Alex Dutilh consacre un « Open Jazz » à Laurent Dehors

A réécouter : https://www.francemusique.fr/emissions/open-jazz/laurent-dehors-une-nuit-a-l-opera-76101

Après un opus 1 très remarqué, Laurent Dehors continue son exploration de l’opéra, de l’époque baroque au XXème siècle, entouré d’une nouvelle équipe de musiciens dans “Une petite histoire de l’opéra, vol. 2”.

Laurent Dehors, une nuit à l'opéra
Tous Dehors, © Christophe Charpenel

Au sommaire aujourd’hui

  • Laurent Dehors à la Une

De Bizet à Purcell en passant par Mozart, Verdi, Rameau… ou par une version slam d’un opéra flamand, le répertoire s’égaie, se contorsionne, s’ornemente, se réinvente avec finesse.

Laurent Dehors poursuit avec bonheur dans « Une petite histoire de l’opéra, Vol 2 »  son exploration du répertoire lyrique avec comme boussole intérieure ses propres repères de compositeur jazz. Respectueux mais audacieux, exigeant mais joyeux et poétique, il repousse les frontières esthétiques pour insuffler un vent frais et décoiffant aux pièces incontournables de l’Opéra ainsi qu’à des airs moins connus et une pièce originale. Laurent Dehors offre un décalage fantaisiste et profond, porté par la soprano solaire Tineke Van Ingelgem et cinq poly-instrumentistes talentueux prêts à repousser les contours esthétiques du répertoire opératique avec une aisance un brin « no-limit ».

La profusion d’instruments (glockenspiel, balafon, vibraphone, marimba, batterie, trombone, tuba, soubassophone, saxophones, clarinettes, guimbarde, cornemuse, banjo, guitare, piano et piano préparé), l’étendue vocale de la soprano Tineke Van Ingelgem, la richesse d’interprétation et d’inventivité, font de « La Petite histoire de l’opéra opus 2 » un projet surprenant d’humour et d’énergie.
(extrait du communiqué de presse)

A écouter dans Jazz Club de Yvan Amar du samedi 21 septembre

François Vicaire repère une vraie Reine de la nuit dans « TOUS DEHORS »

http://theatreennormandie1.over-blog.com1.over-blog.com

L’opéra « OPUS 2 » de Laurent Dehors : la reine de la nuit chez Hellzapoppin

29 Septembre 2019 , Rédigé par François Vicaire

On avait aimé le premier OPUS de la petite histoire de l’Opéra concocté par Laurent Dehors et sa joyeuse équipe de musiciens, on adore cette nouvelle facette d’une talent qui joue de tous les genres avec une maestria époustouflante.
Dans le survol qu’il fait de l’univers si particulier du lyrique et dont a priori on pourrait le croire plutôt étranger, Dehors donne un coup de pied dans la fourmilière des certitudes en s’appropriant un répertoire qui n’a plus d’âge et dont on pensait tout connaître au point parfois de se surprendre à le rabâcher avec une délectation nostalgique.
Dans les choix qui ont été faits pour cet épatant CD, se côtoient des « standards » comme la « Habanera » de « Carmen ou le « Una furtiva Lacrima » de « L’elixir d’amor » que l’on redécouvre à l’aune d’une vision qui est tout, sauf iconoclaste. C’est que le principe de ce travail ne relève pas de la simple adaptation mais s’affirme comme un détournement d’intentions réfléchi et musicalement savamment construit.

Tineke van Ingelgem

Il en va ainsi d’une toccata dans laquelle, si on tend bien l’oreille, on retrouve le Monteverdi de « L’Orféo » mais aussi et, surtout, dans une « Carmen » qui ne perd rien de ses qualités originelles mais qui prend une dimension nouvelle et percutante grâce, entre autre, à Tineke van Ingelgem (elle fut « Médée » la saison dernière à l’Opéra de Rouen) dont l’agilité de tessiture et la beauté du timbre restitue à la note près l’air de Micaëla ou celui de « Didon ». On pourrait même dire qu’en dépit de contre-chants téméraires mais jamais dévastateurs, il y a une grande fidélité et, pourrait-on dire, une authentique relecture de ses chefs-d’oeuvres impérissables, qu’ils soient de Purcell ou de Vivaldi, dans la manière dont Laurent Dehors les revisite.

Et si le choeur des enfants de « Carmen » prend une allure proche de l’univers d’Hellzapoppin, par contre le mambo de « West Side Story » s’épanouit dans une version que Bernstein lui-même n’aurait pas désavouée.

