« L’Intelligence Artificielle nous conduit-elle vers un monde totalitaire ? » sur « Tantièmes » de l’écrivain Jean-Pierre Noté dans Entreprendre

L’Intelligence Artificielle nous conduit-elle vers un monde totalitaire ?

Entretien avec Jean-Pierre Noté

On voit aujourd’hui, que certains transhumanistes, notamment dans la Silicon Valley en Californie, rêvent de cyborgs du futur, bardés de capteurs permettant de récolter en temps réel des informations sur l’état de santé de leurs organes, d’alerter en cas de problème les secours, ou encore d’augmenter leur espérance de vie, avec pour horizon indépassable à leurs délires transhumanistes, le désir d’éternité, donc l’abolition de la mort. Est-ce un rêve possible ou un cauchemar climatisé ? Nous en avons discuté avec Jean-Pierre Noté, qui vient de publier un roman fascinant sur le sujet.

Marc Alpozzo : Vous avez publié récemment un roman, Tantièmes. Un monde sans puss (Az’art atelier éditions, 2022) sur l’intelligence artificielle. Or, loin d’être aussi enthousiaste que l’est cette époque vis-à-vis des I.A., vous prétendez dans votre roman que l’intelligence artificielle a de fortes chances de produire un monde orwellien. Pourquoi ?

Jean-Pierre Noté : je ne parlerais ni d’enthousiasme ni de répulsion. Ou alors je parlerais successivement de ces deux sentiments opposés. Quand j’étais jeune homme, j’avais cette idée bien ancrée en moi que trouver l’information était difficile. On pouvait téléphoner aux « renseignements » pour avoir une adresse, se plonger pendant des heures dans l’Encyclopédie Universalis du lycée pour se faire une idée sur le peuple Dogon, rechercher dans ses vieux cahiers de mathématiques pour retrouver la formule du volume de la sphère, prendre un dictionnaire pour espérer convertir les pieds en centimètres, utiliser l’horloge parlante pour connaitre l’heure exacte à Moscou, attendre l’adorable météo marine sur France Inter avant de partir en voilier, ou bien faire le tour des pizzéria du quartier pour trouver la bonne. J’ai sauté de joie quand mon père est rentré à la maison avec « Le Quid », ce gros bouquin à entrées multiples avec ses ancêtres des liens hypertextes où l’on commençait à entrevoir une sorte de couteau suisse du savoir universel. Mais il ne se mettait à jour qu’une fois par an : la météo marine avait tout loisir de changer des milliers de fois, les villages Dogon pouvaient être déplacés pour mettre un barrage en eau sans qu’on n’en sache rien et une pizzéria du quartier se transformait en fleuriste sans prévenir. Puis sont venus le Minitel, Internet et, suprême luxe, sa déclinaison portable le smartphone. Aujourd’hui, nous avons le Monde dans notre poche, toujours à portée de nous en quelques touches ! Comment ne pas être enthousiaste ! Mycologue insatiable, je ne me serai jamais imaginé il y a 30 ans me promener avec les 10 kilos de l’atlas Romagnesi – la bible du mycologue européen – dans les bois pentus des Pyrénées. Aujourd’hui, il est dans ma poche comme tous les autres savoirs humains.

Imaginons que je clique sur l’appli du mycologue dans mon coin à morilles à 2300 mètres d’altitude, protégé de mes concurrents – et amis, ils ont la même passion – par les dénivelés impressionnants que j’ai franchis et par la profondeur insondable de la forêt de sapins. S’ils s’intéressaient aux champignons, Mr. Microsoft, Mr. Orange, Mr. Facebook ou bien M. Starlink découvriraient mes coins à morilles avec une précision au centimètre près. Passe encore pour les morilles, même si j’ai un peu de mal à l’accepter ! Mais, s’ils s’intéressaient non plus aux champignons mais à moi directement, je n’aurais plus aucun secret pour eux. L’idée d’être nu face à un Jeff Bezos ou tout autre inconnu n’est-elle pas glaçante ? Si j’étais prof de philo, voici la question que j’aimerais poser à mes élèves : « Elon le libertarien, Musk le liberticide ? »

M. A. : Cette référence à George Orwell n’est évidemment pas anodine, puisque l’on sait que l’écrivain anglais a écrit un roman d’anticipation, 1984, qui n’a jamais été aussi actuel. Or, vous mettez vos pas dans les siens, puisque vous proposez vous-mêmes un roman d’anticipation, qui mêle une grande entreprise multinationale américaine, qui s’appelle Babel, producteur d’une box connectée qui donne accès à tout, et qui traduit même en simultané un nombre impossible de langues. Cela nous fait évidemment penser à Google translator, mais aussi à Amazon, à Uber, etc. Quels sont les dangers selon vous, que nous font courir ces nouvelles entités internationales, que l’on rassemble sous l’acronyme GAFAM ?

J.-P. N. : Permettez-moi de commencer par ce qui semble n’être qu’une anecdote. Il y a quelques mois, un Président des Etats-Unis, à mes yeux indigne de cette fonction, a été banni de Tweeter. Je m’en suis immédiatement félicité. Comme beaucoup d’autres, j’ai fait mien le fameux raisonnement de Saint-Just, adapté aux circonstances : pas de liberté pour les ennemis de la démocratie dont procède cette liberté. Mais, à y regarder de plus près, je n’avais guère de raison de me réjouir ! Qu’on coupe aux Etats-Unis l’infernal gazouillis d’un Donald Trump comme on le fait par exemple en Europe avec de sinistres révisionnistes niant la Shoa est certes judicieux. Mais le procédé n’est pas le même dans les deux cas. Qui coupe ? Là est la question. Pour Donald Trump, c’est un patron d’une de ces entreprises mondiales qu’on appelle les GAFAM. Dans l’autre cas, c’est un juge qui applique une loi votée par un parlement élu. Qu’est-ce qui motive un dirigeant d’entreprise ? Sa morale, l’image de son entreprise, l’opinion de ses principaux actionnaires, le rendement des parts de ses derniers ? Un autre aurait pu tout aussi bien décider de ne pas stopper la logorrhée de l’ancien président car il aurait jugé que son intérêt personnel était de le laisser faire ou bien que ses principes s’opposaient à toute forme de censure. Je ne sais pas pour vous, mais je n’ai pas plus voté pour le Guide Suprême iranien ou pour le président du Jockey club de ma ville que pour le directeur général de Tweeter. Or, qui sont ces GAFAM ? Ils règnent désormais en maître sur les autoroutes de l‘information, les câbles sous-marins et les flottes de satellites. Leurs comptes de résultat font pâlir la plupart des états. Ils forment sans doute les organisations les plus puissantes de la planète. La démocratie n’est-elle qu’une parenthèse qui se referme, laissant la place aux Jacques Cœur du XXIème siècle ?

