« Tintamarre » le premier roman de Laurent Benarrous couvert d’éloges dans Le Contemporain

« Tintamarre » : L’avocat des policiers se confie dans un roman « phénixologique »

■ Laurent Benarrous
 

Par Yves-Alexandre Julien – Journaliste Culturel 

Laurent Benarrous, avocat de renom, se dévoile dans Tintamarre, un récit biographique où l’origine juive et la quête d’identité sont des sujets importants . De ses souvenirs d’enfance dans un HLM de Villejuif à ses réflexions d’adulte sur des figures politiques telles que Mitterrand, Benarrous nous offre un regard lucide et émouvant sur la vie, la société et l’actualité.

I. La quête d’identité et de résilience

Dans Tintamarre, Laurent Benarrous nous entraîne dans un voyage introspectif à travers les méandres de sa propre existence. Le récit, écrit avec une simplicité désarmante et une profondeur touchante, se présente comme une quête d’identité, marquée par ses origines et son parcours atypique. Chaque chapitre est une escale pleine d’humour , une note dans une symphonie de souvenirs et d’émotions qui composent sa vie.

L’auteur explore la complexité de son héritage culturel et religieux, et comment celui-ci a façonné son identité tel un expert en phénixologie (Néologisme forgé par Salvador Dalí (1924-1989) et repris par Jean Cocteau (1889-1963), pour décrire sa poétique). Les récits comme « Je ne veux plus être juif » et « La solidarité juive » montrent les dilemmes internes et les tensions vécues par l’auteur. À travers ces pages, il ne cherche pas à édulcorer la réalité mais à la confronter avec honnêteté, soulignant la résilience nécessaire pour naviguer dans une société multiculturelle et pleine de contrastes.

II. Une enfance entre rires et larmes

Les premières années de Laurent, décrites avec une poésie du quotidien, rappellent inévitablement « L’Attrape-cœur » de J.D. Salinger. Comme Holden Caulfield, le jeune Laurent est un observateur lucide, souvent désenchanté mais toujours sensible aux beautés et aux absurdités de la vie. Les chapitres tels que « Mamie Esther est revenue » et « Le grand pardon » révèlent des moments de tendre nostalgie et de douleurs poignantes, tandis que des scènes plus légères offrent des éclats de rire salvateurs.

Les comparaisons avec Salinger ne s’arrêtent pas à la tonalité. Il y a dans les deux œuvres une irrévérence et un cynisme qui masquent une profonde quête de sens et de connexion humaine. Benarrous, tout comme Salinger, utilise la voix d’un enfant pour dévoiler les vérités souvent cachées derrière les conventions sociales.

III. Figures politiques et le regard d’un enfant

Le regard que porte Benarrous sur des figures politiques telles que Gandhi même s’il ne s’agit que d’un titre le Gandhi de Benarrous est un diseur de bonne aventure et son regard sur Mitterrand est particulièrement intéressant. Ces chapitres, « Gandhi » et « Mitterrand le sauveur », offrent une perspective unique, celle d’un enfant puis d’un jeune adulte tentant de comprendre les grandes figures de son temps. À travers ses yeux, nous redécouvrons la vision que pouvait avoir les gens de ces années là sur Mitterand sous un jour nouveau, imprégné d’une naïveté initiale qui se mue en une compréhension plus complexe et nuancée avec le temps.

Gandhi, sous les traits d’un voyant tandis que Mitterrand incarne les espoirs et les désillusions politiques d’une génération fêtant au champagne sa victoire aux élections de 1981. Le regard de l’auteur, teinté de lucidité et d’une certaine admiration critique, nous invite à reconsidérer ces figures sous un angle plus humain et personnel.

IV. L’avocat et l’écrivain : une double vie

Laurent Benarrous n’est pas seulement un écrivain talentueux, il est également un avocat de renom, défenseur du syndicat Alliance, le syndicat des policiers. Cette dualité entre ses responsabilités professionnelles et sa passion pour l’écriture donne à Tintamarre une dimension supplémentaire. Dans les salles d’audience, Benarrous est habitué à renifler et à sous-peser l’âme humaine, une compétence qu’il applique avec brio dans l’exploration de sa propre vie.

L’écriture de ce premier roman biographique peut être vue comme une confession d’un enfant du siècle, une tentative de capturer et de comprendre les tumultes d’une époque à travers le prisme de sa propre expérience. En cela, il rejoint les rangs d’autres auteurs qui, tout en occupant des fonctions importantes, ont trouvé dans l’écriture un moyen d’exprimer des vérités personnelles et sociétales profondes.