Quelque part Laurent Dehors est le petit-fils de l’André Popp «du « Piccolo saxo » et l’héritier du Gérard Calvi des « Branquignolles ». Les uns comme les autres sont tous sortis d’un moule classique qu’ils ont su apprivoiser en portant sur lui ce qu’on pourrait appeler un « irrespectueux respect »

Et, cerise sur le gâteau, pour clore cette succession de numéros tous plus succulents les uns que les autres, Tineke van Ingelgem s’offre hors programme le luxe d’une « Reine de la nuit » totalement ébouriffée à l’image même de cet « Opus 2» dont on espère qu’il ne sera pas le dernier.

 

Adèle Deuez offre un superbe compte-rendu du concert de « Tous Dehors » dans CAUSEUR

Tous Dehors: une petite histoire de l’opéra (et du jazz)

Plusieurs siècles d’opéra remaniés façon jazz offrant un décalage musical assumé


Après un premier opus, sorti en 2010, le sextet Tous Dehors se produisait au Studio de l’Ermitage (XXème arrondissement) pour son deuxième opus. Six musiciens éclectiques et polyvalents, noyés dans les instruments qui envahissent la scène. L’art du mélange des genres maîtrisé à la perfection!

J’étais partie avec un certain a priori, pas forcément négatif. Je me demandais simplement comment était-il possible de mêler de l’opéra et du jazz.

En témoigne le premier morceau joué : la Toccata de l’Orfeo de Monteverdi… Au balafon et à la guimbarde (si si !). Plus encore, c’est du Bizet, du Wagner et du Vivaldi (entre autres) qui nous ont été proposés d’écouter, le tout sublimé par une incroyable soprano – Tineke Van Ingelgem – aux airs de Maria Callas… Ça ne s’invente pas !

À mesure que les chansons défilaient, les musiciens passaient d’un instrument à l’autre dans une décontraction et une humilité qui les rendaient d’emblée sympathiques (c’est qu’ils le sont en plus !). Saxophone, clarinette, cornemuse, tuba, glockenspiel, batterie, guitare… Leur convivialité communicative donnait forcément envie de participer, et ce fut chose faite avec le « piano préparé » – qui consiste à placer des objets sur les cordes de l’instrument, ce dont le public est doté, en l’occurrence des clefs et des stylos – pour un rendu à la fois sublime et surprenant.

Mais il ne faut pas se méprendre, Tous Dehors ce n’est pas qu’une entreprise de démocratisation de l’opéra mais plutôt une réappropriation réussie. Et plus qu’une palette d’instruments c’est aussi, et surtout, une palette d’émotions. Le public passe consécutivement du mélancolique Air de Micaëla de Bizet à la candeur du Chœur des enfants, sans risque de fausse note et pour finir, avec brio et dans l’emballement généralisé, sur un morceau aux influences slam, au cours duquel la cantatrice s’est muée en véritable rock star.

À la fin du spectacle (c’est toujours trop court quand c’est bien), je suis allée voir Laurent Dehors, le metteur en scène. Il a eu cette phrase qui mérite d’être rapportée : « Nous voulons sortir des petites cases, de cette manie de tout ranger dans des tiroirs, mais c’est difficile ». L’Opus 2 de Tous Dehors n’est, à l’évidence, pas la partie d’un tout mais plutôt, et comme disait Paul Verlaine, « de la musique avant toute chose ». Musique, certes, inclassable et c’est tant mieux ! Il n’en demeure pas moins un merveilleux spectacle offert par des musiciens hors pair qui ne s’adressent pas qu’aux mélomanes, mais aussi aux curieux, et mériterait sans aucun doute de sortir des petites cases. Un monde à part qu’il est impératif de découvrir et qui, j’en suis sûre, mettra tout le monde d’accord.

Le jarsjasejazz applaudit Laurent Dehors et son groupe de jazzopéra !

http://lejarsjasejazz.over-blog.com/2019/09/une-petite-histoire-de-l-opera.laurent-dehors-ouvre-le-studio-de-l-ermitage.html

Laurent Dehors ouvre le Studio de l’Ermitage

Publié le par Guillaume Lagrée

Laurent Dehors. 

Tous Dehors!

Une petite histoire de l’Opéra

Paris. Studio de l’Ermitage.

Mercredi 18 septembre 2019. 20h30

Laurent Dehors: composition, clarinettes, saxophones, cornemuse, guimbarde, voix

Jean-Marc Quillet: percussions, clavier, batterie, voix

Gabriel Gosse: guitare électrique 7 cordes, banjo, percussions, clavier, batterie, voix

Michel Massot: tuba, trombone, voix

Matthew Bourne: piano, piano préparé, voix

Tineke Van Ingelgem: voix soprano

Concert diffusé en différé dans l’émission Jazz Club d’Yvan Amar sur France Musique. 