M. A. : Dans votre roman, le personnage Aline, qui est une sorte de Wonder woman moderne, est convoitée par le PDG de cette entreprise internationale, qui répond à un drôle de nom, 3K, et on la voit aux prises d’un nœud gordien : faut-il céder au mondialisme de notre époque, ou pencher plutôt pour le terroir et le souverainisme ? Quel message passez-vous alors ?

J.-P. N. : Aline voit le monde comme un puzzle constitué de « business plan ». Son objectif est clair : avoir le plus gros. S’il faut pour cela privatiser les langues, s’emparer de l’Académie Française, introduire une interface homme-machine, c’est-à-dire une puce, dans le cerveau de milliards d’habitants, faisons-le. Aline et 3K vont imposer la connexion directe de tous les individus entre eux et les relier directement à toutes les bases de données. Comme lorsque MM Ford et Citroën ont imposé la voiture individuelle à la planète il y a un siècle, leur unique boussole était le profit. Une entreprise n’a pas d’opinion, elle n’a que des intérêts. Le capitalisme mondialisé est simple, voire simpliste. Les majors du pétrole continuent à extraire les énergies fossiles tant que cela reste plus profitable que de faire tourner des moulins à vent, Aline « puce ou chipe » la population à tour de bras, dans les deux cas en évitant soigneusement d’envisager toutes les conséquences. 

L’opposition n’est pas entre mondialisation et terroir, mais entre mondialisation libérale et humanité. En effet, Aline recouvre toutes ses capacités cognitives quand elle se reconnecte à la nature. En dehors du monde monolithique de l’entreprise, dans la montagne chérie de son enfance, « hors connexion », elle réfléchit enfin comme un être humain peut le faire. Comme un Jim Harrison dans son Montana, elle retrouve toute son humanité en frottant sa peau au gneiss étincelant du Caroux, en plongeant dans l’eau froide des torrents ou en rusant avec les vipères.

M. A. : Votre roman est absolument passionnant, et je le recommande à tout lecteur qui aime l’anticipation. Modestement, certes, mais sûrement, il s’inscrit dans cette lignée des romans d’anticipation qui ont su voir venir notre nouveau siècle, comme 1984, mais aussi Le Troupeau aveugle, de John Brunner, ou Blade runner, de Philip K. Dick. Dans votre roman, vous parlez de drone, de box, de puces, de surveillance généralisée. Est-ce que le monde de demain vous fait peur ?

 J.-P. N. : Est-ce vraiment un roman d’anticipation ? Comme dit Ray Bradbury, la science-fiction est un genre pour décrire la réalité. L’action de Tantièmes se déroule entre 2025 et 2030. Mais je me suis fait rattraper, et bientôt dépasser par la réalité. Neuralink, une des sociétés d’Elon Musk, encore lui, attend l’autorisation de la FDA (Food and Drug Administration) pour implanter les premières puces électroniques chez les humains afin de « mieux marier le cerveau et l’Intelligence Artificielle ». Il arrive probablement chez chacun de nous, et à chaque génération, un moment où l’on prend conscience que ce qu’on pensait éternel disparait, remplacé par un monde qui nous est étranger. Faut-il en avoir peur ou bien doit-on s’en remettre à la génération qui vient pour s’adapter, corriger, et même se rebeller quand il le faut ? Avoir peur du monde de demain ce serait manquer de confiance dans mes enfants et mes petits enfants !

M. A. : Lorsqu’on parle d’intelligence artificielle, on parle forcément de transhumanisme. On parle aussi d’augmentation de l’humain, et de posthumanisme. Pensez-vous que la question de l’humanisme ne s’est jamais autant posée aujourd’hui ? Ne pensez-vous pas que la véritable question, finalement, est celle aujourd’hui, du dépassement de l’homme comme fondement même de son humanité ?

 J.-P. N. : Quand on parle « augmentation de l’humain » j’ai coutume de dire que l’humain a déjà bien augmenté. Prenons l’espérance de vie au XVIIème siècle en France : elle est d’une trentaine d’année à 25 ans. En d’autres termes, si on atteint l’âge de 25 ans on peut espérer vivre jusqu’à 55 ans. Mais l’espérance de vie à la naissance est inférieure à celle d’un individu de 25 ans ! Je suis jeune grand-père et ma petite fille de 3 mois est gratifiée d’une espérance de vie estimée à 96 ans. Voici donc une augmentation faramineuse de l’humain ! De quels progrès des mathématiques avons-nous été privés en 1832par la mort précoce à 20 ans d’Evariste Galois ? Et que dire des prothèses qu’on nous promet pour marcher, voir, entendre ? Alors, oui, je suis résolument pour l’augmentation de l’humain ! Mais la question est plus vaste : les progrès techniques et ceux de l’Intelligence Artificielle sont tels qu’on peut désormais imaginer créer des chimères humaines : un écrivain « universel » comme imaginé dans Tantièmes, une espérance de vie de 500 ans, un sprinter courant le 100 m en-dessous de 5 secondes, un joueur d’échecs infaillible, un tireur d’élite disposant de la vue perçante d’un aigle, un bébé sans grossesse…. Il y a tant de possibilités qui semblent désormais à notre portée. Imagine-t-on un match de Rugby ou chaque camp cache les données techniques de ces joueurs ? Au mieux cela ressemblerait à une course de formule 1, ce qui n’est déjà plus vraiment un sport, au pire à la guerre où tous les progrès techniques sont les bienvenus pour détruire l’adversaire. Et la guerre, la guerre technologique en particulier, n’en déplaise à Ernst Jünger, c’est la négation même de l’Humanité.

M. A. : Le transhumanisme rêve de nous affranchir de toutes les limites du réel. Dans votre roman, cette entreprise internationale propose toute une gamme de services, et notamment des traductions en simultanée, qui effacent toutes les frontières entre les hommes, Babel renvoyant évidemment au mythe de Babel dans la Bible. Mais les transhumains rêvent aussi de nous affranchir de la tyrannie de la maladie et de la mort. Pour cela, ils comptent s’appuyer sur les biotechnologies, et peut-être même effacer notre « date de péremption ». Sous couvert d’assurer et de favoriser notre bien-être et notre épanouissement, vous semblez dire, à juste titre, qu’en réalité, on nous prépare un nouveau monde plus totalitaire que tous les précédents. Est-ce vraiment le risque que l’on court avec toutes ces technologies de l’augmentation de l’humain ?