V. Écrire en dépit des responsabilités

D’autres figures notables ont suivi un chemin similaire, utilisant leur position d’influence pour enrichir leur écriture. Par exemple, Albert Camus, tout en étant journaliste et engagé politiquement, a su capter l’essence de la condition humaine dans ses romans et essais. Winston Churchill, en dépit de ses lourdes responsabilités politiques, a également trouvé le temps d’écrire et de remporter le prix Nobel de littérature. Ces auteurs montrent que l’écriture, loin d’être une échappatoire, peut être un complément essentiel à une carrière riche et chargée, offrant un espace de réflexion et de créativité qui enrichit à la fois l’auteur et le lecteur.

Pour Laurent Benarrous , Tintamarre est plus qu’un livre ; c’est une affirmation de son humanité, une preuve que derrière l’avocat médiatisé se cache un homme sensible, capable de traduire les complexités de la vie en mots. Cette publication est un « miracle », comme il le dit lui-même, une chance de partager une partie intime de sa vie avec le monde.

VI. Un récit poétique entre Jacques Prévert et Renaud

Tintamarre se distingue par son style littéraire unique, un mélange envoûtant de poésie et de réalisme brut. Cette fusion rappelle fortement les œuvres de Jacques Prévert et du chanteur Renaud, deux figures emblématiques de la culture française qui ont su capturer l’essence de la vie quotidienne avec une sensibilité inégalée.

Comme Prévert, Benarrous utilise un langage simple et direct pour évoquer des scènes de la vie de tous les jours. Les titres de ses récits, tels que « La propreté » ou « Mamie Esther est revenue », évoquent immédiatement les poèmes de Prévert, où chaque mot est choisi avec soin pour sa résonance émotionnelle. L’auteur parvient à peindre des tableaux vivants de son enfance et de son adolescence, où chaque détail, même le plus anodin, trouve sa place dans une mosaïque poétique. La description de moments intimes et familiaux pas toujours tendres avec un père impitoyable comme dans « la propreté », les interactions avec les voisins ou les réflexions solitaires sous les étoiles, rappellent cette même capacité de Prévert à transformer le banal en extraordinaire.

En parallèle, la comparaison avec Renaud se fait sentir à travers la voix narrative de Benarrous, imprégnée d’une irrévérence douce et d’un regard critique sur la société. À l’instar de Renaud, dont les chansons comme « Morgane de toi » ou « Mistral gagnant » capturent la mélancolie et la joie de la vie urbaine, Benarrous écrit avec une sincérité désarmante sur ses luttes personnelles et ses triomphes. Les scènes cocasses et les réflexions désenchantées sur le monde adulte, tout en restant profondément humaines et accessibles, rappellent la verve et la gouaille du chanteur.

Les récits de Benarrous, tels que « Le grand pardon » ou « Le renoncement », résonnent comme des ballades poétiques, où chaque mot est chargé de sens et d’émotion. Ce mélange de poésie prévertienne et de réalisme renaudien offre au lecteur une expérience immersive et profondément touchante, où le rire et les larmes se mêlent harmonieusement.

Ainsi, Tintamarre s’érige comme une œuvre littéraire singulière, qui puise dans les riches traditions poétiques et musicales françaises pour créer un récit à la fois intime et universel. En mêlant les influences de Prévert et de Renaud, Laurent Benarrous nous offre une symphonie littéraire où chaque note, chaque mot, parle à l’authenticité et la beauté de la vie elle-même.

VII. Une œuvre vibrante d’humanité

Tintamarre n’est pas seulement une autobiographie ; c’est une expérience littéraire , un miroir dans lequel beaucoup peuvent se retrouver. La diversité des récits, des titres évocateurs comme « La propreté », « Le renoncement », pour ne citer qu’eux forme un kaléidoscope de la vie humaine, avec ses hauts et ses bas, ses joies et ses peines. Bertrand Latour, qui a été comptable, manutentionnaire, visiteur médical, agent immobilier et… chauffeur de limousine pour un palace parisien et qui est l’auteur d’un recueil de nouvelles Comme un beau grand slow collé (Denoël, 2004) et d’un roman Les Yeux plus gros que l’Amérique (Flammarion, 2007) signe la préface de Tintamarre en y soulignant la rareté et la beauté de cette œuvre, une merveille d’humanité qui reste longtemps avec le lecteur.