Laurent Dehors aime les chanteuses à forte présence scénique, de corps et d’esprit élevé. Après la Française Elise Caron et sa Chanson politique louée sur ce blog, la Belge Tineke Van Ingelgem, soprano d’opéra, qui s’encanaille joyeusement avec des Jazzmen. Le spectacle se nomme  » Une petite histoire de l’opéra. Opus 2 « . Cf vidéo sous cet article. 

Introduction par un solo de balafon. Laurent Dehors y ajoute une guimbarde, celle qui se conduit avec les lèvres et la langue. Le batteur martèle ses tambours. Trombone et piano entrent dans la danse. Joyeux vacarme coordonné. Le tuba remplace le trombone. La ligne de basse est plus marquée grâce à ce changement d’instrument. C’est un air baroque. Laurent Dehors s’empare d’une cornemuse, le seul instrument capable de faire peur à la guitare électrique selon le chanteur irlandais Van Morrison. Batterie et tuba nous donnent des points de repère alors que piano, balafon et cornemuse nous secouent en tous sens. C’était la Toccata de l’Orfeo (1607) de Claudio Monteverdi, premier opéra de l’histoire de la musique. Enfin, le premier dont la partition nous soit parvenue.

Tout se calme. Laurent Dehors passe à la clarinette basse. Jean-Marc Quillet passe au clavier. Tineke Van Ingelgem s’avance, parée de sagesse et de beauté, pour chanter un grand air d’opéra. Le batteur s’est tu. Guitare électrique. Mélange entre Jazz, musette et opéra. Gabriel Gosse quitte la guitare pour un clavier. A part le pianiste, chaque musicien est polyinstrumentiste dans ce groupe. C’est de l’opéra français. Le trombone ponctue ironiquement. J’en oublie le pianiste. Il s’en passe des choses sur cette scène, sapristi! A 5 + 1 chanteuse ils créent plus de musique que bien des grands orchestres.C’était  L’air de Micaëla dans la Carmen (1875) de Georges Bizet.

Toujours de Bizet, toujours tiré de Carmen, le  » choeur des gamins  » rebaptisé le  » choeur des enfants « . Il est un peu dérangé mais certains des musiciens aussi nous prévient gentiment Laurent Dehors. Concours de bruitages. C’est joyeux, festif, enfantin. Une ronde bien décalée. La chanteuse qui, visiblement s’amuse, se lance dans la sarabande. Laurent Dehors est au sax ténor pour cette chanson de marche joyeusement déstructurée.

Duo piano & clarinette. La clarinette sème la folie, le piano la sagesse. Un petit rythme continu sort d’une boite. Le tuba lance la fameuse Habanera de la Carmen de Georges Bizet et Tineke enchaîne avec le fameux air  » L’amour est enfant de Bohême. Il n’a jamais connu de loi  » ( ce qui fait de l’Amour un petit anarchiste tchèque selon Alphonse Allais: il est enfant de Bohême et il n’a jamais connu de loi). Cf extrait audio au dessus de cet article.

Le groupe met de la folie dans cet air connu censé parler d’amour fou. Là, c’est crédible. Chanté par Tineke Van Ingelgem, gloups! Compliments à la chanteuse pour son ouverture d’esprit. Comme scène et comme musique, cela la change de la Monnaie de Bruxelles où elle a déjà triomphé. La Habanera de Bizet vient de la musique espagnole donc de la musique arabe. Elle s’est transportée à Cuba (La Habana) puis dans le Jazz afro cubain. Antoine Hervé explique cela magnifiquement depuis son piano dans ses Leçons de Jazz maintes fois célébrées sur ce blog. 

Solo de tuba pour commencer. Duo percutant entre piano et batterie. La clarinette vient y ajouter son swing. Avec piano et baguette. Retour au sax ténor pour Laurent Dehors. Une sorte de mambo fracassé. Celui de Leonard Bernstein dans West Side Story (1957) ponctué joyeusement par un vibrant  » Mambo  » dit par la chanteuse. 

Un air sombre à la guitare repris par la clarinette basse. Trombone wah wah lent. Le temps s’étire, s’effiloche, se désagrège. Tineke chante en anglais un air funèbre. C’est l’air de la mort de  Didon dans  » Dido and Aeneas  » (1689) d’Henry Purcell .  «  When I am laid in earth « . Piano préparé. Bruitages en douceur. Guitare électrique, trombone, clarinette basse, piano accompagnent ce grand air chanté par Tineke Van Ingelgem avec lenteur, ampleur et majesté. Bref, comme il convient. Elle sait aussi se servir du microphone alors qu’il n’y en a pas sur une scène d’opéra. Belle montée en puissance du groupe. Un temps de silence admiratif avant les applaudissements. 

