Simone Veil de retour au Parlement Européen de Strasbourg (Opinion internationale)

Simone Veil de retour au Parlement Européen de Strasbourg

Facebook – Editions Hervé Chopin

Le Parlement européen de Strasbourg a désormais un buste de Simone Veil. La Présidente de l’institution européenne, Roberta Metsola, et Jean Louis de Valmigère, président de la Fondation de Strasbourg, à l’initiative de ce buste, ont inauguré mardi 5 juillet 2022 l’œuvre en présence de nombreuses personnalités dont Pierre-François Veil, un des fils de Madame Veil, Jean-Louis Debré, l’artiste Sissy Piana.

Co-auteur de l’ouvrage « La Merveilleuse Histoire de Simone Veil » paru en mai dernier aux Éditions Hervé Chopin, Jean Louis de Valmigère nous confie : « d’autres bustes de Simone Veil seront inaugurés dans des lieu qui ont marqué la vie de Simone Veil, Nice, Birkenau, l’Assemblée nationale, le Panthéon. »

Et Jean-Louis Debré, qui honorait l’Alsace, son berceau familial, de sa présence, de conclure : « Quand on regarde son parcours, Simone Veil a connu des périodes tragiques mais jamais elle n’a renoncé ». Une leçon pour tous les sceptiques et les déclinistes !

Daniel Aaron et Michel Taube

i24news consacre un reportage aux bustes de Simone Veil

Inauguration du premier buste de Simone Veil au Parlement européen

Michaël Assous

06 juillet 2022 à 15:45dernière modification 06 juillet 2022 à 16:464 min

Alon Hermet / i24NEWSLe premier buste de Simone Veil, disparue en 2017, a été inauguré mardi au Parlement européen le 5 juillet 2022

« Cinq ans après sa disparition, Simone Veil inspire toujours le respect et l’admiration »

Le premier buste de Simone Veil, disparue en 2017, a été inauguré mardi au Parlement européen,  plusieurs mois après un appel aux dons lancé par la Maison de l’Alsace à Paris dans l’objectif de financer huit bustes en bronze de la femme d’Etat.

« Nous voulions continuer dans le symbole et avons ainsi trouvé celle qui représente le mieux l’Europe », avait affirmé Jean-Louis de Valmigère, président de la Fondation pour Strasbourg.

« Les bustes ont été réalisés par la sculptrice Sissy Piana, le premier a été dévoilé mardi au Parlement européen dont Simone Veil a été la première femme présidente de 1979 à 1982 », a déclaré Alon Hermet, historien de l’art et guide fondateur de Cultures J à i24NEWS qui a assisté à l’inauguration.

« Les sept autres bustes vont êtres installés dans des lieux symboliques qui ont ponctué la vie de Simone Veil tels que Strasbourg, l’Académie française, l’Assemblée nationale, le Panthéon, le mémorial de la Shoah, la ville de Nice également d’où elle est originaire, et normalement le dernier devrait trouver place au camp de concentration de Birkenau où elle était détenue en 1944 », a-t-il précisé.

Alon Hermet / i24NEWSLe premier buste de Simone Veil dévoilé mardi au Parlement européen le 5 juillet 2022

L’inauguration s’est déroulée en présence de Roberta Metsola, Présidente du Parlement européen, l’artiste Sissy Piana, Jean-Louis de Valmigère, Président de la Fondation pour Strasbourg, M. Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil Constitutionnel et de Pierre-François Veil, l’un des fils de Simone et Antoine Veil.

« L’émotion était palpable lors de cette cérémonie officielle, notamment lorsque Jean-Louis Debré a pris la parole, ou par Pierre-François qui parle toujours de sa mère avec énormément de tendresse. Il y avait beaucoup de monde dont des parlementaires, des politiques, et beaucoup de journalistes », a affirmé M. Hermet.

« On voit bien que, 5 ans après sa disparition, Simone Veil inspire toujours le respect et l’admiration. Et c’est particulièrement important aujourd’hui de ne pas oublier les causes pour lesquelles elle s’est battue toute sa vie, que ce soit la réconciliation de l’Europe, la mémoire de la Shoah mais aussi le droit des femmes », a poursuivi le professionnel de la culture.

Tant par son parcours que par ses combats, Simone Veil garde une place privilégiée dans le cœur des Français et même à l’international.

