L’âme lumineuse de Bruno Salazard

CHEMIN DE VIE

Je suis en 1972 en Alsace, d’un père agent EDF et d’une mère à domicile. Deux sœurs m’ont précédé, de 2 et 6 ans. Mon père était originaire du Forez, pupille de l’Assistance Publique parti en Alsace pour un poste à EDF. Ma mère était alsacienne, froide et autoritaire alors que mon père est un tendre, très intelligent en manque de confiance.

Nous avons vécu en Alsace jusqu’à mes 5 ans puis en Savoie, dans un petit village de montagne où l’école avait une classe unique qui se faisait le plus souvent sous les arbres ou au milieu des champs d’alpage. J’étais petit en taille et j’ai sauté le CM2 pour arriver à 1, 22 m en 6ème.

A l’âge de 10 ans, nous sommes partis vivre en Provence où j’ai perdu une certaine naïveté par la rencontre avec une population différente. Ma mère était hospitalisée régulièrement pour dépression et je fuyais la maison dans des activités multiples (modélisme, course à pied, lecture intensive). J’étais réveillé dès 5h le matin et je comblais les heures en lisant. Je courais beaucoup, jusqu’à 140 kms par semaine. Plus tard j’ai couru des marathons (dont un en Ethiopie), les 100 kms de Millau.

J’ai passé les années jusqu’au bac en dilettante, murissant de nombreux rêves. Le bac en poche à 16 ans ½, je m’inscrivais sans conviction en médecine. Je travaillais la nuit comme aide-soignant puis comme infirmier et je passais mes examens sans conviction sur la pratique du métier mais passionné par l’apprentissage des maladies. J’ai fait une pause de deux ans pour être pompier dans mon village et organiser un voyage humanitaire en Afrique.

De retour dans les études après une rencontre amoureuse, nous avons voulu des enfants et ma fille est née lorsque j’avais 23 ans, étudiant en 5èmeannée de médecine. Mon fils est né 16 mois plus tard. J’ai passé l’internat en cherchant une spécialité liée aux enfants. D’abord pédiatrie puis finalement chirurgie plastique pédiatrique. Partant de zéro en chirurgie, je me suis beaucoup investi dans le travail, voyageant dans le monde pour les congrès, pour apprendre auprès des meilleurs chirurgiens de la spécialité. En parallèle, je reconstruisais deux ruines en pierre à La Ciotat et en Ardèche. J’ai appris les métiers du bâtiment, du maraichage avec dans l’idée d’une autonomie de vie possible. Mon fils était un enfant précoce avec une vision lucide et cynique du monde. Suivi à ses onze ans ans par un équipe de psychologues, suite à des prises de stupéfiants et des questionnements sur la vie intenses, je refusais un poste de professeur à l’hôpital et m’installait en libéral pour avoir plus de temps pour les enfants.

Nous avions une relation privilégiée avec les enfants et beaucoup d’admiration les uns pour les autres. Je les emmenais souvent en randonnée à travers le monde et nous partagions le même goût de l’humour absurde. J’ai divorcé à 40 ans et nous sommes allés vivre à Marseille, face à la mer avec mes enfants. J’ai repris des missions humanitaires au Bangladesh, Cambodge, Centrafrique, Gaza, Jordanie, Colombie, Cameroun…

Je diminuais mon activité chirurgicale pour être président de l’ONG HumaniTerra et pour développer une activité entrepreneuriale de centres de médecine esthétique et de cheveux à Marseille. J’ai développé l’ONG avec la mise en place d’une structure salariée pérenne et de beaux projets de développement, de formations, en Asie et en Afrique. Je m’inscrivais en parallèle dans un master de « Politique de Santé » à Sciences Po Paris.