La chanteuse demande au public de prêter des objets pour préparer le piano. Intro en solo de piano préparé. Ca le fait sonner plus proche d’un clavecin. Tineke lance un air baroque italien. J’ignore de quoi jouent le batteur et le vibraphoniste avec leurs maillets mais c’est charmant.  » Sento in seno ch’in pioggia di lagrime » (1717) d’Antonio Vivaldi. Air composé pour un castrat, aujourd’hui chanté habituellement par un contre ténor, chanté ici par une soprano. Clarinette basse pour commencer. Un très bel air se crée, se déploie. les cordes de la guitare électrique remplacent celles des violons pour suggérer les gouttes de pluie. La voix de Tineke s’envole. Bravissimo!

 » Les oiseaux  » une composition de Laurent Dehors basée sur les chants d’oiseaux mêlée à un air d’opéra flamand de style wagnérien. Ne parlant pas un mot de flamand, je ne garantis rien quant à l’orthographe. Il s’agirait donc de  » Winternacht brouw  » d’August Debouw. Je compte sur les lectrices flamandes et les lecteurs néerlandais pour me corriger. En tout cas, l’air est consacré   » O tournesol « ,  » O Zohnebloom  » si j’ai bien compris la version flamande. Pour nous préparer psychologiquement à son interprétation, Tineke Van Ingelgem nous prévient que les chanteurs d’opéra sont comme des rock stars ( et réciproquement. Souvenons nous de Freddie Mercury si fier de chanter en duo avec Montserrat Caballe l’hymne des JO de Barcelone en 1992).

Tuba et batterie installent une rythmique funky alors que vibraphone, clarinette et piano sèment des graines de folie.  » O zohnebloom  » chante la Flamande Tineke Van Ingelgem. Ce n’est pas le genre de Flamande qui danse sans rien dire aux dimanches sonnantes. Elle mêle bel canto et scansion rap en même temps. C’est bombastic comme elle dit. Cette chanteuse, c’est une bombe comme vous l’avez compris, lectrices Baroques, lecteurs Hard Bop. 

Intro en piano solo. Un air classique connu que le groupe reprend en le déviant vers une fanfare Nouvelle Orléans. L’instrumentation le prouve; clarinette basse, trombone, banjo. Tineke chante en allemande cette fois. Un autre air d’opéra que je ne connais pas. 

RAPPEL

Le tube des tubes de l’opéra nous annonce Laurent Dehors qui ajoute que cela servait de musique de publicité pour du café lorsqu’il était petit. Il est né en  1964.  » La reine de la nuit  » de Mozart dans La flûte enchantée  ( Die Zauberflöte. 1791). Tineke Van Ingelgem fait toutes les vocalises qui conviennent à cet air immortel.  Ca devient du garage rock. Brutal et bref. 

Intense, surprenante, dérangeante, stimulante, telle est cette Petite histoire de l’Opéra. Opus 2, jouée par Laurent Dehors et ses complices. Alors que les conservatoires interdisent aux musiciens dits classiques d’improviser sur des partitions (seuls les organistes ont conservé ce privilège) remercions les d’avoir métissé les grands airs avec du Jazz, du Rock, de la Folk, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. Remercions aussi les Dieux et les Muses d’avoir placé sur leur route la soprano Tineke Van Ingelgem. Superfunkycalifragisexy Lady!

Paperblog a assisté au concert de TOUS DEHORS et en rend compte

Une petite histoire de l’Opéra. Laurent Dehors ouvre le Studio de l’Ermitage

Publié le 22 septembre 2019 par Assurbanipal

Paris. Studio de l’Ermitage.

Mercredi 18 septembre 2019. 20h30

Laurent Dehors: composition, clarinettes, saxophones, cornemuse, guimbarde, voix

Jean-Marc Quillet: percussions, clavier, batterie, voix

Gabriel Gosse: guitare électrique 7 cordes, banjo, percussions, clavier, batterie, voix

Michel Massot: tuba, trombone, voix

Matthew Bourne: piano, piano préparé, voix

Tineke Van Ingelgem: voix soprano

Concert diffusé en différé dans l’émission d’Yvan Amar sur France Musique.

Laurent Dehors aime les chanteuses à forte présence scénique, de corps et d’esprit élevé. Après la Française Elise Caron et sa Chanson politique louée sur ce blog, la Belge Tineke Van Ingelgem, soprano d’opéra, qui s’encanaille joyeusement avec des Jazzmen. Le spectacle se nomme  » Une petite histoire de l’opéra. Opus 2 « . Cf vidéo sous cet article.

