Une blogueuse réceptive au premier roman d’Alexandre Arditti

les Bains de Cabourg ( 1)

Publié le 29/07/2021 à 14:33 par intelligently-sexyTags : sur mer article amis maison soi livre vie demain
les Bains de Cabourg ( 1)

Voici mon journal de bord promis …

Je commence par ma matinée ,  délicieuse avec un brunch servis sur notre terrasse qui surplombait la mer , quoi de mieux ?

Les soins étaient l’après midi , je vais y consacrer un article , donc le matin nous marchions une heure près de la mer , plein d’iode à volonté et nous avions des amis qui étaient dans une maison proche donc on papotait .

L’hôtel était incroyable , donc on y a passé beaucoup de temps avec les soins , j’adorais bouquiner , mon livre Dernière Liberté sur www.desmotsquitrottent.fr et aussi un livre brillant  » La conversation  » d’ Alexandre Arditti Aux presses Littéraires , où il y a cette phrase  » La vie est courte , on ne perd pas son temps …

Bien vu .

A demain …

« Applaudissez-moi ! » de Philippe Zaouati choisi comme roman de l’été par H24 Finance

Quelques livres conseillés par les sociétés de gestion pour cet été…

 

5 sociétés de gestion partagent quelques idées de lecture pour vos vacances…

Guillaume Dard, Montpensier Finance

« Un choix de livres pour mieux comprendre le monde tel qu’il est. »

  • Bill Gates, fondateur de Microsoft a décidé de s’engager dans la cause climatique. Il délivre dans son livre-programme « Climat : comment éviter un désastre » un brillant et convaincant message : le zéro carbone est un objectif atteignable si l’on cesse de gaspiller son énergie en fausses solutions…
  • Dans « Scale », Geoffrey West a axé sa recherche sur les principes et les modèles unificateurs reliant tout, sur les cellules et les écosystèmes…
  • Gérald Bronner, grand spécialiste de la sociologie cognitive, dans son livre « Apocalypse cognitive » rappelle que nous n’avons jamais disposé d’autant d’informations et d’autant de temps libre pour y puiser loisir et connaissance du monde…

H24 : Pour consulter la liste complète des suggestions de Guillaume Dard, cliquez ici.

Didier Saint-Georges, Carmignac

« Au risque de paraître un peu perché, 3 classiques indispensables. »

  • Un pour les grimpeurs : « Les conquérants de l’inutile » de Lionel Terray (1961), le plus beau livre sur l’escalade (et le plus beau titre).
  • Un pour les voyageurs : « L’usage du monde » de Nicolas Bouvier, (1963) le précurseur de Sylvain Tesson.
  • Un pour ceux qui ne peuvent vraiment pas décrocher (à ne pas confondre avec les lecteurs de Lionel Terray) : « John Law » de Nicolas Buat (2015), une rapide histoire de celui qui avait presque réussi à faire croire à tout le monde que la création monétaire pouvait être la solution aux déficits.

Frédéric Rollin, Pictet AM

« L’année nous a malmenés et nous avons besoin d’une vraie coupure. Donc, pas de livre de géopolitique, de finance comportementale ou d’histoire économique. Les progrès de la Chine, les systèmes de pensée rapides ou lents, les bulles des tulipes ou des mers du sud resteront sur les étagères. Voyageons, évadons-nous, rions, c’est mérité. Voici mes conseils pour les lectures d’été. »

