenir un espace sans Blancs. Y opposant une défense de la laïcité, il se heurte à son administration qui craint de faire des vagues.

Mais n’est-ce pas une lutte perdue d’avance ?

Ce n’est pas un hasard si le professeur créé par Christian de Moliner (il fait partie du sérail ayant enseigné à haut niveau la mathématique) est un historien qui travaille sur les croisades en optant pour une vision uchronique et se demandant par exemple ce qui se serait passé si Saladin avait été tué à Montsigard en 1177… Car, en ce début du XXIe siècle, il fait partie sans doute de ceux qui pensent que la France actuelle se meurt de l’abandon de certaines racines, chrétiennes en l’occurrence. Au fil du récit apparaissent ainsi des groupes et des institutions qui, même si Samuel Meiersohn les tient un peu à distance, n’en font pas moins les chantres d’une certaine idéologie. Ainsi quand il évoque un journaliste d’un petit journal local, L’Observateur du Saint-Paul, il est écrit : « Il dénonçait à longueur de colonnes l’insécurité grandissante dans l’agglomération ainsi que la politique culturelle du maire jugée trop favorable aux associations progressistes. »

John Karp explique le Crypto Art dans Economie Matin

LE CRYPTO-ART EST L’AVENIR DE L’ART

France Bleu met la revue Natives à l’honneur dans deux émissions

Replay du mardi 22 juin 2021

La revue Natives s’engage pour préserver la planète

Réécouter l’émission ici : https://www.francebleu.fr/emissions/sauvons-la-planete/perigord/la-revue-natives-s-engage-pour-preserver-la-planete

Alors que les trois premiers numéros de la revue Natives sont épuisés, l’équipe de rédaction et le directeur de publication Jean-Pierre Chometon lancent un hors série. Ce numéro regroupe les parutions déjà publiées et épuisées afin de permettre aux lecteurs de se replonger dans les articles passionnants autour des peuples autochtones. En 2021, ces peuples représentent environ 5 000 communautés, c’est-à-dire 370 millions d’autochtones qui habitent encore notre planète. Ils sont les derniers gardiens de la biodiversité depuis des millénaires.

Les peuples autochtones au coeur de la revue Natives

Dans sa démarche de préservation des peuples et de l’environnement, la revue Natives propose ainsi un recueil hors série n°1 reprenant les 3 premiers numéros épuisés de Natives paris en 2020 en un seul volume de 408 pages imprimé sur papier issu de forêts durables accompagné d’un site web. Ce choix se place dans la démarche globale de ce média qui s’inscrit résolument dans le changement climatique, la protection de la biodiversité et le mieux-vivre ensemble.

« une sagesse surgie d’un long vécu », le thème de la transmission développé avec grâce par Alexandre Arditti

Alexandre Arditti, La conversation

Un sympathique premier roman qui met en conversation une fille de 20 ans avec un homme de 90 ans. Mieux qu’un essai, la « conversation à la française » permet de distiller une sagesse sans peser, une philosophie sans grands mots, un art de vivre sans insister.

Charlotte a terminé Science Po (y serait-elle entrée à 16 ans ?) en même temps qu’autre chose comme il se doit (est-ce encore possible aujourd’hui où les enseignements sont plus denses ?). Stagiaire dans un grand hebdomadaire parisien en pleines vacances 14 juillet-15 août, elle est chargée par sa rédac-cheftaine d’aller interviewer un ancien président de la République, homme de lettres et prix Nobel (de la Paix) qui vient rarement à Paris. Rendez-vous est pris dans les salons de l’hôtel Plaza Athénée, avenue Montaigne à Paris, l’essence du chic grand style, encore que je préfère les brunchs du Crillon, l’allée de luxe du Ritz ou la cour intérieure du Bristol.

Le vieil homme des années trente rencontre la millénium et l’entretien commence – autour d’un verre de chablis. Tout y passe, sa vie, son œuvre, son expérience. Ils se tutoient, se titillent, s’entre-admirent. Se distille la sagesse que j’aime, à la Montaigne justement, faite d’exigence mais de rien de trop, d’anarchie intellectuelle et de morale décente, de jugements et d’indulgence. Victor (tiens, le prénom du jumeau de la coming out MeeToo) écume l’aventure (cette tentation permanente), la carrière (ce pensum où il faut s’amuser), la mondialisation (heureuse pour le tiers-monde, moins pour les prolos de notre beau monde), le journalisme (décati depuis les chaînes d’infos en continu et les réseaux sociaux), la violence qui nait de l’inculture et la moraline écolo, le vin et la gastronomie, le goût d’écrire (« tout ne vaut pas d’être publié » p.80), les femmes (ah, les femmes !), les désillusions de l’amitié, la solitude et même le Covid et l’infantilisation de la société (qui ne réclame que ça dans les bras de l’Etat papa). Les Français se foutent de la liberté, ce qu’ils exigent c’est le tous-pareils, l’Egalité ! Leur fraternité ne vient que de là, elle s’évanouit dès qu’une inégalité surgit, même naturelle, même inévitable.