A 18 ans, mon fils s’est suicidé, ce qu’il avait programmé depuis très longtemps dans sa tête. Un gouffre s’est ouvert devant moi car nous étions très proches. Nous parlions beaucoup, nous avions gravi des montagnes dans les Alpes et aux Népal ensemble, soudés. J’ai surmonté cette épreuve avec ma fille et aussi grâce à de solides amitiés anciennes. J’ai décidé de changer de ville et je me suis installé à Toulouse avec une femme rencontrée peu avant la mort de mon fils. J’ai commencé à écrire, ayant accumulé de nombreux idées, histoires, images au fur et à mesure des années. Nous avons, un an et demi plus tard, eu un enfant, un petit garçon. La maman a eu des troubles psychologiques majeurs qui ont conduit à ce que la justice me confie la garde exclusive dès ses 5 mois. Nous nous sommes installés tous les deux à la campagne près de Toulouse, au milieu des arbres, d’un jardin potager et de poules. Je me nourris de cet être extraordinaire et j’écris quotidiennement.

Les histoires que j’écris sont le fruit de ce parcours, où chaque image a été vue pour être écrite, chaque personne rencontrée a été décortiquée pour être dépeinte, chaque paysage a été admiré pour être évoqué. Les thèmes de l’artisanat, de l’agriculture, de l’amitié, de la paternité accompagnent une vision parfois cynique de l’évolution de l’homme que tempère une capacité d’émerveillement et d’émotion qui resurgit régulièrement.

« Un tourbillon inversé », le second roman de Bruno Salazard qui complète « L’Eternité et deux mains »

Un tourbillon inversé

       de Bruno Salazard

Parution Librinova août 2020

Pour le recevoir en service de presse / interviewer l’auteur, contact guilaine_depis@yahoo.com 06 84 36 31 85

Un soir, en rentrant du travail, Samuel découvre que son fils a disparu de la maison d’Ardèche. Il soupçonne rapidement sa compagne, qui souffre de troubles psychologiques. Avec l’aide de Christian, un ami fidèle, Samuel part à la recherche de son petit garçon. 

Sur leur route, ils font la rencontre de Johnny, Marie-Philomène ou encore Charles, des personnages hauts en couleur, à l’existence cabossée. Touchés par la quête de Samuel, ceux-ci décident de l’aider à retrouver le petit Alexandre. Ensemble, ils traversent la France, de Marseille à Dunkerque, sur les traces de l’enfant.

Bruno Salazard nous plonge dans un roman sensible et poignant sur la famille, la paternité et l’amitié.

« L’Éternité et deux mains », un premier roman de Bruno Salazard

L’Éternité et deux mains

       de Bruno Salazard

Parution Librinova juillet 2020

Pour le recevoir en service de presse / interviewer l’auteur, contact guilaine_depis@yahoo.com 06 84 36 31 85

En 2023, à New York, Alexandre naît sans mains. Les docteurs Jefferson, pédiatre expérimenté, et Kogino, chirurgien de la main, décident d’équiper le nouveau-né de prothèses myoélectriques intelligentes reliées à son cerveau.

Malgré cette prouesse médicale, Jefferson se questionne sur l’existence de cet enfant. Pour quelles raisons Alexandre semble-t-il si concerné par son absence de mains, alors qu’il vient à peine de naître ?

Les recherches du pédiatre lui révèlent que la vie d’Alexandre a débuté trente millénaires plus tôt et qu’il renaît éternellement… De la grotte de Maltraviesco, en passant par l’apprentissage des hiéroglyphes et les métiers manuels, Alexandre a toujours fait de l’usage de ses mains le centre de sa vie. De quoi sera faite sa nouvelle destinée ?

Plongez dans L’Éternité et deux mainsun roman intemporel qui nous transporte de siècle en siècle sur les traces d’un homme aux vies multiples.