  • « Dune » de Frank Herbert. Un classique de la science-fiction. Portés par une écriture simple et directe, vous voyagerez loin. Vous suivrez Paul l’Atréide et sa mère Jessica, la Bene Gesserit dans leur lutte contre les cruels et puissants Harkonnen. Vous serez propulsés sur Dune, la planète la plus inhospitalière de l’Empire, recouverte d’un désert sec gardé par les vers géants et découvrirez les Fremen, peuple du désert. A lire entre juillet et août, avant de se délecter de la version hollywoodienne de Denis Villeneuve, en septembre. Il sera alors trop tard pour construire ses propres images, et ce serait dommage.   
  • « Le bâtard récalcitrant » de Tom Sharpe. Les Anglais ont perdu la maîtrise des mers mais ils écrasent la concurrence dans le domaine de l’humour. Situations scabreuses, répliques fantaisistes, humour noir au scalpel, Tom Sharpe malmène ses personnages avec une ironie cruelle mais bienveillante, et nous rions. Il les bouscule mais il les aime. Nous aussi.
  • « Doggy Bag – Saison 1 » de Philippe Djian. Passions, ambitions, jalousies, machinations, intrigues entrecroisées, retournements de situation, un roman qui s’inspire des meilleures séries télévisuelles et qui les dépasse largement. Une façon agréable de nous désintoxiquer des Netflix et compagnie. Retrouvez le goût de la lecture avec la Saison 1 et dégustez les Saisons 2, 3 et 4.

Pierre Puybasset, La Financière de l’Echiquier

« Mes 3 livres pour cet été. Bonnes vacances ! »

  • « Le monde en 2040 vu par la CIA » du National Intelligence Council. Un ouvrage à lire pour se faire une idée des grandes évolutions à attendre, une lecture pour préparer l’avenir et éventuellement investir.
  • « La Trilogie Berlinoise » de Philip Kerr. L’œuvre de référence de l’auteur qui m’a réconcilié avec le roman policier, les aventures documentées de Bernie Gunther, détective berlinois entre 1930 et 1950, permettent de mieux comprendre cette période.
  • « Chien Blanc » de Romain Gary. Un classique dont on n’oublie pas le contenu. Un roman autour de l’adoption d’un chien qui traite un pan de l’histoire des Etats-Unis et d’une certaine façon son actualité.

Florent Delorme, M&G Investments

« 3 suggestions pour cet été. »

  • Pour avoir le point de vue d’un expert du changement climatique et de la transition énergétique : Jean-Marc Jancovici, « Dormez tranquilles jusqu’en 2100 » (2021)
  • Les propositions de Bill Gates pour réussir la transition énergétique : Bill Gates, « Climat : comment éviter un désastre »
  • Pour ne pas oublier que les politiques monétaires accommodantes ne sont pas sans risque : Jean-Marc Daniel, « Il était une fois…l’argent magique »

H24 : Et pour compléter, 3 livres écrits par… des personnalités du métier wink

  • « Applaudissez-moi », de Philippe Zaouati, Directeur Général de Mirova

Samuel K. est un financier de haut vol. Depuis la crise financière de 2008, il s’est reconverti dans le financement du développement durable. Nous sommes en août 2020, en plein cœur de l’épidémie de Covid-19. Il est convoqué par la brigade financière de Paris pour y être interrogé à propos d’un soupçon de détournement de fonds. A-t-il quelque chose à se reprocher ? La crise sanitaire l’a-t-elle fait replonger dans les eaux troubles de la finance opaque et spéculative ? Par petites touches, en revenant sur ses souvenirs et ses obsessions, il dévoile ses intentions à l’inspecteur qui l’interroge.

  • « L’économie de demain, les 25 grandes tendances du XXème siècle » de Bastien Drut, docteur en économie et responsable de la Macro / Stratégie Thématique chez CPR Asset Management

Ce livre a pour objectif de fournir au lecteur les clés pour comprendre les évolutions économiques de demain. L’auteur se penche sur 25 grandes tendances qui dessineront l’économie post-Covid-19. Certaines d’entre elles sont déjà bien engagées, tandis que d’autres sont en train d’émerger.

  • « L’assurance vie à l’épreuve des crises – Résilience ou résignation ? », de Thierry Scheur, Directeur Commercial & Marketing d’Ageas Patrimoine

L’assurance vie est probablement un des secteurs qui a subi le plus d’évolutions, suite à des secousses réglementaires ou économiques durant ces 20 dernières années ; la récente crise du Covid n’a donc pas épargné ce secteur d’activité qui a dû se réinventer de fond en comble.