 J.-P. N. : Oui, un monde totalitaire est une perspective tout à fait réaliste à cause du développement exponentiel de l’Intelligence Artificielle et de compagnies plus puissantes que les états démocratiques. Et l’on peut observer que des états non démocratiques utilisent les réseaux sociaux pour contrôler leur population. La démocratie n’est peut-être qu’une courte parenthèse dans le temps et dans l’espace. Alors, si on nous prépare un tel monde, il y aura comme dans Tantièmes et comme à chaque génération des résistants !

M. A. : Notre monde actuel connait deux tendances : les bioconservateurs vs les biolibéraux. Dans quel camp vous rangez-vous et pourquoi ?

J.-P. N. : Dans les biolibéraux, résolument ! Il faut laisser chercher, laisser trouver ! D’ailleurs les bioconservateurs ont perdu la partie avant même de la commencer : tout ce qui est possible de développer ou d’inventer sera développé ou inventé. C’est dans la nature même de l’homme depuis qu’il a taillé son premier biface. La question a toujours été l’usage que l’on fait du biface une fois réalisé.  

M. A. : Où pensez-vous que se niche l’éthique dans ce monde où technologies convergentes, super intelligence, intelligence artificielle concourent à faire de la nature humaine une aporie ? Pensez-vous que l’humanité soit en danger de mort ?

J.-P. N. : Vous avez raison. La question est éthique. Quand j’exprime dans Tantièmes qu’une entreprise n’a pas d’opinion mais qu’elle n’a que des intérêts, cela fait écho au célèbre « science sans conscience n’est que ruine de l’âme » de Rabelais. Une fois que l’on a dit que tout ce qui est à notre portée technique sera réalisé, il n’y a plus qu’à s’en remettre à l’éthique. Or, Aline démontre que le capitalisme mondialisé, volontairement simpliste et réduit au seul dogme du retour sur investissement n’en a pas. Eric Vuillard, dans « l’ordre du jour » décrit le mécanisme qui conduit les entreprises allemandes dans les années 30, à pactiser avec le diable au nom de ce retour sur investissement. L’humanité est toujours en danger de mort, hier comme aujourd’hui et ma petite fille, comme bien des humains avant elle confrontés à d’autres défis, a du pain sur la planche.  

Propos recueillis par Marc Alpozzo

Jean-Pierre Noté, le romancier de l’intelligence artificielle, entretien dans Lettres capitales

Interview. Jean-Pierre Noté : « L’intelligence artificielle alliée à la loi du marché ou à la dictature peut nous plonger très rapidement dans un monde orwellien »

Tantièmes, de Jean-Pierre Noté est un roman qui exploite avec habileté le genre littéraire de l’anticipation fictionnelle focalisée sur l’évolution de l’intelligence artificielle et ses possibles dérives à l’échelle de l’humanité entière jusqu’à devenir une dictature technologique. Profitant des bénéfices d’une formation en communication et en histoire et connaissant le fonctionnement des multinationales, l’auteur réussit à créer une narration haletante, à la mesure des enjeux qui pèsent sur les épaules de ses personnages. Quelques éléments biographiques renvoient vers un des personnages de son récit, occasion de l’interroger à ce sujet et à d’autres que nous allons essayer de déchiffrer à travers ces questions.

Pour essayer de comprendre comment est né votre quatrième roman, permettez-moi de faire appel, comme je disais en introduction, aux liens entre vos compétences dans le domaine technologique et votre attachement à la nature, et d’ajouter à ceux-là une récente déclaration selon laquelle vous n’écrivez « que des romans historiques ». C’est chose faite, car vous franchissez avec Tantièmes ce seuil en écrivant un roman d’anticipation et en nous projetant dans la quatrième décennie du siècle qui vient de commencer. De quel besoin, de quelle urgence est né ce récit et pourquoi avoir choisi l’IA comme sujet principal ?

Ma vie professionnelle qui vient de s’achever il y a quelques mois s’est, pour l’essentiel, déroulée dans l’industrie spatiale. Au départ, je vendais des satellites pour un grand groupe industriel, puis j’ai créé mon entreprise et je conseillais les pays émergeants souhaitant en acquérir. Certains satellites servent à communiquer, d’autres à étudier et observer. Au début de cette industrie, dans les années ’60 à ’80, seule une petite poignée de pays et d’organisations internationales pouvaient utiliser des satellites. Mais, là comme ailleurs, la loi du marché s’est imposée, l’activité spatiale s’est privatisée et banalisée. Il faut vendre. J’ai donc baigné dans le capitalisme à tous crins, libéral et mondialisé comme Aline dans Tantièmes. Bien sûr il existe aussi des satellites météorologiques, d’autres permettant une assistance médicale à peu près partout sur le globe, d’autres encore évitant de nous perdre ou encore des merveilles technologiques aidant à percer les secrets de l’Univers. Mais le constat est globalement affligeant : j’ai contribué, comme des dizaines de milliers d’autres ingénieurs, avocats, comptables, assureurs, etc … à garnir l’orbite terrestre de joyaux technologiques permettant de découvrir son actualité Facebook et les publicités qui vont avec sur le toit de l’Himalaya, de  regarder son épisode de Game of Thrones au bord de la piscine, ou pire, de guider des missiles lors d’une guerre qu’on dit chirurgicale pour souligner sans doute son haut degré de civilisation. Je le répète, il faut vendre et les fabricants de satellites ne sont pas toujours très regardant sur les acheteurs. Aline est elle-même volontairement aveugle quand elle vend ses services. Son entreprise n’a pas d’opinion, elle n’a que des intérêts. Maintenant que nous avons qualifié ce capitalisme sans état d’âme, rajoutons-y une pincée, ou plutôt une grosse poignée d’Intelligence Artificielle. Car les grandes entreprises d’aujourd’hui ne sont plus les fabricants de canons du début du XXème siècle, les extracteurs de pétrole et les industriels de la bagnole des années 60  ou les avionneurs des années 80 et 90. Désormais, ce sont les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft).  Le secret de leur réussite ?  Avoir pénétré l’intimité des milliards d’humains qui scrowllent et likent à tour de pouce. Lisons ce qu’en dit si bien Flore Vasseur (dans « Ce qu’il reste de nos rêves ») quand elle évoque ce qu’est devenu Internet : il me dit qui lire, voir, aimer. Il grignote ma volonté. Il me tend sa chimie, un shoot de dopamine qui me calme quelques secondes et me formate à son gré. Il est ma came et me vend. A partir de mes pensées, de mes connexions, il établit des liens, déduit une rentabilité potentielle. Avant, nous pouvions être sensibles à une publicité bien ciblée sur, comme on disait, une catégorie socio- professionnelle. Désormais, la publicité n’existe plus, chaque individu est sa propre publicité. Facebook me sert mon reflet exact. Alors, puissance d’entrainement de la machine capitaliste que rien n’arrête plus Intelligence Artificielle aux capacités vertigineuses, il est bien temps de s’intéresser au cocktail le plus détonnant de notre temps !                       