Introduction par un solo de balafon. Laurent Dehors y ajoute une guimbarde, celle qui se conduit avec les lèvres et la langue. Le batteur martèle ses tambours. Trombone et piano entrent dans la danse. Joyeux vacarme coordonné. Le tuba remplace le trombone. La ligne de basse est plus marquée grâce à ce changement d’instrument. C’est un air baroque. Laurent Dehors s’empare d’une cornemuse, le seul instrument capable de faire peur à la guitare électrique selon le chanteur irlandais Van Morrison. Batterie et tuba nous donnent des points de repère alors que piano, balafon et cornemuse nous secouent en tous sens. C’était la Toccata de l’ Orfeo (1607) de Claudio Monteverdi, premier opéra de l’histoire de la musique. Enfin, le premier dont la partition nous soit parvenue.

Tout se calme. Laurent Dehors passe à la clarinette basse. Jean-Marc Quillet passe au clavier. Tineke Van Ingelgem s’avance, parée de sagesse et de beauté, pour chanter un grand air d’opéra. Le batteur s’est tu. Guitare électrique. Mélange entre Jazz, musette et opéra. Gabriel Gosse quitte la guitare pour un clavier. A part le pianiste, chaque musicien est polyinstrumentiste dans ce groupe. C’est de l’opéra français. Le trombone ponctue ironiquement. J’en oublie le pianiste. Il s’en passe des choses sur cette scène, sapristi! A 5 + 1 chanteuse ils créent plus de musique que bien des grands orchestres.C’était L’air de Micaëla dans la (1875) de Georges Bizet.

Toujours de Bizet, toujours tiré de Carmen, le  » choeur des gamins  » rebaptisé le  » choeur des enfants « . Il est un peu dérangé mais certains des musiciens aussi nous prévient gentiment Laurent Dehors. Concours de bruitages. C’est joyeux, festif, enfantin. Une ronde bien décalée. La chanteuse qui, visiblement s’amuse, se lance dans la sarabande. Laurent Dehors est au sax ténor pour cette chanson de marche joyeusement déstructurée.

Duo piano & clarinette. La clarinette sème la folie, le piano la sagesse. Un petit rythme continu sort d’une boite. Le tuba lance la fameuse Habanera de la Carmen de Georges Bizet et Tineke enchaîne avec le fameux air  » L’amour est enfant de Bohême. Il n’a jamais connu de loi  » ( ce qui fait de l’Amour un petit anarchiste tchèque selon Alphonse Allais: il est enfant de Bohême et il n’a jamais connu de loi). Cf extrait audio au dessus de cet article.

Le groupe met de la folie dans cet air connu censé parler d’amour fou. Là, c’est crédible. Chanté par Tineke Van Ingelgem, gloups! Compliments à la chanteuse pour son ouverture d’esprit. Comme scène et comme musique, cela la change de la Monnaie de Bruxelles où elle a déjà triomphé. La Habanera de Bizet vient de la musique espagnole donc de la musique arabe. Elle s’est transportée à Cuba (La Habana) puis dans le Jazz afro cubain. Antoine Hervé explique cela magnifiquement depuis son piano dans ses Leçons de Jazz maintes fois célébrées sur ce blog.

Solo de tuba pour commencer. Duo percutant entre piano et batterie. La clarinette vient y ajouter son swing. Avec piano et baguette. Retour au sax ténor pour Laurent Dehors. Une sorte de mambo fracassé. Celui de Leonard Bernstein dans West Side Story (1957) ponctué joyeusement par un vibrant  » Mambo  » dit par la chanteuse.

Un air sombre à la guitare repris par la clarinette basse. Trombone wah wah lent. Le temps s’étire, s’effiloche, se désagrège. Tineke chante en anglais un air funèbre. C’est l’air de la mort de Didon dans  » Dido and Aeneas  » (1689) d’Henry Purcell . «  When I am laid in earth « . Piano préparé. Bruitages en douceur. Guitare électrique, trombone, clarinette basse, piano accompagnent ce grand air chanté par Tineke Van Ingelgem avec lenteur, ampleur et majesté. Bref, comme il convient. Elle sait aussi se servir du microphone alors qu’il n’y en a pas sur une scène d’opéra. Belle montée en puissance du groupe. Un temps de silence admiratif avant les applaudissements.