Victor ressemble diablement à François (Mitterrand, le prix Nobel en plus) ; comme lui il est fondamentalement conservateur avec des aspirations sociales, comme lui il « n’aime pas les gens » mais les individus ; comme lui il est fidèle en amitié et à « ses » femmes ; comme lui il aime les livres, la bonne chère et les alcools choisis ; comme lui il est volontiers cruel avec ses ennemis et cisèle des bons mots percutants. Et comme lui il admire le coup d’Etat permanent, dans sa vie publique comme privée. Le lecteur le comprend à la fin.

Un premier roman ne va pas sans quelques défauts, dont le principal est de ne pas réussir à s’incarner dans chacun de ses personnages lorsqu’ils sont aussi contrastés et que trois générations les séparent. L’auteur fait souvent parler une fille de 20 ans comme une bourgeoise de 40 ans et un homme de 90 ans comme ces ducons des « du coup » et ces envolées des « voilà » qui sévissent à longueur d’antennes depuis les années 2010 en émettant des « ou pas » (p.56) en suffoquant tels des poissons hors de l’eau théorique – oup ha ! oup ha ! – dès qu’on leur pose une question concrète. Né vers 1930, on a des convictions, même relatives ! Au fond, dit l’ancien président prix Nobel, il suffit de se sentir heureux pour l’être et la mort vient en son temps comme il se doit. Est-ce de la résignation stoïcienne, une soumission progressive à l’envahissement spirituel du Confucius chinois, ou du cynisme politique ? C’est en tout cas une sagesse surgie du long vécu que le vieillard veut transmettre à la génération d’aujourd’hui.

L’auteur est journaliste né en 1974, il dirige la maison d’édition Grands voyageurs depuis dix-huit ans et est rédacteur en chef depuis près de quatorze ans du magazine Voyages et hôtels de rêve. Comme son président, il écrit son premier roman à 45 ans ; comme sa stagiaire (calquée peut-être sur sa fille), il a fait Science Po (Aix) et droit ; comme l’hebdo de sa journaliste, il a créé Confidentiel, magazine haut de gamme qui publie de longues interviews de 15 à 30 pages de personnalités françaises et internationales.

Alexandre Arditti, La conversation, 2021, éditions Les presses littéraires, 121 pages, €12.00 e-book Kindle €8.49

Attachée de presse BALUSTRADE : Guilaine Depis, 06 84 36 31 85 guilaine_depis@yahoo.com

Joaquin Scalbert fait son entrée à Causeur avec les questions bioéthiques

Une rencontre avec l’auteur de cet article le 24 juin à Paris.
PMA ? GPA ? euthanasie ? eugénisme ? Le droit de connaître son géniteur ? La solidarité entre les générations ?  La prolongation de l’IVG jusqu’au terme de la grossesse ? La Balustrade de Guilaine Depis et Joaquin Scalbert vous invitent à venir débattre autour d’un verre de vin de Bourgogne des questions de bioéthique qui sont au cœur de l’actualité politique immédiate le jeudi 24 juin 2021 de 17h à 21h, à l’Atelier Galerie Taylor 7 rue Taylor, 75 010 Paris. RSVP par SMS 06 84 36 31 85 •

Les quatre dangers de la loi de bioéthique

Loin de rejeter en bloc la loi de bioéthique, je m’élève contre un gouvernement qui oublie qu’une loi concerne tous les citoyens sans exception.

La convention internationale des Droits de l’enfant (1989) considère dans son préambule que « l’enfant, en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d’une protection spéciale et de soins spéciaux, notamment d’une protection appropriée, avant comme après la naissance ». Pourtant, cette loi ne semble pas prendre en compte l’enfant en tant que sujet. Seuls le droit au bonheur et le droit à l’enfant paraissent avoir présidé à l’élaboration de ce texte.

Quatre menaces existent :

La violence

La violence faite aux enfants nés par PMA et par GPA. La GPA est la suite logique de la PMA pour toutes les femmes (célibataires et homosexuelles), car il n’est pas possible d’empêcher longtemps les hommes dans la même situation, de bénéficier de tels droits.

Les donneurs de gamètes ne seront plus anonymes pour la plupart des enfants nés par PMA. Cependant, pour ceux qui sont nés avec des donneurs anonymes et pour ceux à qui on apprendra tardivement leur conception la violence sera toujours présente. Violence d’un secret enfin révélé. Etaient-ils si peu de chose pour que l’on ait omis de les informer et de les laisser ignorants de cette moitié d’eux-mêmes ? C’est une atteinte à leur dignité.