Il est étonnant de constater combien ce secteur d’activité, souvent considéré comme un peu vieillot, a su se moderniser sans cesse et trouver des solutions pour toujours aller de l’avant et conserver sa place sur le podium des placements préférés des Fançais.

L’auteur, au travers de cet ouvrage, montre combien l’assurance vie a su faire mieux que résister à la crise car il a su se servir de la crise comme d’un accélérateur de tendances pour évoluer et progresser sans cesse, dans les domaines aussi variés que le juridique, la finance ou la fiscalité, les trois piliers composant l’assurance vie.

Résolument moderne de par certains de ses modes de distribution, de par les produits et les services qu’elle peut proposer, l’assurance vie est armée pour faire face aux crises et trouver encore de robustes capacités de résilience… Une question demeure cependant : à force d’évoluer et de s’adapter, l’assurance vie de demain ressemblera-t-elle encore à l’assurance vie d’aujourd’hui ? Sûrement pas mais elle a de la ressource !

Article rédigé par H24 Finance. Tous droits réservés.

François Cardinali charmé par « la Conversation » d’Alexandre Arditti

À batons rompus…

Premier roman


La Conversation, de Alexandre Arditti (*) c’est un court texte en forme de rencontre entre une jeune journaliste stagiaire et un vieux routier de la politique, réputé pour ne pas être d’un abord facile.

L’action de La Conversation se passe pour l’essentiel dans un même lieu : le luxueux décor d’un des salons de l’Hôtel Plaza Athénée, à un jet de pierres des Champs-Élysées à Paris. Un cadre où a lieu une interview inattendue : celle d’un ancien président de la République, âgé de 90 ans, Victor Esmenard, et Charlotte, 20 ans, une jeune journaliste stagiaire chargée de réaliser cette dernière interview du vieux routard de la politique de passage dans la capitale pour y recevoir son prix Nobel de la Paix… Dès le départ, Charlotte sent que l’exercice n’est pas un cadeau : « Pour une jeune journaliste sortant à peine de l’université, interviewer un prix Nobel de la paix – de surcroit un ancien président de la République – était pour nombre de mes confrères, notamment masculins, quelque peu incongru : je n’avais aucune légitimité pour le faire. » Cela dit, au cours de ce rendez-vous qui va durer un temps certain, Charlotte n’est pas au bout de ses surprises. Et le lecteur non plus…

Journaliste lui-même et éditeur de presse, Alexandre Arditti connaît bien les codes du milieu et sait bien restituer en quelques pages l’atmosphère de la rédaction d’un grand hebdomadaire à l’orée de l’été. Son portait de la patronne de Charlotte sonne plus vrai que nature : « Ma rédactrice en chef se prénommait Caroline. Grande, blonde, toujours impeccable et dotée d’un sourire désarmant, elle revendiquait fièrement une belle cinquantaine, comme il est de bon on de le faire dans les pages « beauté » des magazines féminins du groupe, édités au sixième étage de notre immeuble. »

Homo Emoticus dans Storizbook

Homo Emoticus – L’intelligence émotionnelle au services des managers

Alors que l’hypothèse de l’homo economicus défendue par les économistes considère le comportement humain uniquement sous l’angle de la rationalité, le modèle homo emoticus l’aborde sous le prisme des émotions. Il apporte ainsi un éclairage novateur sur les relations humaines au travail et dans le management.

Fruit de sept années de recherche, ce modèle des émotions vous permettra, que vous soyez manager ou collaborateur, de comprendre votre comportement et celui des autres. Il donne de nombreux moyens d’action pour activer les émotions positives et désactiver les émotions négatives, quel que soit le contexte.