Le propre de la littérature d’anticipation, nous le savons, est de « saisir le réel autrement que selon les besoins du présent » (Laurent Zimmermann (dir), L’Anticipation (revue Textuel). Dans votre roman, la limite temporelle ne dépasse pas la décennie à venir, l’action se termine en 2037, ce qui donne encore plus de frissons devant les faits racontés. Pourquoi cette limite historique si courte ?

Vous l’avez noté, je revendique d’écrire des romans historiques. Ce qu’il y a de bien avec l’Histoire, c’est qu’elle avance avec nous. Un attentat survient dans une grande ville, une découverte est publiée, une élection rend son verdict, aussitôt tous ses faits rentrent mécaniquement dans l’Histoire. Les algorithmes de Facebook, d’Instagram ou de Tweeter, l’incessante marche des privatisations, tout cela se déroule sous nos yeux et n’est en rien de la science-fiction. Ce sont des faits, des faits désormais historiques. Le scénario de Tantièmes, fondé sur des faits bien réels n’aura pas lieu car, comme tout roman, c’est une fiction. Cependant, il décrit une réalité historique. J’essaie avec Tantièmes de nous donner une grille de lecture pour appréhender le monde d’aujourd’hui. Tantièmes évoque la police prédictive ? Elle existe déjà, en particulier en Chine et aux Etats-Unis. Le journaliste du Figaro Jean-Marc Leclerc cite en février 2020 la prospère start-up américaine Predpol, qui commercialise un logiciel d’anticipation des faits de délinquance. Dans Tantièmes je m’amuse avec un roman universel intitulé Allo la Terre qui plait à tout le monde et dont personne ne sait quel génial Emile Ajar en est l’auteur ? L’intelligence Artificielle est déjà à l’œuvre sous nos yeux et je vous invite à lire  1 The Road (éditions Jean Boite 2018), un road-trip façon sur la route de Kerouac entièrement écrit par l’intelligence artificielle. Tantièmes imagine que l’on introduit une puce électronique dans l’oreille des citoyens ? Neuralink, une société appartenant à Elon Musk est sur le point d’obtenir l’autorisation de la FDA (Food and Drug Administration) aux Etats-Unis pour implanter les premières puces électroniques chez les humains afin de  mieux marier le cerveau et l’Intelligence Artificielle. Décidemment Tantièmes s’inscrit dans l’Histoire. J’ai même parfois l’impression que celle-ci me rattrape et me dépasse. Comme dit  Ray Bradbury, la science-fiction est un genre pour décrire la réalité, surtout quand l’horizon du roman ne dépasse pas une quinzaine d’années.

Il y a ensuite le titre de votre roman. Le mot Tantième risque d’être circonscrit au domaine sémantique comptable. Et pourtant, appliqué comme il l’est dans votre récit, il renvoie à autre chose qui tient plutôt de la vie commune, du partage des biens. Comment devons-nous le comprendre ?

Tantième est le dernier mot du roman. C’est donc une sorte de coquetterie d’auteur de l’avoir choisi pour titre. Le mot a le charme de ce qui est désuet et il est moins immédiatement comptable que millième. Mais votre question me fait réfléchir : il n’y a pas de hasard. Aline, la business woman ambitieuse partage sa belle demeure Renaissance, l’Hôtel du Vieux Raisin, avec Simon, le petit prof de français rebelle. Aline, malgré ses millions et ses avocats n’arrivent pas à chasser Simon qui n’a que 77 tantièmes contre 923 pour Aline. Simon a choisi une vie modeste, en harmonie avec la nature. Aline contemple du haut de sa tour d’orgueil (les hôtels Renaissance de Toulouse ont tous une tour d’orgueil qui doit évidemment être plus belle et plus haute que celle du voisin !) ce qui fut le cadre de sa jeunesse, les Pyrénées au Sud et le Caroux à l’Est. Ses chères montagnes lui sont devenues inaccessibles car elle vit entre deux avions, trois réunions, quatre continents. Simon est une métaphore, il représente ses petites parts de jeunesse et de nature qui restent lovées quelque part dans son cortex et dont elle s’interdit l’accès.

Cette partition, conflictuelle de par sa nature, ouvre d’ailleurs la première porte à la construction de vos deux personnages principaux, Aline et Simon. Que pouvez-vous nous dire de cette première approche marquée par l’évitement et le soupçon de part et d’autre, alors que plus tard, nous le verrons, ils vont être solidaires et prêts à prendre des risques ensemble ? Comment voyez-vous ce couple et qu’incarnent-ils dans l’économie de votre roman ?  

Simon incarne la mauvaise conscience d’Aline. Loi du marché contre démocratie, science sans conscience contre compostage et lombrics. Aline veut voir dans la loi du marché l’alpha et l’oméga de la conduite juste. La main invisible d’Adam Smith contribue à coup sûr à la richesse de tous et au bien commun. C’est son mantra, et sa répétition continue, comme on égrène un chapelet, l’hypnotise et la protège de toute pensée iconoclaste. Simon va trouver la faille pour réveiller Aline. Son statut de copropriétaire lui permet d’imposer à Aline un composteur, lieu de tension mais aussi de rencontre où il va pouvoir lui proposer son aide quand elle va se heurter à un problème à priori insurmontable dans son projet d’acquérir l’Académie Française et de privatiser la langue française. Leur huit-clos dans l’Hôtel du Vieux Raisin, puis leurs alliances et mésalliances futures constituent le ressort romanesque de Tantièmes. 

D’autres personnages surgiront au fur et à mesure de votre narration. Nous aurons l’occasion d’y revenir. Arrêtons-nous pour le moment sur le thème principal de votre livre qui est celui de la relation entre la capacité créative de l’être humain et sa nature dominatrice, voire totalitaire. L’intelligence artificielle et ses possibilités de contrôle occupe ici la place essentielle. En quoi cette dichotomie progrès-domination est-elle dangereuse pour l’avenir de l’humanité, selon l’interprétation que vous faites dans votre roman ?