Violence du secret lui-même. Les enfants découvrent que ce constitue une grande part de leur patrimoine génétique et de leur personnalité n’est pas ce qu’ils croyaient. Ils se sentent vides ou amputés selon leur expression. Le succès des recherches généalogiques, l’engouement pour les méthodes de développement personnel prouvent combien nos concitoyens sont à la recherche de ce qui peut les aider à se situer dans leur environnement relationnel. Savoir d’où l’on vient, qui on est, où l’on va. Connaître ses racines, c’est aussi se mettre en lien en correspondance avec une communauté humaine plus large. Le roman familial est un fantasme nécessaire à chaque être humain. N’est-il pas dangereux de laisser les futurs parents d’enfants nés de PMA et GPA libres de toute responsabilité dans ce domaine ?

Le triomphe de l’hédonisme

Il est à l’œuvre dans la société de consommation. La recherche du plaisir immédiat, le désir satisfait à tout prix, l’émotion plutôt que la réflexion ou le narcissisme qui animent dans un sentiment de toute puissance les futurs parents, encouragés par les médias et accompagnés par les moyens techniques que fournit la science médicale, ne sont pas des fondements raisonnables à l’éducation des « bénéficiaires » de la PMA.

Comment allons-nous faire grandir ces enfants dans la conscience d’autrui et de la société ?

L’eugénisme

Tant décrié pour ce qu’il a représenté au XXe siècle… et pourtant parfaitement présent dans les conséquences de ce texte de loi. Il y aura demain des bébés sur catalogue (c’est déjà le cas aux Etats-Unis ou dans certains pays européens). Dans un premier temps, cela sera réservé aux parents les plus fortunés : pourquoi ne pas avoir un bébé de premier choix, quand on peut se le payer ?! Puis, comme pour tous les produits de consommation, cela deviendra accessible à tous.

L’amour des animaux réglemente aujourd’hui la destruction des poussins avant l’éclosion de l’œuf et bientôt avant que leur cœur batte (embryon de quatre jours) mais on n’interdit pas les IMG -interruption médicale de grossesse- jusqu’au 9e mois (n’oublions pas que les premiers battements de cœur de l’embryon humain surviennent dès la sixième semaine).

Les bébés médicaments et les chimères ne rentrent pas encore dans l’arsenal scientifique, mais ces expériences déjà réalisées en Chine et au Japon le seront probablement en France dans l’avenir. Les futurs parents sont-ils conscients de la vie qu’ils veulent donner et de celle qu’ils ont choisi d’ignorer ?

La science et ses limites

Avons-nous toute la connaissance scientifique pour dire que tel type de procréation présente plus ou moins de dangers qu’un autre pour ces futurs embryons ?

La GPA est présentée comme un magnifique acte d’amour (généralement bien rétribué) d’une personne pour des couples ne pouvant pas procréer. Acte sans conséquence sur l’enfant, puisque toutes les gamètes mâles et femelles proviennent de donneurs et donneuses externes. Pourtant, nous en découvrons peu à peu beaucoup sur la vie intra-utérine (sensations, perceptions, émotions, échanges entre le sang fœtal et le sang de la mère porteuse). Nous savons aussi que l’accouchement par césarienne peut interférer avec la composition macrobiotique de l’intestin du nouveau-né et influer sur sa fonction immunologique. Combien de futurs parents sont avertis de ce type de « dommages collatéraux » ?

La loi de bioéthique ne prendrait de sens que dans un schéma de responsabilité générale, où des minorités ne pourraient jouir de nouveaux droits qu’en s’inscrivant dans un parcours pédagogique les amenant à un meilleur respect d’autrui et de la société qui leur permet de satisfaire leur désir personnel. Un meilleur accès aux informations médicales doit également être repensé.

Nouvelles du temps présent: Archives du lendemain

Price: 14,00 €

6 used & new available from 5,60 €

Des femmes et des adieux

Price: 27,00 €

3 used & new available from 27,00 €

 

Combler certaines lacunes du système éducatif post-Bac grâce à l’IFESD

Texte d’Eric Jeux, fondateur de l’IFESD 

Depuis quelques semaines une double polémique enfle dans les journaux et les réseaux sociaux. D’une part, elle oppose l’Université avec le système compétitif des Classes Préparatoires et des Grandes Ecoles. D’autre part, elle accuse Parcoursup d’exclure arbitrairement des élèves méritants.

Ces polémiques ne sont pas seulement mal posées, elles éloignent encore la prise de conscience des problèmes du système d’éducation supérieur français. Pourtant l’année avait bien commencé, on découvrait horrifiés que l’Université pouvait être un lieu de misère financière et de solitude. On s’émouvait des cours en présentiel dans les classes prépas non pas pour se féliciter de l’attention portée aux élèves mais pour s’indigner de la disparité de traitement.