Bruno Salazard, un chirurgien écrit sur la paternité

Bruno Salazard, écrivain

Bruno Salazard vit au milieu des arbres, près de Toulouse. Des années à rechercher l’émotion dans une vie multiple, hachurée d’échecs et de bosses mais aussi de rêves et de rires.
Chirurgien, il a parcouru le monde pour apporter ses connaissances et ouvrir son cerveau aux influences et vécus des terres lointaines, des traditions orales et écrites.
Poser les mots, imaginer des personnages atypiques, est un besoin, quand la parole est difficile.
CV professionnel de chirurgien

La Docteur Bruno Salazard est un chirurgien spécialisé en chirurgie plastique reconstructrice et esthétique.

Présentation

Après avoir obtenu ses diplômes et qualifications en chirurgie plastique reconstructrice et esthétique, le Docteur Bruno Salazard a su renforcer ses acquis en travaillant auprès des meilleurs de son domaine. Pour améliorer ses techniques, il participe souvent à des congrès auprès de ses pairs.

Fort de ses nombreuses années d’expérience, il est aujourd’hui capable de proposer des soins et des traitements de qualité, à la hauteur des attentes des patients et répondant à chacun de leurs besoins.

Spécialités

Les interventions que le Docteur Bruno Salazard réalise sont nombreuses, tout comme les cas qu’il peut prendre en charge.

Chirurgie plastique et réparatrice pour les enfants :

Pour les enfants, le médecin peut réaliser une chirurgie de la main pour corriger les malformations (malformations complexes, doigts surnuméraires, syndactylies…) et les traumatismes. Il peut aussi prendre en charge une chirurgie de la peau (angiomes, nævi géants, nævi, cicatrices et séquelles de brûlures) et une chirurgie de la face (kystes, fistules, bec-de-lièvre…).

Chirurgie de la main pour les adultes

Pour les adultes, le médecin propose une intervention du Canal Carpien (endoscopie), une compression du cubital au coude, une opération pour les doigts à ressaut et les kystes synoviaux, des soins pour l’arthrose du pouce et des doigts ainsi que pour des séquelles de traumatismes de la main et du poignet.

Le doigt à ressaut est une affection qui se caractérise par le blocage d’un doigt en position pliée et qui se détend subitement et brusquement par la suite. Dans la majorité des cas, ce sont les femmes et les personnes atteintes d’arthrite et de diabète qui sont les plus sujettes au doigt à ressaut.

Le Docteur Bruno Salazard consacre beaucoup de son temps à l’humanitaire. 

Lieu de consultation

Le Docteur Bruno Salazard reçoit sur rendez-vous et avec le sourire dans la magnifique ville de Marseille. 

L’activité chirurgicale de l’hôpital s’enrichit d’une nouvelle spécialité avec l’arrivée du Dr Bruno SALAZARD : la chirurgie plastique et reconstructrice.

La chirurgie plastique et reconstructrice est une vaste spécialité qui associe les techniques innovantes de reconstruction, de réparation des malformations et traumatismes, de la tête jusqu’aux pieds. Elle fait appel aux techniques de microchirurgie, de thérapie cellulaire, de lasers et aux plus récents soins de la chirurgie esthétique.

Il s’agit d’une spécialité qui collabore avec d’autres spécialités pour prendre en charge de façon globale les patients telles que l’orthopédie (couverture de perte de susbstances, pathologies des orteils), la chirurgie vasculaire, la dermatologie, la rééducation fonctionnelle (main neurologique, amputations), la gynécologie (reconstruction du sein), la chirurgie digestive (corrections après chirurgie de l’obésité). Le chirurgien plasticien utilise les techniques de couverture cutanée (greffes, lambeaux), de chirurgie des nerfs périphériques, des tendons.

Le Dr Bruno SALAZARD intervient à l’Hôpital Joseph Ducuing dans les domaines suivants :
Chirurgie réparatrice : malformations, carcinologie cutanée, cicatrices, brûlures, troubles de la cicatrisation.
Chirurgie de la main : malformations congénitales des mains et orteils, traumatismes, plaies, main neurologique, pathologies acquises (canal carpien, Dupuytren, doigt à ressaut, cubital au coude ….).