Le modèle repose sur quatre phénomènes (danger, obstacle, perfection et don) qui activent respectivement quatre émotions (peur, envie, admiration, gratitude). Celles-ci permettent de définir quatre états d’esprit au travail(esclave, mercenaire, artisan, volontaire) et quatre styles de management (tyran, magicien, maître, parent). L’ouvrage dresse un inventaire des différents registres de la parole et de l’action qui permettent de manager les projets et les équipes par les émotions.

Solidement construit et référencé, ce livre ouvre de nouvelles perspectives pour le management, la conduite des hommes et des femmes, et la vie de l’entreprise. Il est un vade-mecum pour ceux qui souhaitent apprendre à cultiver l’exemplarité et la bienveillance !

L’auteur d’Homo Emoticus

Thierry Paulmier est conférencier, consultant et formateur en intelligence émotionnelle. Docteur en sciences économiques (Université Paris 2 Panthéon-Assas) et en philosophie politique (Université Paris-Est Créteil), il est aussi diplômé de l’American Academy of Dramatic Arts de New York. Il fut d’abord économiste dans une agence de l’ONU. Puis il s’est tourné vers le théâtre et la recherche sur les émotions, lesquelles l’ont conduit à développer le modèle homo emoticus et à devenir un spécialiste de l’intelligence émotionnelle.

John Karp interviewé dans une vidéo du Point sur les NFT

Interview à voir ici : 

https://www.youtube.com/watch?v=9KgydI7wfWo

John Karp : « Demain tout va transiter par les NFT »

John Karp, co-auteur de « NFT Revolution, Naissance du mouvement Crypto-Art » avec Remy Peretz définit ce qu’est un NFT (Non Fongible Token) et quelle est sa finalité ? Demain, tous adeptes des NFT ?

Pour approfondir :

https://www.lepoint.fr/economie/bienvenue-dans-le-monde-des-nft-22-07-2021-2436481_28.php

Suivez nous sur :

– Youtube : https://www.youtube.com/c/lepoint/
– Facebook : https://www.facebook.com/lepoint.fr/
– Twitter : https://twitter.com/LePoint
– Instagram : https://www.instagram.com/lepointfr
– www.lepoint.fr

Quelques réactions au livre de Anne-Cécile Hartemann

LIVRE

France Inter – Noëlle Bréham dans son émission Les petits bateaux du 13 juin 2021:

« Pour les vacances, si vous lisiez un livre qui ressemble aux petits bateaux…il arrive à rendre compréhensible des choses qui sont assez subtiles, des choses de la vie, de notre vie. Métamorphose, le courage d’aller vers soi est écrit par Anne-Cécile Hartemann, ce n’est ni Bouddha, ni Freud, ni Jésus, si Socrate, mais une canadienne du 21e siècle qui a eu son lot de soucis, peut-être de soucis qui ressemblent aux nôtres, elle ne s’étend pas beaucoup dessus, on comprend juste qu’elle a souffert et qu’elle est toujours en selle et même confortablement, au point qu’elle peut s’offrir des obstacles et de bons galops. Ce livre a été écrit à la première personne, il fourmille de petites et grandes idées, toujours bonnes et même plus, il donne le moral et du courage. Et si, suivant notre avancement personnel, il peut enfoncer 1 ou 2 portes ouvertes, où est le problème? J’aime assez qu’on me tienne la porte, ça permet une circulation plus fluide. »

 

Librairie normande L’eau vive spécialisée dans la croissance personnelle– Rémi Merlande :

« Il existe beaucoup de livres sur le développement personnel. Autant de pratiques que de théoriques. Et je me suis souvent perdu à travers cette jungle littéraire. Puis est venu le jour (il y a 5 jours exactement), où, travaillant en librairie, je suis tombé sur ce nouveau livre, écrit par Anne-Cécile Hartemann.

Et je ne puis vous dire qu’une chose: ce livre est un trésor.

Car l’auteure met en lumière un fait indiscutable et qui pourtant nous échappe encore: le courage d’aller vers soi. Nous avons tellement fusionnés avec les masques que nous portons chaque jour, que nous avons oublié qui nous sommes.