Ce livre, utile à lire de 7 à 77 ans, est une invitation à voir le monde à travers les yeux d’un enfant, à redécouvrir la simplicité et la profondeur de l’existence. Laurent Benarrous , avocat, écrivain et rêveur, nous offre avec Tintamarre un fragment vibrant de sa vie, comme une composition musicale où chaque note est une exploration de l’âme humaine.

Tintamarre est une œuvre magistrale qui allie l’expertise d’un grand avocat à la sensibilité d’un écrivain. C’est un livre qui frappe avec l’expérience de chacun dans la diversité, un hymne à la résilience et à la beauté de la vie dans toute sa complexité. Laurent Benarrous nous rappelle que, malgré les responsabilités et les défis, il est toujours possible de trouver un espace pour les rêves et l’expression personnelle. En mêlant ses compétences professionnelles avec son talent littéraire, Benarrous crée une œuvre d’une richesse inestimable pour notre époque, offrant une perspective unique et profondément humaine sur les défis et les triomphes de la vie moderne. Tintamarre est plus qu’un roman : c’est une confession poétique, et un hommage vibrant à la force de l’esprit humain à la portée de quiconque comme un mantra pour aller vers l’exaucement .

« La cuisine des âmes nues » de l’écrivain Yezza Mehira en entretien dans Entreprendre

Cuisine et littérature

La littérature et les plaisirs de la bouche. L’occasion de revenir sur la littérature, l’identité et les nourritures terrestres avec Yezza Mehira qui propose un recueil de nouvelles très original. Rencontre.

Entreprendre – Cuisine et littérature

Vous mariez parfaitement dans un premier recueil de nouvelles La cuisine des âmes nues, la littérature et les plaisirs de la bouche. Est-ce parce que l’une nourrit l’âme, et les autres le corps ? Pensez-vous que l’on ne peut dissocier les nourritures célestes, celles de l’esprit, des nourritures terrestres, celles de notre vie matérielle ? Pourquoi ?

Si l’étymologie de recette (recepta) nous rappelle qu’il s’agit de ce que l’on reçoit, j’ai voulu dans ce livre accueillir toutes les dimensions du repas, qui, comme l’ostie, nourrit le corps et l’âme.

Lors d’un repas, nous communions avec celui ou celle qui l’a préparé ainsi que ceux qui partagent cet instant à la même table. Au-delà de la cuisine, le repas pris ensemble, fait appel aux deux dimensions aussi bien terrestre que spirituelle.

La cuisine est aussi une expérience hybride. Une hybridité d’abord d’un point de vue sémantique, avec ce mot de “cuisine” qui se rapporte aussi bien au lieu, l’espace de la cuisine, qu’à ce qui en sort, les plats. Ainsi la pièce et les mets ne se distinguent plus et je laisse le mélange des signifiants se faire, jouant volontairement sur une certaine ambiguïté portée dans le titre La Cuisine des âmes nues, mais aussi dans le format du livre.

Moi je joue, comme dirait la chanson. Et quoi de mieux que la fluidité des genres pour jouer. Du titre, nous passons au contenu du livre, qui est à la fois un recueil de recettes et un recueil de nouvelles. Deux besoins, l’un du ventre et l’autre de l’esprit que j’ai voulu mélanger dans un livre qui se mange aussi bien qu’il se lit, donnant au lecteur deux aspects des personnages, leurs plats et leurs histoires intimes.

J’ai écrit ce livre en imaginant qu’il pouvait aussi se narrer, à la manière des veillées de contes, où le plat une fois servi à table, se dégusterait en écoutant le récit de la femme qui a transmis sa recette.

Les recettes de ce livre, le plus souvent, sont simples et ne veulent pas rivaliser avec celles de grands maîtres. Il s’agit de recettes du quotidien, de celles que les femmes qui ont les mêmes contraintes de temps ou de budget que vous et moi, font pour nourrir les leurs.

Les histoires, elles, sont avant tout féminines. J’ai essayé de parler de tous les sujets mais surtout de ceux qui concernent les femmes. L’amour, beaucoup d’amour, de la passion, de la dépression, du plaisir, de la violence ou encore des injonctions à être mère. Des thèmes dans lesquels viennent s’inscrire les histoires si particulières de ces 13 femmes et leurs manières bien à elles d’y faire face.