Alon Hermet présente depuis juin dernier une visite guidée donnée dans le centre de Paris autour de la vie de Simone Veil, qui a été créée dans le cadre du festival des cultures juives qui vient de s’achever il y a quelques jours.

« C’est surprenant de voir combien les visiteurs répondent à l’appel, c’est vraiment très intéressant et ça fait plaisir de voir qu’elle peut rassembler autant de monde. De nombreux jeunes parmi les participants et même des étrangers témoignent qu’elle n’est pas seulement une personnalité française mais aussi européenne et internationale », a-t-il souligné.

 

Maya Nahum consacre sur Radio J une émission à « La merveilleuse histoire de Simone Veil »

L’étoile et le jasmin

L’Etoile et le Jasmin est une émission littéraire crée par André Nahum qui, depuis 25 ans donne, en liberté, la parole aux écrivains et à tous les artistes qui posent un regard sur le monde à travers leurs œuvres.

Réécoutez l’émission consacrée au livre de Jean-Louis de Valmigère sur Simone Veil ici : https://www.radioj.fr/timetable/event/letoile-et-le-jasmin/

Maya Nahum

Maya Nahum, diplômée d’histoire et de lettres. Auteure, chroniqueuse et scénariste elle a travaillé pour plusieurs médias ( Libé, radio France , a présent Causeur). Elle a enseigné l’écriture pendant 15 ans.
Elle présente un jeudi sur deux à 10h35, l’émission « L’étoile et le jasmin » au micro de Lise Gutmann.

Lise Gutmann

Aprés des études avancées d’anglais et de yiddish elle a aujourd’hui une double carrière: journaliste et professeur de Yiddish.

Lauréate de deux prix du yiddish pour son action en faveur de la langue et de la culture, les prix Cukierman et Korman, elle anime le 10/11h de Radio J du lundi au vendredi.

« Simone survit dans la mémoire comme exemple humaniste et comme femme exemplaire »

Valmigère et Wernert, La merveilleuse histoire de Simone Veil

Simone Veil a eu une vie étonnante, ballottée par les lames de fond du XXe siècle desquelles elle a su émerger puis savoir y nager. Son histoire n’est en rien « merveilleuse » – ce qui ne se dit que des choses – mais admirable. Elle s’insère dans une collection d’« histoires merveilleuses » déclinées sur l’Europe, le Parlement européen, Strasbourg… Jean-Louis de Valmigère est président de la Fondation pour Strasbourg, ce qui explique qu’il fait livre de tout ce qui concerne sa ville. Simone Veil fut présidente du Parlement européen à sa création avant d’être des années députée européenne.

Son existence fut celle d’une femme, juive française née Jacob, emportée dans les bouleversements du nazisme, la défaite, l’Occupation, l’arrestation, la déportation, avant d’entrer en résilience d’abord grâce à sa mère et ses sœurs, au scoutisme laïc, puis après-guerre avec son mari Antoine Veil devenu énarque, elle-même faisant trois enfants et des études de magistrate. Elle avait passé les épreuve du bac à 16 ans juste avant d’être déportée. Dès lors, sa carrière au service de l’État s’envole, malgré le machisme dominant.

Elle s’occupe des prisons, de la réinsertion des mineurs délinquants que le film de François Truffaut Les 400 coups met en lumière, devient secrétaire du Conseil supérieur de la magistrature, puis entre au cabinet de René Pléven avant de devenir ministre de la Santé sous Giscard dans le gouvernement Chirac. Après le « manifeste des 343 salopes » (ainsi surnommées par Charlie hebdo), elle présente durant trois jours éprouvants à l’Assemblée le projet sur l’IVG qui légalise l’avortement, alors qu’au moins 300 000 femmes chaque année y ont recours clandestinement, à l’étranger pour les plus riches, dans les arrières-cuisines des avorteuses pour les autres. Les insultes nazies et antisémites sont légion, marquant combien la droite classique reste bête et égoïstement ancrée dans ses préjugés bourgeois catholiques xénophobes. Mais elle tient tête et l’emporte avec la raison, en femme héritière des Lumières. L’avortement restera pour elle (et pour toute femme) « toujours un drame », mais le « désordre » engendré par les avortements clandestins à hauts risques est une plaie sociale qu’il vaut mieux éradiquer, à l’exemple des pays voisins.

