Féminin Bio est le premier média à présenter la Gymnosophe Anne Bouillon

LES QUATRE PRINCIPES DE LA GYMNOSOPHIE, LA « SAGESSE DE LA GYMNASTIQUE »

Publié le 12 octobre 2019
Anne est une ancienne professeure de philosophie et auteure de « Gilles Deleuze et Antonin Artaud, l’impossibilité de penser », L’Harmattan, Paris, 2016. Reconvertie en professeure de yoga, qui étend l’enseignement de la philosophie à celui de la pratique du yoga, elle anime le site lagymnosophe.com.
La gymnosophie vous donnera des clefs et des outils pour forger votre horizon de pensée et de compréhension de vous-même.
La gymnosophie vous donnera des clefs et des outils pour forger votre horizon de pensée et de compréhension de vous-même.
© Anne Bouillon
 Avec la démocratisation du yoga en Occident ces dernières années, l’approche spirituelle de la pratique s’est peu à peu atténuée afin de toucher un public large. La gymnosophie permet de retrouver cette spiritualité perdue à travers la théorie des grands philosophes et la pratique du yoga.

Qu’y a-t-il de commun entre la philosophie et le yoga ? À première vue, pas grand-chose. La philosophie serait une discipline de l’esprit, le yoga une pratique physique. Les intellos d’un côté, les athlètes de l’autre, les philosophes à la bibliothèque, les yogis à la salle de gym !

Et pourtant, le yoga apporte quelque chose de plus qu’un sport. Ce plus, ce supplément d’âme, n’est autre que son aura philosophique. Yoga et philosophie entretiennent des liens intimes et prennent en charge les mêmes problèmes humains, dont le premier et pas le moindre est d’abord la connaissance de soi-même.

« Connais-toi toi-même ! », Socrate

C’est pourquoi on s’offre vraiment un temps pour soi, on revient authentiquement à soi-même pendant une classe de gymnosophie. Philosophie et yoga donnent du sens à la vie et permettent de prodigieuses transformations tant physiques que spirituelles. Les postures du yoga, cela n’est pas toujours connu, ne sont qu’un moment du yoga. Lire les textes philosophiques, se les approprier, les questionner, élaborer sa propre pensée, en fait aussi partie. Avec les sages et philosophes, osons observer les paradoxes et explorer les chemins qu’ils ouvrent.

À partir de cela, vous pourrez élaborer votre propre rituel philosophique et choisir des citations qui vous touchent particulièrement comme support pour vous concentrer. En cela, la « classe » de gymnosophie vous donnera des clefs, des outils, des réponses, pour forger votre horizon de pensée et de compréhension de vous-même.

Dans un espace joyeux et décomplexé, la classe commence par la présentation d’un problème ou d’un paradoxe, comme une courte leçon. Par exemple, on me demande souvent comment passer du corps à l’esprit et de l’esprit au corps. Voilà une immense question métaphysique comprise par le yoga et la philosophie, qui définit le deuxième principe de la gymnosophie :

La gymnosophie rétablit l’équilibre entre le corps et l’esprit

En métaphysiciens qui s’ignorent parce que pris dans nos vies trépidantes, tout se passe comme si nous étions en train de chercher des passages entre deux maisons, l’une étant celle de l’esprit, l’autre étant celle du corps. Ces passages, ces chemins, constituent le nœud de la métaphysique occidentale, qui aura forgé notre vision du monde et nos modes de vie. Platon disait que le but de la philosophie était l’équilibre entre corps et âme, sagesse empruntée explicitement aux gymnosophes. Il est manifeste qu’aujourd’hui, nous en ayons plus que jamais besoin.

C’est alors que, suite à l’aspect théorique, dans un deuxième temps, la pratique du yoga, vient faire vivre les questions et que nous nous redécouvrons selon ce troisième principe :

« Corps je suis tout entier », Nietzsche

À partir de la pratique physique du yoga, nous allons du plus apparent, du plus grossier, vers le plus subtil, afin d’appréhender les possibilités inattendues de notre propre corps. Ici, nous nous apercevons que si nous sommes parfois ignorants de nous-mêmes et que cela peut être source de souffrance, d’erreurs, de mauvaises rencontres, d’insatisfaction à exister, et de ce sentiment d’être comme bloqué dans une impasse, nous ne connaissons pas mieux notre propre corps ! Or le corps détient une sagesse, une pensée, que nous méconnaissons. Comme l’a écrit Spinoza, « ce que peut le Corps, personne jusqu’à présent ne l’a déterminé, […] ce qui montre assez que le corps lui-même peut bien des choses qui font l’admiration de son Esprit. » Et c’est là le quatrième principe de la gymnosophie :

Corps et esprit s’aiment sans se discriminer dans la joie de l’instant présent

Après la relaxation, un temps est dédié sans jugement et dans la bonne humeur aux questions et aux réponses, constituant la synthèse résolue de la classe du jour. Toutes les questions sont bienvenues, sans connaissances pré-requises, qu’elles portent sur la théorie ou la pratique, ou sur les impressions les plus personnelles, une expérience à partager. Une chose paraît certaine, comme Socrate, nous savons que nous ne savons rien, de quoi chasser la gravité et l’esprit de sérieux pour libérer la parole. Ensuite, la vie active peut reprendre son cours dans la détente et le renouveau.

Les gymnosophes ont beaucoup à nous apprendre. Tous les problèmes nouveaux sont en réalité très anciens : yogis, philosophes, penseurs, et sages les ont portés pour nous. C’est avec eux que je vous invite à venir vous retrouver, vous ressourcer et découvrir en vous-même votre part sacrée.

Anne Bouillon, professeur de yoga et docteur en philosophie.
annegymnosophe@gmail.com
Retrouvez-moi sur Facebook, Instagram
lagymnosophe.com (à partir de novembre 2019)