Souvenez-vous de votre humanité et oubliez le reste, phrase essentielle du manifeste Russel-Einstein de 1955. A cette date, en pleine guerre froide, l’humanité est confrontée pour la première fois à un risque global qui n’est pas dû à un phénomène naturel comme un volcan ou un virus. Il s’agit d’un danger radical inventé par l’homme lui-même, celui de l’anéantissement à coups de bombes H. Cette éventualité n’a pas disparu mais on peut désormais en rajouter d’autres. Par exemple, L’intelligence artificielle alliée à la loi du marché ou à la dictature peut nous plonger très rapidement dans un monde orwellien. Nous sommes si puissants depuis plus d’une centaine d’années que nous n’avons plus besoin de la nature pour provoquer notre propre perte. Le projet Manhattan pouvait être perçu en 1945 comme un progrès technique essentiel puisqu’il devait mettre fin rapidement à la guerre. La mise au point d’Internet dans les années 90 soutenait l’utopie d’une liberté absolue du cyberespace et d’un savoir universel mis à disposition gratuitement à tous et partout. C’était l’idée d’un Aaron Swartz ou d’un Larry Lessig.  C’est aussi l’argument d’Aline qui défend la diffusion de la culture française sur un Internet qui, dans une majorité écrasante, propage la culture anglo-saxonne. Mais, derrière ces bonnes intentions, Larry Lessig nous rappelle que code is law. Le code d’Internet et de ses avatars les Gafam détermine qui peut voir quoi, qui peut être surveillé, qui sera ciblé par telle publicité, vers quel ami on sera aiguillé. L’utopie du début balayée en deux décennies par la loi du marché. Tous les programmateurs du Monde s’acharnent à attirer le chaland pas des petites gâteries insignifiantes. Allez voir les vidéos les plus lues sur Tiktok, le plus souvent des paires de fesses qui se trémoussent sur des musiques stéréotypées. Et ça marche ! Les vues se comptent en milliards. Wikipedia surnage sur un océan d’immondices numériques.  Georges Orwell nous avait prévenus. Il est aisé d’atteindre le contrôle total d’une population si prompte aux divertissements insignifiants. L’acceptabilité d’une greffe de notre smartphone dans l’oreille, telle que romancée dans Tantièmes et déjà proposée par Elon Musk n’est qu’une question de temps.

Une autre source intrinsèque à ce conflit civilisationnel réside dans la nature même du capitalisme, surtout lorsque « les affaires priment sur tout le reste, sur l’homme comme sur la Nature ». Dans votre roman ce désir obsessionnel de possession commence par une mainmise sur toutes les langues du globe. Que symbolise cette prédation sur le bien le plus important qu’est le langage et en quoi est-elle dangereuse, voire catastrophique pour l’ensemble des sociétés humaines ?

Dans les années 60, ma grand-mère ne comprenait pas qu’on vende de l’eau en bouteille. Elle descendait à la source où elle discutait avec ses copines, cent mètres à pied avec sa carafe avant chaque repas. L’eau était un bien commun, encore que le mot bien, qui renvoie à ressource ou capital était alors inapproprié. L’eau était l’eau, comme le sang est le sang, l’air est l’air, la parole est la parole, quelque chose qui n’appartient à personne. On accepta avec joie de payer sa facture d’eau quand celle-ci arriva enfin au robinet car il fallait bien financer tous ces tuyaux, pompages, réservoirs qu’on mettait en place en amont et en aval. Mais l’eau restait l’eau.  Prenons l’exemple de l’Australie en 2023. L’eau est devenu un bien, ce bien est désormais privatisé, à l’échelle du continent.  Il existait des cours d’eau, on a maintenant le cours de l’eau qui varie sans cesse sur des écrans d’ordinateur selon la Loi du Marché. La théorie capitaliste nous dit qu’il s’agit là d’un progrès essentiel de l’humanité puisque cela garantit l’utilisation la plus adéquate d’une ressource limitée. Non, la Loi du Marché garantit avant tout le retour sur investissement le plus élevé possible à l’actionnaire ! Et s’il faut pour cela casser des montagnes, oublier des régions entières peuplées de petits agriculteurs aux moyens trop faibles pour payer le prix fort, barrer des fleuves, détruire des écosystèmes, et convaincre des politiciens pour le faire, allons-y ! Tantièmes ne fait pas d’analogie entre la privatisation d’une langue et d’un autre bien. Ce n’est qu’à la marge que le roman aborde la question du prix de l’anglais par rapport à celui du français ou du wolof. Au contraire, la privatisation du français et le rachat de l’Académie Française sont présentés par Aline comme la solution pour redonner à la langue de Molière toutes ses chances par rapport à l’anglais. Si l’on doit parler de catastrophe, celle-ci est provoquée par le capitalisme débridé. Celui-ci, à travers Aline, propose un projet, un business plan qui représente un progrès essentiel, l’accès à toute les cultures, c’est-à-dire à tout le savoir, dans sa propre langue. Qui pourrait être contre ? Mais, comme toujours, l’obsession de la loi du marché, son mantra, pousse à la cécité. Total voudra ignorer jusqu’au bout le réchauffement climatique et inscrit en grand dans les aéroports Total the green Energy. Malboro refusera de regarder en face le cancer du poumon et continuera à déclamer Don’t be maybe, be Malboro. Aline quant à elle, se concentre sur son Business Plan et refuse de se poser la question du contrôle de l’Intelligence Artificielle sur l’Humanité. Adaptons la citation de Rabelais : capitalisme et science sans conscience ne sont que ruine de l’âme !

Les deux sociétés Babel et Timée sont l’exemple type de cette domination à travers la possibilité non avouée de contrôle de la population. Comment qualifieriez-vous la manière trompeuse dont se présente leurs projets qui, soi-disant, veulent le bien de l’homme, alors que le but est de le dominer ? Que représente, sur l’échelle de la manipulation des masses, cette promesse illusoire ?