Avec ce livre, Madame Hartemann, thérapeute en relation d’aide, vous partage les clés pour vous aider dans votre croissance personnelle, mais surtout relationnelle: le rapport à soi, mais aussi le rapport aux autres. Vous y trouverez une panoplie d’outils pratiques et nécessaires à la reconnexion à soi (Ikigaï, la gratitude, l’alimentation saine et consciente, apprendre à écouter les messages du corps, etc.)

Je terminerai en citant l’extrait que Madame Hartemann met en avant au début du livre. Il s’agit d’un extrait de « vas où ton cœur te porte, de Susanna Tamaro:

 » Si je suis quelque part,

Si je trouve le moyen de te voir,

Je serai seulement triste, comme je suis

Triste lorsque je vois une vie gâchée,

Une vie dans laquelle l’amour n’a pas réussi à se frayer un chemin.

Prends soin de toi. Chaque fois que,

En grandissant, tu auras envie de

Transformer les erreurs en justice,

Souviens-toi que la première révolution à

Accomplir se trouve à l’intérieur de soi, la

Première et la plus importante.

Lutter pour une idée sans avoir aucune

Idée de soi est l’une des choses les plus dangereuses que l’on puisse faire »

Merci Madame Hartemann pour ce livre plein de ressources, d’espoir, et de reconnexion. »

Commentaires de lecteurs :

 

« J’ai la conviction que ton livre m’a été destiné ! Ton message est profond! Merci pour ton humble et authentique partage. Facile à lire, j’avais de la difficulté à le poser. Merci pour chacune des lignes où tu as mis ton cœur et sûrement versé quelques larmes (…) Ton livre est une brise d’apaisement, d’amour et d’espoir! Merci pour ce beau cadeau! » Nancy

 « Je tenais à te dire bravo pour le merveilleux livre que tu as écrit. Je le termine et je sais qu’il fera maintenant partie de ma boîte à outils. Merci d’avoir partagé ton expérience personnelle dans l’humilité et tes belles découvertes qui nous aideront, nous les lecteurs, dans notre processus de guérison. » Tracy

« Même si je m’étais dit que je regarderai ton livre dans plusieurs semaines, j’ai voulu en parcourir quelques pages…Aïe, j’en suis rendu à la page 53: c’est trop addictif, très agréable à lire et les exercices très courts et pratiques sont supers! » Thierry

ACTU Denis Marquet

Couverture du livre à paraître (octobre 2021) de Denis Marquet aux éditions ALUNA

« Dernières nouvelles de Babylone »

Denis Marquet innove avec ce livre, en proposant un genre nouveau :
une fable contemporaine orchestrée autour d’une galerie de personnages, chacun emblématique des impasses humaines de notre société — Babylone.

Une profonde connaissance psychologique et philosophique sous-tend tout le récit. L’écriture, jouant parfois avec une anticipation ironique ou un fantastique au ton très neuf, est toujours réaliste. Ainsi, le lecteur se reconnaît sans peine dans ce quotidien si proche : miroir qui le fera rire, frémir ou pleurer — et parfois les trois à la fois.

De très courts récits (parfois une seule phrase), dont il faut plusieurs lectures pour dévoiler la profondeur, alternent avec des histoires aux dimensions plus classiques. Le tout forme une symphonie se lisant d’une traite, qui nous entraîne parfois de manière triste ou grinçante dans le plus sombre de l’humain, mais dont les derniers mouvements ouvrent une brèche vers la lumière. Le pire n’est pas sûr pour la Babylone moderne… L’auteur nous avait habitué à des romans à succès et à des es- sais spirituels percutants ; il propose là une narration puissante où l’écriture romanesque se fonde sur une observation sociale et psychologique acérée.

En filigrane peut se lire une quête métaphysique qui n’est tissée que de questions, ramenant le lecteur à son propre mystère. Un livre qui illustre à merveille la phrase de Kundera sur le roman : « un art né du rire de Dieu ».