Dans votre titre, on retrouve cette idée des « âmes nues ». Quelles sont-elles ces âmes ? Est-ce que la cuisine, pour vous, c’est comme la littérature, un lieu où l’on ne peut réussir que lorsqu’on se montre dans sa plus parfaite nudité, donc sans masques ?

Le point de départ de ce livre est un voyage en Méditerranée effectué il y a une quinzaine d’années à un moment de mon existence où j’avais besoin de me recentrer et trouver un sens à une vie qui commençait à m’échapper. Crise existentielle ? Peut-être.

Je vivais à l’époque encore à Paris, où j’ai grandi, je venais de divorcer et suis passée directement à autre chose, c’est à dire qu’en refusant de vivre ce divorce comme un échec je me perdais dans le besoin de jouir de la vie.

Je me suis mise à faire beaucoup la fête, à sortir tous les soirs, à goûter au vertige des nuits mondaines tout en me gardant de toucher à la drogue ayant vu trop de camés dans mon enfance à la Goutte d’or pour ignorer les immondes ravages de la drogue et de l’addiction.

Je brûlais la chandelle par les deux bouts jusqu’au jour où plus rien n’avait de sens. La dépression arrivait et s’installait sans crier gare. Je passais mes journées à contempler le vide immense de ma vie.  Puis un jour, dans une sorte d’élan de survie, je décidais de tout quitter et partir.

Direction la Tunisie où mes grands-parents m’accueillirent avec joie. Je débarquais à Zarzis au printemps, une saison que je ne connaissais pas. Je me réjouissais de retrouver mes sens. Sentir l’odeur de l’eau de fleur d’oranger qui se vendait à tous les coins de rue, regarder le vert des feuilles qui bientôt seraient jaunies par le soleil d’été, peler les premières nèfles et croquer dans leur chair juteuse et délicate, écouter le bruit des vagues et des oiseaux. J’appelais cela encore du “bruit” et ce voyage me fera prendre conscience qu’il s’agissait du ressac des vagues et du chant des oiseaux.

Mon temps pour moi-même était arrivé, et avec lui, un vrai besoin de déconnection du monde parisien tel que je le connaissais et où le cercle social et le réseau fait l’homme (ou la femme). Je ne voulais plus de ces conversations de convenance, et je ne voulais plus connaître quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaissait quelqu’un.

Je me décidais alors à poursuivre ce voyage, prenant le hasard comme compagnon, je m’en allais à la rencontre de femmes inconnues. Dans la cuisine de ma grand-mère, les femmes étaient toujours de passage, s’échangeant quelques mots, qu’une oreille non avertie appellerait des soupirs ou des chuchotements. Insinuations furtives, reproches sous forme de taquinerie, échange de savoir-faire, lenteur du temps. La cuisine de ma grand-mère m’inspirait par ce qui s’y disait et par ce qui s’y mangeait.

La nouvelle Les Matriarches, en lien avec cette première étape tunisienne, décrit une journée type à Zarzis, à la manière d’une ethnographe.

Je tenais mon idée de voyage, et me voilà donc partie à la rencontre de femmes, sur les marchés de la Méditerranée, offrant pâtisseries contre leçon de cuisine.

Entrer dans l’intimité du foyer de ces femmes m’a fait accéder à leur monde, à leur histoire et à leur sincérité. Dans cet échange les âmes ne pouvaient qu’être dénudée, d’où ces âmes nues dans La Cuisine des âmes nues.

Votre livre me fait penser à un court récit, d’un écrivain que j’ai autrefois connu, puisqu’elle était ma prof de lettres, Maryline Desbiolles, La Seiche, que la narratrice se livre à une rêverie nourrit de souvenirs durant qu’elle prépare ce met, et qu’elle le cuisine, mêlant l’art de la cuisine et l’art d’écrire, la seiche produisant l’encre de l’écriture. Votre livre m’a rappelé ce roman en ceci que vous livrez des recettes de cuisine puis revenez sur les souvenirs qu’elles vous ont laissés lorsque vous les avez dégustées pour la première fois. On est surpris de voir que votre cuisine mélange des plats méditerranéens, français, italiens… Toutefois les saveurs du sud semblent l’emporter dans votre cœur. On a le sentiment en vous lisant que vous mettez la cuisine et la littérature sur le même plan. Pourquoi ? Cela me fait également penser au roman de l’excellente Amélie Nothomb, Les combustibles, qui se demande à juste raison, si elle serait capable de brûler des livres pour se réchauffer lors d’un froid glacial ? Seraient-ils les seuls combustibles ? Quant à vous, hiérarchisez-vous ce qui est primordial dans votre échelle de volupté : la nourriture ou la littérature ?