Je n’ai pas construit mes personnages, qu’il s’agisse de 3K, inspiré si on veut d’un Elon Musk, ou d’Aline, pour qu’ils soient animés par l’intention nuisible de contrôler les populations. Leur génie respectif est pavé de bonnes intentions. Prenons 3K : sa Tower B, qui peut être vue comme une version très améliorée d’une Alexa d’Amazon œuvre indiscutablement pour le bien de l’Humanité. Grâce à la Tower B, si on est un jeune népalais ou Kényan ou pakistanais défavorisé, on peut désormais suivre les cours de Stanford en népalais, en swahili ou en urdu et passer son PhD pour un prix dérisoire et sans quitter son village. Aline convainc les académiciens français en expliquant que l’essentiel de la culture qui circule sur la Toile est anglo-saxonne. Non sans raison, elle leur fait prendre conscience que sur le Web Cyrano de Bergerac est battu à plate couture par Jon Snow, et propose sa solution pour que la culture française ne capitule pas en rase campagne. Mais relier tous les cerveaux humains aux bases de données grâce à la Tower B puis à sa version ultime, une puce greffée dans l’oreille, donne des moyens illimités à celui ou celle qui maîtrise le code. 3K et Aline, eux même hors de tout contrôle, acquièrent des moyens de contrôle infinis. 3K s’en sert pour faire le Bien en mettant hors-jeu un dictateur par-ci ou en obligeant par-là les politiques à respecter leurs engagements pour le climat. Le problème est que Code is law ! Celui qui contrôle le Code applique sa définition du Bien. Mais tout ceci est-il de la science-fiction ? Un récent et très médiocre président des Etats-Unis s’est vu interdire Tweeter. Cela va à priori dans le bon sens et on peut s’en féliciter, ce qui est mon cas ou bien trouver l’acte parfaitement menaçant, ce qui est aussi mon cas. En effet, la sentence n’a pas été prononcée par une cour de justice ou un parlement mais par le président d’une société privée. Qui, désormais est aux manettes ? Et si sa définition du Bien pour tel ou tel président de multinationale n’allait pas toujours dans le bon sens ?

Revenons aux personnages de votre roman, si vous le permettez. Premier constat : vous mélangez avec une certaine désinvolture des personnages réels et d’autres que l’on devine facilement derrière des noms à peine dissimulés. Pourquoi ce choix ? Qu’apporte-t-il comme poids et arguments du réel à votre narration ? Je pense, par exemple, au couple Récaire et au célèbre académicien au nom imprononçable…

L’action de Tantièmes se déroule sur une décennie à partir de 2025. Cela n’en fait pas pour moi un roman de science-fiction. Je voulais que le roman soit ancré au plus profond dans le présent tant le sujet est d’actualité. Il y a 3 milliards d’utilisateurs journaliers de Facebook, 465 millions pour Tweeter, 1,2 milliards pour Tiktok. En général, quand on tape sur un moteur de recherche, ce nombre est agrémenté de l’adjectif (disgracieux) monétisable. Oui, j’ai le plaisir de vous annoncer que nous sommes des utilisateurs de Facebook monétisables ! Dans un roman on peut suggérer son utopie. Dans Tantièmes il s’agit d’une prise de conscience et d’une révolte contre cette surveillance généralisée, ce détournement à but lucratif d’une technologie qui aurait pu être émancipatrice. L’Intelligence Artificielle mal utilisée n’est plus une menace lointaine mais une réalité. Alors, laissons tomber l’utopie, trop théorique et trop lointaine. J’avais besoin de révolutionnaires en chair et en os, sabres au clair pour en découdre immédiatement! Alain Finkielkraut, Barbara Cassin, Valéry Giscard d’Estaing (il était encore vivant quand j’écrivais Tantièmes) ou Dany Laferrière mués en Che 2.0, quoi de mieux pour sonner la révolution ?

Le couple Aline-Simon que nous avons déjà mentionné plus haut, traverse le roman dans une métamorphose intérieure à la fois tenace et nourrie d’idéalisme. On reconnait, peut-être, votre alter ego dans la personne de Simon, tandis que la figure d’Aline est plus symbolique de la femme d’affaire capable de revenir à ses valeurs humaines brièvement abandonnées sous la pression de la réussite professionnelle. Comment voyez-vous ces deux personnages sous l’angle de ce combat entre réussite et valeurs ?

J’ai moi-même créé mon entreprise, travaillé à l’international, élaboré des business plans, calculé des rentabilités pour actionnaires, aidé à privatiser. Mon bilan carbone passé n’est pas glorieux, il est très certainement indigne. Pour le meilleur ou pour le pire, je ne suis guère éloigné de cette Aline. Que veut nous dire Simon, le personnage positif de Tantièmes et son ami Jean-Claude Récaire inspiré de Jean-Claude Carrière (lui aussi encore vivant quand j’écrivais Tantièmes) ? Je parie qu’on trouverait sur sa table de chevet Légendes d’automne de Jim Harrison. Son Montana à lui, c’est le Caroux, montagne lumineuse et oubliée du Sud. Sa filmographie préférée serait celle programmée lors du festival de Sundance, avec pour point d’orgue et au milieu coule une rivière (A river runs through it).  Simon nous suggère que l’on retrouve son humanité quand on s’immerge à nouveau dans la Nature. C’est en étant lui-même, un homme de la Nature qu’il réveille l’humanité d’Aline et l’écarte de sa cécité capitalistique.  C’est en suivant Simon dans son Caroux, en marchant pieds nus sur une plaque de gneiss chauffée à blanc par le soleil ou en chassant une truite dans un torrent cristallin qu’Aline fait la paix avec elle-même, qu’elle retrouve sa part d’humanité. Cela lui permet d’appréhender son entreprise sous tous ces angles, en trois dimensions. Le capitalisme est réducteur, monochrome, seule la couleur de l’argent lui importe, enfantin et hypnotiseur avec son mantra. Il fait appel à seulement quelques capacités basiques de l’être humain (une once de calcul mental, beaucoup de mensonges, de la stratégie guerrière, de la communication réduite au slogan, tous ces petits trucs de boutiquiers fabriqués dans les dernières centaines d’années pour vendre et acheter). Se mouvoir en pleine nature requiert de l’odorat, en appelle à la vue, à l’équilibre, au souffle, au toucher du pied,  à l’esquive, à la préhension, au goût et globalement à tout ce que nous avons acquis en des millions d’année d’adaptation. C’est une toute autre échelle !

Un autre personnage ô combien symbolique est Mike Konakis, alias 3K, incarnant le savant devenu fou et obsédé par le contrôle total de l’humanité. Qui est-il en réalité ?

Dans mon esprit, 3K est à sa façon un surdoué comme le sont certainement les Bill Gates, Jeff Bezos,  Marc Zuckerberg ou autre Steve Jobs. Je ne vois pas ces personnes comme des Leonard de Vinci, des Albert Einstein ou des Niels Bohr. Ils n’ont probablement pas plus de capacité que la moyenne des gens à conceptualiser l’espace-temps ou l’intrication de deux particules mais certains maitrisent la programmation, ou la technique du Business Plan, ou encore la banque et le droit des affaires, etc … Ce sont sans aucun doute des personnes intelligentes et entreprenantes. Ils ont créé des entreprises mondiales au pouvoir gigantesque et je ne suis pas sûr que nous ayons pris toute la mesure de l’étendue de ce pouvoir. Ce qui est certain, c’est que ce pouvoir échappe (souvenez-vous, code is law !), du moins dans les pays démocratiques, aux institutions qui, ne maitrisant pas le code, ne maîtrise plus la loi. Dans Tantièmes, étant entendu que nos sociétés n’ont pas vraiment de garde-fou, je ne fais que pousser le bouchon un tout petit peu plus loin : et si 3K le génie était un mauvais génie ? Mais sommes-nous protégés des dérives d’un Elon Musk (vous savez, ce personnage qui rentre dans sa société nouvellement acquise en portant un lavabo à bout de bras) avec son projet Neuralink ?