Sur la demande de Valéry Giscard d’Estaing, Simone Veil conduit la liste UDF aux européennes qui l’emporte sur le RPR de Jacques Chirac (qui ne croit pas à l’Europe mais reste souverainiste). Dans la foulée elle est élue en 1979 première femme présidente du Parlement européen. Elle ne se représentera pas, faute du soutien des députés RPR qui ont la rancune tradi tenace mais restera députée européenne jusqu’en 1993. Elle sera nommée ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville par Édouard Balladur en 1993.

De 1998 à 2007, elle est membre du Conseil constitutionnel. Elle est élue en 2008 à l’Académie française après avoir écrit son autobiographie, Une vie, et entre au Panthéon en 2018, couronnement de son ascension. Désormais merveille du monde, selon ce petit livre illustré de quelques images et de témoignages, pas trop mal écrit malgré quelque jargon techno et phrases à la mode, Simone survit dans la mémoire comme exemple humaniste et comme femme exemplaire.

Jean-Louis de Valmigère et Eva Wernert, La merveilleuse histoire de Simone Veil, 2022, Hervé Chopin éditions, 127 pages, €14,50 e-book Kindle €9,99

Attachée de presse BALUSTRADE : Guilaine Depis, 06 84 36 31 85 guilaine_depis@yahoo.com

Actualitté annonce les 8 bustes de Simone Veil

Huit bustes et un nouvel ouvrage pour rendre hommage à Simone Veil

Mi-mai sortira le livre La Merveilleuse histoire de Simone Veil aux éditions Hervé Chopin (le 12 mai, précisément). La Fondation pour Strasbourg en profite pour commander 8 bustes de bronze de Simone Veil à la sculptrice Sissy Piana. L’ouvrage sera lancé en avant-première le 6 mai à la librairie Kléber de Strasbourg.

Comment rendre hommage à Simone Veil autant qu’à l’exemplarité de son engagement pour les démocraties européennes ? La fondation pour Strasbourg, œuvrant elle-même à promouvoir l’humanisme européen, y répond en offrant huit bustes de Simone Veil, placés dans les lieux-clés de son histoire.

Grâce à l’Association, Strasbourg à venir, en charge de la réalisation, la fondation est en mesure de financer les sculptures de bronze que produira l’artiste Sissy Piana. Immense et fabuleuse témoin du 20e siècle, dont l’œuvre aura une influence durable sur les femmes et sur l’Europe, Simone Veil n’en méritait certainement pas moins.

Ces 8 bustes de bronze seront offerts à la Ville de Strasbourg, au Parlement européen, à l’Assemblée nationale, à l’Académie française, au Panthéon, au Mémorial de la Shoah et à la Ville de Nice. Enfin, si les accords définitifs aboutissent, le huitième et dernier buste sera érigé à Birkenau en face du bâtiment où Simone Veil a été détenue.

La confection de ces sculptures accompagnera la sortie au mois de mai du livre La merveilleuse histoire de Simone Veil par Jean-Louis de Valmigère et Éva Wernert. Jean-Louis Debré, Leïla Slimani et Jean Veil ont également contribué à l’ouvrage. La première sculpture sera inaugurée le 4 juillet prochain, par la présidente du Parlement européen.

« Simone Veil aura été une magistrate militante et pionnière, une ministre de la Santé qui marquera la vie de toutes les femmes, une Présidente européenne modèle, la créatrice et Présidente du Mémorial de la Shoah, une membre du Conseil constitutionnel sage et avisée, enfin une Académicienne sourcilleuse de la langue française et des valeurs qu’elle véhicule » déclare la fondation dans un communiqué. 

« Je sculpte les gens que j’aime. Morts ou vivants. Ca n’a pas d’importance à mes yeux », expliquait Sissy Piana. Qui s’est amusée à reproduire Mike Jagger, Patty Smith, David Bowie ou la Callas et Hitchcock. « Ce qui me rend heureuse ce n’est pas la matière, c’est le rapport aux formes, c’est percevoir, plus je me rapproche de la ressemblance, plus j’espère trouver ce que les gens n’identifient pas forcément. La sculpture fige mais rend vivant. C’est tout son paradoxe. »