Franck Archimbaud sur Radio Notre Dame

En Quête de Sens

Émission du 31 mai 2021 : Quel avenir pour les restaurants et les bars après cette crise ?

Réécoutez l’émission ici

Franck Archimbaud, traiteur et restaurateur en Normandie, il a mis à profit le premier confinement pour écrire son autobiographie : « L’homme qui voulait Otrechoze » (Scripta) du nom de son entreprise

Chef Damien, chef cuisinier et co-fondateur du site 750g, spécialiste de la cuisine accessible et équilibrée. Il a ouvert 3 restaurants en région parisienne et publie « Mangez bon, mangez bien » (Editions Webedia)

Max de Villers, gérant du bar « Les chaises » à Paris 20e

Un Moi-aussi à l’envers fait du bien en ces temps d’hystérie victimaire féministe

Joaquin Scalbert, Des femmes et des adieux

Avec un titre qui rappelle Des hommes et des dieux, film de Xavier Beauvois sur les moines de Tibhirine en Algérie, assassinés en 1996, l’auteur décrit en dix-neuf récits l’assassinat des hommes par les femmes.

Lors d’un rendez-vous de chasse, chacun des présents conte une anecdote comme dans le style des Mille et une nuits. Une originalité cependant : les chasseurs sont priés de ne pas relater comment ils ont fait la chasse aux femmes, ce dont personne ne doute entre eux, mais de parler d’elles « autrement qu’en termes de seules conquêtes » p.12. C’est qu’il est valorisant de se vanter mais plus profond de ne pas dénier la réalité. Or les femmes aussi sont perverses, séductrices, lâches, violeuses de jeunes mecs, adultères de riches maris. Un Moi-aussi à l’envers fait du bien en ces temps d’hystérie victimaire féministe.

Sauf que, retournement de situation, l’un des chasseurs a été tué lors de la battue aux sanglier le lendemain. Une lieutenante enquête – il fallait bien une femme ! Le narrateur a enregistré tous les récits contés, ce qui donne du grain à moudre à la recherche de preuves. Dix-neuf anecdotes plus tard, il y a bel et bien eu meurtre – et un coupable. Qui l’a fait ?

La réponse est dans les récits, et ce procédé original conclut bien le volume, parfois inégal. Je vous conseille d’ailleurs de le lire en plusieurs fois pour éviter la saturation et laisser monter l’intérêt. L’auteur est chasseur, mais de têtes, après avoir travaillé dans la pub où il a pu connaître tous les travers exacerbés de l’espèce humaine. Il faut noter quand même que « nous avons tous eu des aventures heureuses ou tristes, ce n’est pas pour cela que nous sommes des criminels en puissance ! » p.126. Il fallait au moins que cela fut dit.

Joaquin Scalbert, Des femmes et des adieux, 2020, éditions Douin, 319 pages, €27.00

Attachée de presse BALUSTRADE : Guilaine Depis, 06 84 36 31 85 guilaine_depis@yahoo.com

Réécoutez l’émission radio de Pauline Deysson sur la Chasse au Trésor

En Quête de Sens 

Émission du 27 mai 2021 : Les monuments et musées vont-ils retrouver leurs visiteurs à leur réouverture ?

Pauline Deysson, documentaliste et co-auteur de « Le trésor de l’Entente Cordiale » (La chouette d’or)

Fériel Fodil, directrice exécutive du Château de Chantilly 

Eva Grangier, directrice adjointe au service Culture du Département des Hauts-de-Seine

Pierre Ménat, lauréat du 24ème Prix littéraire de l’association dryade Europe Promotion à Saint-André les Vergers

Pierre Ménat est le lauréat du 24ème Prix littéraire de l’association dryade Europe Promotion à Saint-André les Vergers

(après Jacques Delors, Valéry Giscard d’Estaing etc aussi lauréats de ce Prix Europe Promotion)

avec « Dix questions sur l’Europe post covidienne – entre confiance et défiance » (L’Harmattan)

Quelques retombées Presse à retrouver icihttps://guilaine-depis.com/category/pierre-menat/dix-questions-sur-leurope-post-covidienne-entre-defiance-et-puissance/ 

 