La chanteuse demande au public de prêter des objets pour préparer le piano. Intro en solo de piano préparé. Ca le fait sonner plus proche d’un clavecin. Tineke lance un air baroque italien. J’ignore de quoi jouent le batteur et le vibraphoniste avec leurs maillets mais c’est charmant.  » Sento in seno ch’in pioggia di lagrime » (1717) d’Antonio Vivaldi. Air composé pour un castrat, aujourd’hui chanté habituellement par un contre ténor, chanté ici par une soprano. Clarinette basse pour commencer. Un très bel air se crée, se déploie. les cordes de la guitare électrique remplacent celles des violons pour suggérer les gouttes de pluie. La voix de Tineke s’envole. Bravissimo!

 » Les oiseaux  » une composition de Laurent Dehors basée sur les chants d’oiseaux mêlée à un air d’opéra flamand de style wagnérien. Ne parlant pas un mot de flamand, je ne garantis rien quant à l’orthographe. Il s’agirait donc de  » Winternacht brouw  » d’August Debouw. Je compte sur les lectrices flamandes et les lecteurs néerlandais pour me corriger. En tout cas, l’air est consacré  » O tournesol « ,  » O Zohnebloom  » si j’ai bien compris la version flamande. Pour nous préparer psychologiquement à son interprétation, Tineke Van Ingelgem nous prévient que les chanteurs d’opéra sont comme des rock stars ( et réciproquement. Souvenons nous de Freddie Mercury si fier de chanter en duo avec Montserrat Caballe l’hymne des JO de Barcelone en 1992).

Tuba et batterie installent une rythmique funky alors que vibraphone, clarinette et piano sèment des graines de folie.  » O zohnebloom  » chante la Flamande Tineke Van Ingelgem. Ce n’est pas le genre de Flamande qui danse sans rien dire aux dimanches sonnantes. Elle mêle bel canto et scansion rap en même temps. C’est bombastic comme elle dit. Cette chanteuse, c’est une bombe comme vous l’avez compris, lectrices Baroques, lecteurs Hard Bop.

Intro en piano solo. Un air classique connu que le groupe reprend en le déviant vers une fanfare Nouvelle Orléans. L’instrumentation le prouve; clarinette basse, trombone, banjo. Tineke chante en allemande cette fois. Un autre air d’opéra que je ne connais pas.

RAPPEL

Le tube des tubes de l’opéra nous annonce Laurent Dehors qui ajoute que cela servait de musique de publicité pour du café lorsqu’il était petit. Il est né en 1964.  » L a reine de la nuit » de Mozart dans La flûte enchantée ( Die Zauberflöte. 1791). Tineke Van Ingelgem fait toutes les vocalises qui conviennent à cet air immortel. Ca devient du garage rock. Brutal et bref.

Intense, surprenante, dérangeante, stimulante, telle est cette Petite histoire de l’Opéra. Opus 2, jouée par Laurent Dehors et ses complices. Alors que les conservatoires interdisent aux musiciens dits classiques d’improviser sur des partitions (seuls les organistes ont conservé ce privilège) remercions les d’avoir métissé les grands airs avec du Jazz, du Rock, de la Folk, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. Remercions aussi les Dieux et les Muses d’avoir placé sur leur route la soprano Tineke Van Ingelgem. Superfunkycalifragisexy Lady!

« Laurent Dehors ouvre le Studio de l’Ermitage » sur Paperblog par Assurbanipal

Une petite histoire de l’Opéra. Laurent Dehors ouvre le Studio de l’Ermitage

Publié le 22 septembre 2019 par Assurbanipal

Paris. Studio de l’Ermitage. https://www.paperblog.fr/8983871/une-petite-histoire-de-l-opera-laurent-dehors-ouvre-le-studio-de-l-ermitage/

Mercredi 18 septembre 2019. 20h30

Laurent Dehors: composition, clarinettes, saxophones, cornemuse, guimbarde, voix

Jean-Marc Quillet: percussions, clavier, batterie, voix

Gabriel Gosse: guitare électrique 7 cordes, banjo, percussions, clavier, batterie, voix

Michel Massot: tuba, trombone, voix

Matthew Bourne: piano, piano préparé, voix

Tineke Van Ingelgem: voix soprano

Concert diffusé en différé dans l’émission d’Yvan Amar sur France Musique.

Laurent Dehors aime les chanteuses à forte présence scénique, de corps et d’esprit élevé. Après la Française Elise Caron et sa Chanson politique louée sur ce blog, la Belge Tineke Van Ingelgem, soprano d’opéra, qui s’encanaille joyeusement avec des Jazzmen. Le spectacle se nomme  » Une petite histoire de l’opéra. Opus 2 « . Cf vidéo sous cet article.