Reste à évoquer les fameux sanspuss, personnages incarnant une multitude humaine munie d’une volonté de combattre la volonté totalitariste des forces capitalistes incarnées par les deux sociétés Babel et Timée. Qui sont-ils et en quoi leur combat est juste et justifié dans votre roman ?

C’est une question très pertinente. Je la reformule : qu’est-ce qu’on peut faire quand on a le sentiment qu’il n’y a plus d’État ? Ou pourquoi certains barbouillent une œuvre de Van Gogh avec de la sauce tomate ? Il n’y a jamais eu autant de lobbyistes des énergies fossiles qu’à la COP27 en Egypte. Les gouvernements perdent la main plus que jamais vis-à-vis des grandes entreprises et de la loi du marché. Le but d’ExonMobil ou de Total (vous savez, Total the green Energy !) n’est pas et ne sera pas de défendre l’environnement. Tant que le retour sur investissement de l’extraction d’une goutte de pétrole brut demeurera intéressant, on creusera. Les gouvernements pétroliers directement intéressés (Venezuela, Pays du Golfe, Russie, États-Unis et quelques autres) ne s’y opposeront évidemment pas et pourront continuer à organiser des coupes du monde ou des jeux d’hiver dans le désert. Les autres, shootés aux énergies fossiles, ne pourront pas et continueront à repeindre la façade de leur politique en vert délavé, ce qui est moralement indéfendable. Dans Tantièmes, les sanspuss représentent les balanceurs de sauce tomate, ceux qui refusent un monde orwelien et qui ont la légitimité avec eux. 

Et, enfin, descendons dans l’arène du réel et posons-nous la question si votre histoire ne nous concerne pas déjà, si nous n’en sommes pas déjà touchés en plein cœur. Deux indices nous renvoient à cela. D’abord le sous-titre mystérieux, Un monde sanspuss, que nous venons d’évoquer, et ensuite cet avertissement condensé dans une phrase prémonitoire Quand l’intelligence artificielle produit un monde orwellien ! Est-ce que cette histoire que vous décrivez si bien n’est pas déjà en marche ? Devons-nous prendre votre roman plus pour une œuvre réaliste qu’une fiction, et la lire comme vous l’annoncez comme une œuvre orwellienne ?

La réponse est dans la question. Tantièmes n’est pas un roman de science-fiction et je revendique, comme nous l’avons mentionné au début de l’entretien le terme de roman historique. Combien de fois ai-je sursauté en écoutant les actualités quand j’ai réalisé que ce que j’ai écrit est parfois en-deçà de la réalité. J’ai été dépassé par l’ampleur des fake news lors des dernières élections américaines. J’ai découvert que des romans et de nombreux poèmes étaient couramment écrits à grand renfort d’Intelligence Artificielle. L’Arabie Saoudite a remporté la candidature pour organiser les jeux d’hiver asiatiques en 2029. En 2022, 63% des sites WEB sont en anglais contre 2,5% en français. Elon Musk a fait une présentation de sa puce Neuralink qui devrait mesurer 23mm de diamètre pour 8 mm d’épaisseur. Une taille réduite qui devrait permettre à la puce d’être implantée facilement, en ne laissant qu’une petite cicatrice dans le cuir chevelu. Pour finir, à moi de poser cette question : Elon le libertarien, Musk le liberticide ?

Propos recueillis par Dan Burcea

Jean-Pierre Noté, Tantièmes, Azart Atelier Editions, 2021, 202 pages.

« Le livre est bien écrit et l’action soutenue » sur « Tantièmes » de Jean-Pierre Noté

Jean-Pierre Noté, Tantièmes

Dans cinq ans, en 2027, le monde sera à la merci d’une multinationale d’origine américaine qui a pour nom Babel et qui produit une box connectée qui donne accès à tout et traduit en simultané une profusion de langues. Autrement dit Alphabet, l’autre nom du gros gogol, entreprise attrape-tout qui veut le monopole sur le savoir – donc le pouvoir. Son PDG est surnommé 3K, comme on disait Y2K pour désigner (jadis) le bug de l’an 2000 (qui n’a jamais eu lieu). Les trois K viennent de son nom grec imprononçable pour un gosier anglo-saxon. Car tout doit être traduit, adapté, réduit en anglosax, la langue des maîtres du monde.

Seul un petit pays résiste encore et toujours à l’envahisseur… Pas pour longtemps. Endetté, en déclin, la France voit avec joie proposer l’achat de rien moins que l’Académie française, ce ramassis de quarante vieilles birbes, dont très peu de femmes, qui a l’outrecuidance de vouloir être maître de la langue. Aline, executive woman qui a réussi dans la tech, a sa propre entreprise de traduction à destination des pays africains francophones, TimeExpert, et 3K la convoite. Plus l’entreprise que la fille, encore qu’il aime bien dominer.

Tout ce roman « hyper » contemporain (selon le mot tendance) a pour objet de montrer l’écartèlement d’Aline entre la globalisation et le terroir, Babel et le vieil hôtel de Toulouse qu’elle habite, le mouvement pour le mouvement et l’ancrage dans l’histoire. En bref, un dilemme « ultra » contemporain (autre mot tendance). Il se trouve que, tel le yin et le yang, la contestation se trouve au cœur de sa maison en la personne de Simon, prof d’histoire sans histoires qui possède quelques tantièmes de copropriété de l’hôtel particulier qu’Aline a fini par acquérir presque entièrement. Il refuse de vendre et n’offre aucune prise. Lui aime le territoire, le vin de pays et les paysages du Carroux, ce qu’aimait aussi Aline dans sa « première éternité », son enfance et son adolescence. Curieusement, elle n’a aucune famille subsistante, donc aucune racine, sauf les souvenirs. Tout l’art de Simon sera de faire ressurgir en elle ce qui fait d’elle ce qu’elle est.