Diplomate de carrière, Pierre Ménat a suivi de l’intérieur la marche de l’Europe pendant plus de trente ans. Conseiller de deux ministres des Affaires Étrangères (Jean-Bernard Raimond et Alain Juppé), puis conseiller du président Chirac pour l’Europe, deux fois directeur des Affaires européennes au Quai d’Orsay, il a également servi comme ambassadeur de France en Roumanie, Pologne et aux Pays-Bas. Il vient de publier «Dix questions sur l’Europe post-covidienne : Entre défiance et puissance» (L’Harmattan, Pepper, octobre 2020)

Contact interview sur l’Europe après le Covid et le Brexit guilaine_depis@yahoo.com 06 84 36 31 85

Entretien du philosophe Marc Alpozzo avec l’écrivain Christian de Moliner

Entretien Avec Christian De Moliner. Nous Avons Une Juxtaposition Entre Islamistes Et Gauchiste Mais Pas Un Mélange

Le regretté éditeur Pierre-Guillaume de Roux nous a quittés récemment, le 11 février 2021. Parmi ses dernières parutions, le roman de Christian de Moliner La croisade du mal-pensant, qui aurait pu résumer, en très grande partie au moins, l’itinéraire de cet éditeur, fils de l’écrivain et éditeur lui-même Dominique de Roux. Ce roman de Christian de Moliner, qui également publié La Guerre de France (2018) et Islamisme radical. Comment sortir de l’impasse (2019) déjà chez PGDR, est ultra-contemporain et a une résonance forte avec l’actualité immédiate, notamment la tragique décapitation de l’enseignant Samuel Paty. Fresque lucide, roman des conflits générationnels, critique de l’idéologie militante des « racisés », j’ai souhaité en savoir plus. L’auteur a gentiment accepté de répondre à mes questions.

croisade.jpgMarc Alpozzo : Votre personnage Samuel Meiersohn est un professeur d’université désabusé et presque retraité. Aussi, révolté contre son université qui ferme les yeux sur des réunions d’étudiants « racisés » qui veulent créer un espace sans blanc, au nom du rejet du « privilège blanc », on va suivre sa croisade surréaliste contre une administration démissionnaire et une société française de plus en plus passive face à la montée de ce nouvel extrémisme. Quand on lit les premières pages de votre roman, on ne peut s’empêcher de penser à Michel Houellebecq. Il est vrai que l’on aurait été en droit d’attendre un roman sur le sujet de la part de cet auteur qui a toujours été très lucide sur ces dangers sociétaux contemporains. Or, il semble que ce livre ne soit pas d’actualité. Pensez-vous que seuls des auteurs classés à l’« extrême droite » désormais peuvent s’autoriser à aborder ces thèmes très conversés aujourd’hui ?

Christian de Moliner : Michel Houellebecq va peut-être s’emparer de ce sujet, dont l’émergence est encore récente. Les premières alertes sur ce phénomène préoccupant se sont déroulées dans les années 2017 et 2018, mais l’explosion de ces comportements problématiques se situe en 2020 avec Black Lives Matter ; nous avons atteint l’an dernier un sommet malheureusement provisoire dans le délire sociétal. On en est arrivé à licencier aux États-Unis des personnes dont les opinions, sans être extrémistes ou racistes, ne sont pas conformes à la doxa bien-pensante. C’est effroyable pour la démocratie. J’ai bon espoir que Michel Houellebecq dénonce ces dérives racialistes dans un roman, avec son style qui est inimitable et que, bien entendu, je n’imagine pas avoir égalé. Nous verrons en fin d’année ou l’an prochain. Il faut lui laisser le temps d’écrire un livre sur ce thème. Je réfute totalement l’étiquette « auteur d’extrême droite ». Je suis conservateur et je crois à la démocratie et à l’égalité entre les êtres humains.  Plaquer un label « extrême droite » qui pour beaucoup est infamant (mais pas à mes yeux, chacun est libre de ses opinions) sur toute personne qui rue dans les brancards et rejette l’idéologie dominante est un procédé systématique et, malheureusement efficace pour stériliser tout débat. On ne discute pas avec des fascistes, on ne regarde pas leurs arguments : on les dénonce et on les éjecte du débat public. On les efface. Néanmoins, je pourrais répondre à votre question : oui, par le jeu de l’intolérance des « bien-pensants » seuls les auteurs qu’ils classent à l’extrême droite peuvent aborder ces thèmes puisque le simple fait d’évoquer ce problème vous colle aussitôt cette étiquette imméritée et vue comme infamante par « le camp du Bien ».