La différence profonde entre le système universitaire et le système des Ecoles (de commerce et d’ingénieur) c’est que le premier n’est pas sélectif au départ mais perd chaque année une part significative de ses effectifs qui en sortent sans diplôme. Alors que le second opère une sélection importante sur les élèves et qu’il les conduit ensuite presque tous jusqu’au bac+5. Les Ecoles remplissent en cela leur rôle de formateur des cadres. Comment l’Université peut-elle porter la même attention que les prépas et les écoles à ses étudiants pour les réorienter vers des formations diplômantes qui leur conviennent ?

Du côté des prépas et de Parcoursup, le problème du système actuel n’est pas seulement l’exclusion de quelques élèves maltraités par l’algorithme. Il est beaucoup plus profond. En s’appuyant exclusivement sur l’excellence scolaire, l’algorithme de Parcoursup néglige des profils essentiels, par exemple ceux qui développent l’esprit d’équipe ou ceux qui s’investissent dans l’action sociale. Ce tropisme scolaire est encore renforcé dans les prépas. Au contraire, dans les entreprises on est parfaitement conscient de la variété des besoins et les profils de coéquipiers ou moralement engagés sont recherchés activement.

Les universités américaines ont depuis longtemps compris le besoin d’une pluralité de recrutement. C’est pourquoi, elles recrutent les membres des équipes de sport, et les élèves investis socialement avec autant de soin que les élèves qui ont le meilleur niveau académique.

Avec son modèle de recrutement hors Parcoursup, une école comme l’IFESD peut jouer la différence dans son processus d’admission, et identifier les élèves qui développent d’autres qualités plus humaines. A nouveau, il ne s’agit pas de s’opposer au système existant mais d’apporter des alternatives là où il est faible. Pour créer ces opportunités pour les élèves tout en les portant vers les concours d’entrées aux grandes écoles, il est nécessaire de faire aussi évoluer la pédagogie. Comme partout, c’est la technologie qui porte des innovations disruptives capables de chambouler un système éducatif bicentenaire : les Edtech.

Les technologies déployées par l’IFESD sont un énorme atout, car elles permettent une meilleure individualisation de l’enseignement, moins de perte de temps pour les élèves, moins de tension et plus d’efficacité. Comme d’autres Edtech, nous implémentons une plateforme au service d’une pédagogie afin de conduire chacun au niveau des concours. Nous sommes confiants que les autres qualités des élèves seront reconnues par les Ecoles et par leurs employeurs futurs.

Il est donc crucial de donner leur place à des Instituts indépendants qui, comme l’IFESD ont pour vocation de combler certaines lacunes du système, et parfois de montrer des voies possibles pour son évolution.

Invitation Jeudi 1er juillet Découvrez le NFT avec le premier Meetup autour du Crypto-Art

Une conférence pour découvrir le monde des NFT et du Crypto-Art.

Jeudi 1er juillet de 18h30 à 21h au Wagon, 16 Villa Gaudelet, 75011 Paris

Inscription obligatoire des journalistes : par sms (merci d’indiquer nom, prénom et support médiatique) au 06 84 36 31 85

Découvrez cette nouvelle vague qui révolutionne le monde de l’art avec les experts français : John Karp, Remy Peretz, auteurs du livre NFT REVOLUTION et Jean-Michel Pailhon, VP chez Ledger, nouvelle licorne française et leader mondial des Wallets de Cryptomonnaie.

Agenda

18h30 | Accueil 

19h00 | Comment réunir la communauté française du NFT?  
Avec Remy Peretz (NFT REVOLUTION/ NFT Morning) et Briyan Cessac (Screenshot). 

Présentation de la startup Screenshot.co et des initiatives pour fédérer la communauté du NFT et Crypto-Art française.

19h10 / Les NFT et le Crypto-Art aujourd’hui. 
John Karp, auteur du livre NFT REVOLUTION et animateur du podcast NFT Morning.

Les Crypto-punks qui marquent le début du Crypto-Art viennent de souffler leur 4ème bougie. Quels sont les principaux mouvements, artistes et plateformes du Crypto-Art qui se sont développés depuis? Ce talk vous permettra de vous initier en 20 minutes aux NFT.

 

 

19h40 l Les NFT demain. 
Jean-Michel Pailhon, VP Business Solution en compagnie d’invités de marque de chez Ledger

Nous ne sommes qu’au tout début de l’histoire des NFT et de la blockchain. Comment ce nouvel univers va évoluer dans les prochaines années? Jean-Michel et ses invités partageront leurs visions et le point de vue de Ledger sur ce marché.

20h10 l Show Your Art.
Des artistes de la communauté viendront présent leurs projets de NFT.

20h30 | Drinks

Lieu : Le Wagon, 16 Villa Gaudelet, 75011 Paris

Inscription journalistes : par sms (merci d’indiquer nom, prénom et support médiatique) au 06 84 36 31 85