Introduction par un solo de balafon. Laurent Dehors y ajoute une guimbarde, celle qui se conduit avec les lèvres et la langue. Le batteur martèle ses tambours. Trombone et piano entrent dans la danse. Joyeux vacarme coordonné. Le tuba remplace le trombone. La ligne de basse est plus marquée grâce à ce changement d’instrument. C’est un air baroque. Laurent Dehors s’empare d’une cornemuse, le seul instrument capable de faire peur à la guitare électrique selon le chanteur irlandais Van Morrison. Batterie et tuba nous donnent des points de repère alors que piano, balafon et cornemuse nous secouent en tous sens. C’était la Toccata de l’ Orfeo (1607) de Claudio Monteverdi, premier opéra de l’histoire de la musique. Enfin, le premier dont la partition nous soit parvenue.

Tout se calme. Laurent Dehors passe à la clarinette basse. Jean-Marc Quillet passe au clavier. Tineke Van Ingelgem s’avance, parée de sagesse et de beauté, pour chanter un grand air d’opéra. Le batteur s’est tu. Guitare électrique. Mélange entre Jazz, musette et opéra. Gabriel Gosse quitte la guitare pour un clavier. A part le pianiste, chaque musicien est polyinstrumentiste dans ce groupe. C’est de l’opéra français. Le trombone ponctue ironiquement. J’en oublie le pianiste. Il s’en passe des choses sur cette scène, sapristi! A 5 + 1 chanteuse ils créent plus de musique que bien des grands orchestres.C’était L’air de Micaëla dans la (1875) de Georges Bizet.

Toujours de Bizet, toujours tiré de Carmen, le  » choeur des gamins  » rebaptisé le  » choeur des enfants « . Il est un peu dérangé mais certains des musiciens aussi nous prévient gentiment Laurent Dehors. Concours de bruitages. C’est joyeux, festif, enfantin. Une ronde bien décalée. La chanteuse qui, visiblement s’amuse, se lance dans la sarabande. Laurent Dehors est au sax ténor pour cette chanson de marche joyeusement déstructurée.

Duo piano & clarinette. La clarinette sème la folie, le piano la sagesse. Un petit rythme continu sort d’une boite. Le tuba lance la fameuse Habanera de la Carmen de Georges Bizet et Tineke enchaîne avec le fameux air  » L’amour est enfant de Bohême. Il n’a jamais connu de loi  » ( ce qui fait de l’Amour un petit anarchiste tchèque selon Alphonse Allais: il est enfant de Bohême et il n’a jamais connu de loi). Cf extrait audio au dessus de cet article.

Le groupe met de la folie dans cet air connu censé parler d’amour fou. Là, c’est crédible. Chanté par Tineke Van Ingelgem, gloups! Compliments à la chanteuse pour son ouverture d’esprit. Comme scène et comme musique, cela la change de la Monnaie de Bruxelles où elle a déjà triomphé. La Habanera de Bizet vient de la musique espagnole donc de la musique arabe. Elle s’est transportée à Cuba (La Habana) puis dans le Jazz afro cubain. Antoine Hervé explique cela magnifiquement depuis son piano dans ses Leçons de Jazz maintes fois célébrées sur ce blog.

Solo de tuba pour commencer. Duo percutant entre piano et batterie. La clarinette vient y ajouter son swing. Avec piano et baguette. Retour au sax ténor pour Laurent Dehors. Une sorte de mambo fracassé. Celui de Leonard Bernstein dans West Side Story (1957) ponctué joyeusement par un vibrant  » Mambo  » dit par la chanteuse.

Un air sombre à la guitare repris par la clarinette basse. Trombone wah wah lent. Le temps s’étire, s’effiloche, se désagrège. Tineke chante en anglais un air funèbre. C’est l’air de la mort de Didon dans  » Dido and Aeneas  » (1689) d’Henry Purcell . «  When I am laid in earth « . Piano préparé. Bruitages en douceur. Guitare électrique, trombone, clarinette basse, piano accompagnent ce grand air chanté par Tineke Van Ingelgem avec lenteur, ampleur et majesté. Bref, comme il convient. Elle sait aussi se servir du microphone alors qu’il n’y en a pas sur une scène d’opéra. Belle montée en puissance du groupe. Un temps de silence admiratif avant les applaudissements.

La chanteuse demande au public de prêter des objets pour préparer le piano. Intro en solo de piano préparé. Ca le fait sonner plus proche d’un clavecin. Tineke lance un air baroque italien. J’ignore de quoi jouent le batteur et le vibraphoniste avec leurs maillets mais c’est charmant.  » Sento in seno ch’in pioggia di lagrime » (1717) d’Antonio Vivaldi. Air composé pour un castrat, aujourd’hui chanté habituellement par un contre ténor, chanté ici par une soprano. Clarinette basse pour commencer. Un très bel air se crée, se déploie. les cordes de la guitare électrique remplacent celles des violons pour suggérer les gouttes de pluie. La voix de Tineke s’envole. Bravissimo!