M.A. : Votre personnage est au soir de sa vie, mais, à la lecture de votre roman, on a aussi le sentiment que cette bataille est peut-être sa dernière mais la plus importante cependant, parce que probablement la plus urgente avec le basculement irréversible de la société française dans une autre forme de société, racialiste, anti-blanc, violente et xénophobe. Pensez-vous que les antiracistes d’hier sont les racistes d’aujourd’hui, et comment expliquez-vous une évolution aussi négative de notre société française, qui a pourtant toujours été ouverte et tolérante vis-à-vis de la diversité ? Pensez-vous que c’est la revanche du colonisé sur le colon d’autrefois ?

C.M. : Oui l’antiracisme est un racisme qui, j’assume la portée de mes mots, est aussi délétère que l’antisémitisme. Attaquer sans cesse les blancs, leur reprocher tout et n’importe quoi, vouloir les exclure de certains lieux ou de certaines réunions est un comportement raciste qui devrait être condamné comme tel par les tribunaux. Parler de revanche du colonisé sur le colon n’a à mes yeux aucun sens. Si on emploie ces termes, on justifie la posture racialiste, on lui fournit des excuses. Si on excepte les pays d’Afrique du Nord, les colons n’ont jamais dépassé au total 100 000 personnes et tous loin de là n’étaient pas des exploiteurs. Leurs descendants sont peu nombreux. Les pieds-noirs qui habitaient en Algérie, en Tunisie ou au Maroc, étaient avant tout des personnes simples, qui pour la plupart ne s’enrichissaient pas au détriment des indigènes, mais vivaient en Afrique du Nord comme ils l’auraient fait en France. Et tout cela est terminé depuis 60 ans ! Quant à l’esclavage, 0,02 % des « Français de souche » de la métropole descendent de négriers. Et parmi les noirs qui étaient affranchis nombreux étaient ceux qui étaient eux-mêmes possesseurs d’esclaves. Nous avions affaire à un système, hélas, admis par tous et qui heureusement a pris fin en 1848. De toute façon, la culpabilité d’une personne ne se transmet en aucune manière à ses descendants. Nous ne sommes pas comptables des erreurs de nos aïeux. Il faut donc cesser de mettre en avant ces arguments anti-blancs qui sont odieux et révoltants. Non, la couleur de peau n’a aucune importance dans notre pays, non la France ne rejette pas les noirs ou les musulmans.  Il ne faut rien laisser passer et traîner devant les tribunaux tous ceux qui au nom de l’antiracisme tiennent des propos racistes.

Samuel-Paty.jpg

Samuel Paty est un enseignant assassiné par un terroriste islamiste,
le 16 octobre 2020 dans la commune française de
Conflans-Sainte-Honorine, située dans les Yvelines.

M.A. : Lorsque j’ai reçu votre roman, je l’ai lu d’une seule traite. C’est un roman très lucide, qui donne un éclairage certain sur un phénomène politique inquiétant qui est le « racialisme », importé des États-Unis, notamment grâce à cette nouvelle idéologie dominante des « racisés » et des « intersectionnels ». Votre personnage est une sorte d’anti-héros houellebecquien mais très proche de nous. Il s’étonne, se révolte et se désespère de ce que devient la société française qu’il a tant aimée, à la fois devant les trahisons de la gauche, qui est passé de la lutte des classes à la lutte des races, et qui ne veut plus que l’on désespère la mosquée, mais aussi du tapage d’une presse aux ordres, qui peut faire d’une Traoré un phénomène de société au mépris des vérités concernant son frère. Est-ce que vous pourriez dire, en paraphrasant Flaubert, « Samuel Meiersohn c’est moi » ?   

C.M. : Samuel Meiersohn partage nombre de traits communs avec moi. Son penchant pour l’œuvre de René Grousset et l’épopée des Croisades est également le mien. Comme lui, j’ai toujours été de droite et j’ai été confronté à la gauche dominante et conquérante. J’aurais pu faire une carrière universitaire, mais comme mon héros j’aurais dû adhérer au parti communiste pour l’emporter contre un collègue soutenu par des trotskistes. Cet épisode m’a beaucoup marqué et me révolte encore aujourd’hui. Comment peut-on distribuer des postes d’enseignants en se basant non sur la valeur des postulants, mais sur leurs opinions politiques ? La franchise universitaire est à mes yeux une horreur antidémocratique ; pour moi les postes et l’avancement des carrières devraient être du seul ressort de l’inspection générale, comme c’est le cas pour les classes préparatoires.