Vaste programme ! Babel a une puissance démultipliée et, grâce à sa nouvelle box connectée en drone miniature, Fly, qui suit comme une mouche son propriétaire, puis grâce à la Chip, une micropuce implantée dans le lobe de l’oreille, le maître du monde peut maîtriser les grands du monde. Il fait ainsi que le nain coréen détruise ses bombes nucléaires et se retire dans un monastère bouddhiste, que le petit dictateur russe admette que le pétrole n’est plus l’énergie du futur, que le président français consente à vendre l’Académie française. Au fond, Babel est comme la langue d’Esope, la meilleure et la pire des choses : la meilleure parce qu’elle permet à quiconque ne parle aucune des langues dominantes de suivre des cours en ligne d’universités prestigieuses dans sa propre langue aussi improbable que le corse ou l’inuit ; la meilleure parce qu’elle enjoint les dirigeants des États à œuvrer pour la planète, le climat et la paix – mais aussi la pire car elle globalise la pensée avec le savoir formaté, la politique avec la moraline universelle décrétée par un seul (Mister 3K lui-même), la surveillance de tous avec les box, les fly, les puces. Tout se sait et tout est traqué à l’aide d’algorithmes puissants. Nul ne peut échapper, même sans puce, à ce Big Brother technologique.

Aline, ambitieuse parce que solitaire et engluée dans le système où elle excelle, ne voit que les bons côtés « généreux » du programme yankee de domination technologique du monde (l’auteur aurait pu citer aussi les Chinois, guère en reste sur cette avancée du contrôle). Elle s’aperçoit in extremis de l’impasse dans laquelle elle met le monde par son ego individualiste et tout tech. Avec Simon, un mâle, un vrai, elle succombe à l’attrait du sexe, sinon à l’amour (qui peu visible dans le roman), avant que ses racines ne l’enserrent à neuf et dessillent ses paupières alourdies par la réussite. Le prof fonctionnaire et la milliardaire entreprenante vont conjuguer leurs efforts pour que le pire n’arrive pas et que les puces ne sautent pas sur les humains comme sur tous les chats pour sucer leur fluide vital.

Le plus symbolique est que tout se termine par un coup de lame de silex préhistorique dans le cerveau avancé de la technologie post-historique. Le serpent du destin se mord la queue.

L’auteur, Sup de co Toulouse et licencié en histoire, commercial international pour l’aérospatiale durant 17 ans avant de créer sa boite de consultant, connaît bien le monde technologique des multinationales. Il aime à se ressourcer dans ses Pyrénées natales où il traque les truites fario. Son roman d’anticipation montre comment, de glissement vers le savoir en glissement pour le bien des autres peuples (moins « avancés »), se met en place insidieusement, démocratiquement et moralement, une « intelligence » artificielle qui n’est au fond qu’une technologie totalitaire destinée à transformer l’humain en fourmi. Sauf le terme WASP (White Anglo-Saxon Protestant) qui s’écrit sans H après le W, le livre est bien écrit et l’action soutenue.

Jean-Pierre Noté, Tantièmes – un monde sanspuss, Az’art atelier éditions, 2021, 205 pages, €20,00

Le livre n’est référencé ni sur Amazon ni à la Fnac en ligne, ce qui est probablement un choix idéologique mais restreint sans conteste sa diffusion.

Attachée de presse BALUSTRADE : Guilaine Depis, 06 84 36 31 85 guilaine_depis@yahoo.com

RSVP Rencontre 23 septembre à 17h30 Jean-Pierre Noté à la Librairie Torcatis 10 rue Mailly à Perpignan

Lecture et présentation de Jean-Pierre Noté 

Le 23 septembre à 17h30, à la Libraire Torcatis 

10, rue Mailly 66 000 PERPIGNAN

Pour le livre Tantièmes, éd. Az’art Atelier

Il arriva un moment où un grain de sable survint. Le grain de sable portait un nom : sanspuss. Ce qui faisait son originalité n’était pas qu’il fût inattendu. Non. Sa particularité c’était sa provenance et, dans l’avion qui entamait sa descente vers Toulouse, alors qu’elle fixait l’horizon à l’Est dans l’espoir d’apercevoir le Caroux, Aline se souvint de Simon qui, là-bas, lui raconta un jour son cauchemar.
Quand l’intelligence artificielle produit un monde orwellien !

« Tantièmes, un monde Sanspuss » un roman mêlant l’intelligence artificielle et la langue de Jean-Pierre Noté

Tantièmes 

L’auteur : Jean-Pierre Noté a travaillé 17 ans pour une entreprise aérospatiale où il a dirigé la négociation de nombreux contrats internationaux dans plusieurs pays (Etats-Unis, Russie, Inde, Pakistan, Iran, Argentine, Israël et Egypte notamment) et a acquis une large expérience en matière de satellites, de lancements, de montages financiers avec des agences de crédit export et des banques. Entre 2003 et 2010 il a occupé les fonctions de directeur financier puis de dirigeant d’un opérateur de satellite africain basé à l’île Maurice. De 2010 à 2022, à la tête de sa propre société de consultance, a aidé de nombreux gouvernements à acheter des systèmes d’observation ou de télécommunications par satellites à travers le Monde (Turquie, Indonésie, Emirats Arabes Unis, Qatar). En parallèle, Jean-Pierre Noté a enseigné les contrats internationaux et les assurances spatiales au CNAM à Paris et à Pékin, à EUROMED à Toulon et dans plusieurs universités à Paris et à Toulouse. 

Il est diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Toulouse, licencié en Histoire et a une maitrise de Droit.

Montagnard depuis l’enfance, il parcourt inlassablement les Pyrénées où il réside une partie de l’année, longeant les torrents avec sa canne à mouche. Dans le cadre de ses études il a, pendant quatre ans, participé à un chantier de fouilles archéologiques dans les cavernes du Volp qui a celé pour la vie une solide passion pour la Préhistoire.

Aventures professionnelles à l’étranger, montagne, pêche, histoire et préhistoire, telles sont ses sources principales d’inspiration dans l’écriture de ses romans. 

Il a publié 3 livres :

–          21 septembre (2017 – éditions Empreinte) : un roman historique se déroulant sur tout le XXème siècle et se finissant par l’explosion d’AZF à Toulouse le 21 septembre 2001.

–          L’Affaire Neandertal (2018 – éditions Empreinte) : un very cold case, une scène d’un meurtre vieux de 36 000 ans quand Cro Magnon et Neandertal se croisaient en Europe (préfacé par Jean Clottes (fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Clottes)

–          Tantièmes, un monde sanspuss (2021 – Az’Art atelier éditions) : un thriller autour de l’intelligence artificielle  où Aline, une startupeuse ambitieuse et un tycoon californien privatisent les langues. Pour arriver à son but, Aline doit mettre la main sur L’Académie Française. Elle fait face à quelques résistances…