 » Les oiseaux  » une composition de Laurent Dehors basée sur les chants d’oiseaux mêlée à un air d’opéra flamand de style wagnérien. Ne parlant pas un mot de flamand, je ne garantis rien quant à l’orthographe. Il s’agirait donc de  » Winternacht brouw  » d’August Debouw. Je compte sur les lectrices flamandes et les lecteurs néerlandais pour me corriger. En tout cas, l’air est consacré  » O tournesol « ,  » O Zohnebloom  » si j’ai bien compris la version flamande. Pour nous préparer psychologiquement à son interprétation, Tineke Van Ingelgem nous prévient que les chanteurs d’opéra sont comme des rock stars ( et réciproquement. Souvenons nous de Freddie Mercury si fier de chanter en duo avec Montserrat Caballe l’hymne des JO de Barcelone en 1992).

Tuba et batterie installent une rythmique funky alors que vibraphone, clarinette et piano sèment des graines de folie.  » O zohnebloom  » chante la Flamande Tineke Van Ingelgem. Ce n’est pas le genre de Flamande qui danse sans rien dire aux dimanches sonnantes. Elle mêle bel canto et scansion rap en même temps. C’est bombastic comme elle dit. Cette chanteuse, c’est une bombe comme vous l’avez compris, lectrices Baroques, lecteurs Hard Bop.

Intro en piano solo. Un air classique connu que le groupe reprend en le déviant vers une fanfare Nouvelle Orléans. L’instrumentation le prouve; clarinette basse, trombone, banjo. Tineke chante en allemande cette fois. Un autre air d’opéra que je ne connais pas.

RAPPEL

Le tube des tubes de l’opéra nous annonce Laurent Dehors qui ajoute que cela servait de musique de publicité pour du café lorsqu’il était petit. Il est né en 1964.  » L a reine de la nuit » de Mozart dans La flûte enchantée ( Die Zauberflöte. 1791). Tineke Van Ingelgem fait toutes les vocalises qui conviennent à cet air immortel. Ca devient du garage rock. Brutal et bref.

Intense, surprenante, dérangeante, stimulante, telle est cette Petite histoire de l’Opéra. Opus 2, jouée par Laurent Dehors et ses complices. Alors que les conservatoires interdisent aux musiciens dits classiques d’improviser sur des partitions (seuls les organistes ont conservé ce privilège) remercions les d’avoir métissé les grands airs avec du Jazz, du Rock, de la Folk, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. Remercions aussi les Dieux et les Muses d’avoir placé sur leur route la soprano Tineke Van Ingelgem. Superfunkycalifragisexy Lady!

« Une image renversante de l’opéra trop sérieux »

Une petite histoire de l’opéra…

Ils sont six dans une bande de Normands. Ils revivifient la « grande » musique sous couvert du jazz. Ils usent de nombreux instruments incongrus tels qu’accordéon, balafon, banjo, batterie, boite à rythme, clarinette, cornemuse, cymbalum, glockenspiel, guimbarde, guitare, marimba, piano et piano « séparé », saxophone, soubassophone, trombone, tuba, vibraphone – sans parler de la Voix. Elle est celle de Tineke Van Ingelhem, soprano.

Leur projet ? Composer des morceaux inspirés de morceaux d’opéras : la toccata de l’Orfeo de Monteverdi, la Habanera de Bizet, Tristan de Wagner. Ils sont drôles, inventifs, joyeux. L’opéra se réinvente comme aux beaux jours du XIXe siècle où il était fredonné dans les rues.

Laurent Dehors est le directeur artistique et explore dans cet opus 2 ce qu’il avait débuté dans l’opus 1. Une histoire et ses cassures, une composition et un décalage. Une image renversante de l’opéra trop sérieux.

« Tous dehors » est le nom du groupe et la région Normandie le soutient, tout comme le Ministère. On se demande ce que deviendrait « l’Art » sans l’Etat en France…

L’album est sorti hier 20 septembre, après un concert de lancement le 18. A Paris.

Attachée de presse BALUSTRADE : Guilaine Depis, 06 84 36 31 85 guilaine_depis@yahoo.com

Tous Dehors, Une petite histoire de l’opéra opus 2, 2019, €13.99

Tous Dehors, Une petite histoire de l’opéra opus 1, 2011, (indisponible pour le moment)