Samuel n’est pas déçu par la gauche à laquelle il n’accorde aucun crédit, mais par l’hypocrisie de sa hiérarchie pourtant proche de ses idées ; celle-ci « collabore » et fait tout pour éviter les incidents. Nous sommes en plein dans les accommodements dits raisonnables, mais qui cachent mal une totale capitulation. Meiersohn se révolte sans réfléchir, sans débat intérieur. Il fait ce que sa conscience lui dicte et entame sa croisade sans se soucier des conséquences, contre l’avis de ses proches. Il fait ce qu’il lui semble juste.

M.A. : L’idéologie racialiste se mêle étroitement avec l’islamo gauchisme, fortement dénoncée et en même temps niée par une partie de la gauche, mais pas toute, notamment Julien Dray qui la revendique. On a pu constater aussi, suite à la tragédie récente où ce professeur décapité par un islamiste, Samuel Paty, a fait dire à une certaine gauche en guise de réponse : « oui, mais… » Est-ce que votre personnage porte son prénom en hommage à cette victime de la terreur islamiste ? Y avez-vous pensé au moment où vous écriviez ce roman ? Croyez-vous que l’islamo gauchisme soit bien différent de la gauche marxiste, notamment dans ses méthodes et ses revendications ?

C.M. : J’ai écrit ce roman en février 2020, donc bien avant la décapitation de Samuel Paty. Je voulais pour mon héros un prénom juif, puisque son père a été élevé dans la religion de Moïse. Le terme islamo gauchisme recoupe une alliance entre des islamistes qui mettent en avant la charia et qu’on ne peut vraiment pas classer à gauche de l’échiquier politique. Ce sont des extrémistes de droite, figés dans des lois dont l’interprétation est gelée depuis quatorze siècles. À côté d’eux se trouvent de purs gauchistes dont l’idéologie n’a pas vraiment changé depuis 1968. Leur recherche de damnés de la terre, d’opprimés les a conduits à encenser les musulmans rigoristes. À leurs yeux, ils remplacent le prolétariat qui a pour une grande part été absorbé par la classe moyenne et qui a « trahi » en acceptant le capitalisme.

Nous avons donc une juxtaposition entre islamistes et gauchistes, mais pas un mélange. De même que le vinaigre ne peut fusionner avec l’huile, ces deux courants de pensée seront toujours différents. Et si les islamistes parvenaient par malheur au pouvoir, ils extermineraient leurs anciens alliés gauchistes.

Je désapprouve le slogan « lutter contre l’islamo gauchisme ». Toutes les opinions sont tolérées en France sans aucune exception. C’est la grandeur de la démocratie. On peut donc, si on le souhaite, être islamiste ou gauchiste. La seule limitation à cette liberté est l’interdiction de paroles racistes, d’injures, de menaces ou d’actes antidémocratiques. En revanche, lutter contre l’intolérance des islamo gauchistes est impératif. Il est inadmissible qu’un enseignant voie sa carrière universitaire bloquée, car il a exprimé des doutes sur les trans ou parce qu’il a protesté contre une réunion racisée. C’était le sens du combat de Frédérique Vidal au départ et elle avait pleinement raison. Malheureusement, elle a été piégée par ses adversaires qui ont feint de croire qu’elle voulait expurger l’université. Les « islamo gauchistes » sont très forts pour faire oublier leurs turpitudes et leur intolérance. Systématiquement ils prétendent que s’attaquer à leurs dérives est une agression contre la liberté d’expression.

islamo.jpg

La Ministre Frédérique Vidal fait appel au CNRS pour mener
une étude du l’islamo-gauchisme et déclenche une polémique nationale

M.A. : Votre roman est titré La croisade d’un mal-pensant. N’est-ce pas justement faire l’aveu que ce combat est perdu d’avance, car la bien-pensance, revendiquant un Bien absolu et indéniable, aura toujours une longueur d’avance sur les mal-pensants, grâce notamment aux trahisons des clercs et des médias ?

C.M : La cancel culture, la bien-pensance forment actuellement la doxa dominante chez les intellectuels et dans les médias. Des journalistes notamment à France Inter oublient totalement que leurs opinions sont contestables, qu’ils ne détiennent absolument pas la vérité absolue, que ceux qui pensent différemment d’eux ont le droit moral de le faire. Pour tout cela j’ai employé mal-pensant pour marquer l’opposition de mon personnage principal à l’idéologie dominante. Ce terme est emblématique de mon roman. Le mot « croisade » est lié à la fois à l’échec final et au thème du pensum de Samuel qui passe plus de dix ans de sa vie à concevoir un ouvrage complet sur un sujet pourtant traité de nombreuses fois par d’autres : les croisades.

M.A. : Vous faites une distinction conceptuelle pertinente lorsque vous montrez au fil de votre roman que l’on essaie de confondre progressisme et complaisance avec une pensée victimaire qui veut imposer en France les usages islamiques. Devant les injonctions autoritaires de la « cancel culture » et du « name and shame », n’est-ce pas un totalitarisme radical qui s’implante progressivement en France, alors que les revendications, proches de celles des marxistes d’alors, interdisent tout commentaire et toute critique au risque d’être taxé de « raciste », de « xénophobe » ou d’identitaire ? Votre roman se termine dans un épilogue sanglant. Est-ce que vous pensez que c’est totalement prémonitoire ?

C.M. : Nous sommes en effet confrontés au totalitarisme. Comme vous le soulignez, dès qu’un homme politique évoque des thèmes qui déplaisent aux bien-pensants, ceux-ci le qualifient d’identitaire, de raciste ou de xénophobe. Heureusement, ces incantations ont de moins en moins d’effets et des opinions plus mesurées émergent et font leur place au soleil. À force de traiter de fascistes tous ceux qui sont à droite de l’extrême gauche, cette injure perd de son mordant. Nous avons déjà été confrontés à une telle violence politique dans les années 1950 quand Sartre qualifiait de chien tout anticommuniste, en 1968, quand des militants gauchistes assassinaient Georges Besse en le qualifiant de « brute ». L’extrême gauche n’est pas tolérante. Elle veut faire taire par la violence tous ses opposants. L’islamo-gauchisme parviendra-t-il à éliminer toute voix discordante ? Pour ma part, j’en doute, les résistances à leur totalitarisme deviennent de plus en plus nombreuses. L’opinion publique a basculé et n’est pas favorable à ce fascisme vert-rouge. La mode de la cancel culture va s’essouffler avant de disparaître tellement elle est grotesque. Elle sombrera dans le ridicule. Il faut juste tenir bon et ne jamais se décourager.

PGLR.jpg

L’éditeur Pierre-Guillaume de Roux, décédé le 21 février 2021

M.A. : Pierre-Guillaume de Roux nous a quitté brutalement au début de cette année. C’était un éditeur courageux, et sensible aux problématiques de notre société contemporaine, qui n’hésitait pas à publier des voix discordantes avec la bien-pensance, comme la vôtre par exemple. Que pouvez-vous nous dire de cet éditeur ? Pensez-vous qu’il puisse un jour trouver un remplaçant de sa trempe dans notre paysage éditorial actuel ? Est-ce encore possible ?

Pierre-Guillaume était un éditeur à part dans le paysage littéraire tant sa production était abondante. Il publiait nombre d’auteurs qui peut-être n’auraient pas été édités ailleurs. J’ignore si sa maison d’édition survivra à la disparition de son fondateur, il est encore trop tôt pour le dire. Mais si elle sombrait, elle laisserait derrière elle un trou que pour l’instant personne ne pourrait combler. Heureusement, le paysage littéraire n’est jamais figé. Un éditeur peut fonder une nouvelle maison et reprendre ce créneau.  En effet, les auteurs de droite même s’ils sont peu nombreux représentent un marché potentiel qui a son public et ses aficionados. Voilà de quoi tenter un jeune éditeur ambitieux et qui ne partage pas le credo de la bien-pensance.

moliner.jpg

Christian de Moliner

Christian de Moliner, La croisade d’un mal-pensant, Pierre-Guillaume de Roux, 2021