Merci pour la référence à Maryline Desbiolles. Je m’empresse de commander La Seiche !

Je me souviens très bien du dilemme des Combustibles. Au cours de ma vie parfois instable, ma plus grande tristesse fut de laisser mes livres derrière moi, par manque d’un espace où les conserver. Mauvais souvenirs car mes livres sont une part de mon intimité. Avoir eu à les laisser derrière moi équivalait à me dépouiller.

Le voyage que j’ai entrepris en Méditerranée fut aussi un dépouillement mais plutôt culturel celui-là. Ayant atterri d’abord en Tunisie, la logistique de mon voyage m’a fait continuer sur les côtes de la rive sud, et mon tunisien basique m’a permis de facilement échanger avec les personnes de ces pays arabes. Lybie, Égypte, Syrie, Liban. Nous étions avant les guerres et les révolutions, les mêmes senteurs m’accompagnaient dans chacun des pays visités, l’odeur du jasmin, de la menthe sauvage, des roses qui se pavanaient aux façades des maisons blanches et partout la même nonchalance faisait onduler les foules des souks.

 Quelques fois, une poignée de femmes acceptait de me parler. Il s’agissait de conversations debout, dites bel ouagfè, pendant lesquelles mes interlocutrices, intriguées mais pas disposées à m’accueillir chez elles, me donnaient des conseils et me garantissaient un meilleur tour de main pour un plat qui ravirait tous les palais de ma maisonnée et garder mon homme.

J’ai fait littérature de ces conversations.

Dans le livre de cuisine, Tante Lise, 147 manières d’accommoder les pâtes alimentaire” (1930) on peut y lire que d’après les physiologistes “la fidélité masculine est intimement liée à la bonne cuisine”. Aujourd’hui, je me réjouis que l’époque ait évoluée et que les femmes aient abattu les cloisons de leur cuisine, pour y entrer et en sortir à leur guise! Toutefois, ces guides d’un autre temps mettaient déjà en avant l’idée que la cuisine puisse servir à créer un lien intime avec l’être cher.

Dans la nouvelle La plus belle femme du Monde, Monia révèle que “Le secret, c’est qu’une femme peut matérialiser l’amour dans un plat. Cet ingrédient-là, il est unique.”

Dans une autre nouvelle L’amie intime, l’héroïne propose des amuse-bouches destinés à être servis lors de jeux érotiques et suggère au sujet de son amuse-bouche n°2: “Servez et glissez une coquine allusion à votre poitrine aussi souple et douce que votre amuse-bouche.”

Pour moi, la cuisine et la volupté sont liés. Les aventureux de la Saint-Valentin savent que certains ingrédients se veulent plus aphrodisiaques que d’autres. Parmi les plus connus : le duo champagne et fraises, le plateau d’huîtres ou encore le combo piment-gingembre. La cuisine est un appel au plaisir de la bouche et des sens. La bouche, qui mange et qui dit des mots.

Avoir faim de quelqu’un, le croquer, le dévorer des yeux, le passer à la casserole, le lécher ou boire ses paroles, que d’évocations voluptueuse où le goût de l’autre et les mots se mélangent ! Comment ne pas avoir ensuite envie de brouiller les frontières entre la cuisine, la littérature et la volupté ?

Aujourd’hui, le domaine de la haute gastronomie a évolué. Jadis, la cuisine était réservée aux femmes lorsque c’était du domaine des besoins, donc mercenaire, pour reprendre un terme kantien, aux hommes lorsque c’était du domaine de l’art, donc libéral. Beaucoup de grands chefs hommes ont permis de considérer la cuisine comme une affaire d’héritage et de transmission et comme un art à part entière. Les femmes prennent aujourd’hui le relais, avec l’apparition de grandes cheffes. Ce qui est très bien. Qu’est-ce qui change, selon vous, lorsque les femmes mettent la main à la patte, et ne sont plus cantonnées au domaine de la cuisine pour les besoins vitaux, mais ouvrent leurs perspectives à la cuisine comme un art, non plus servile mais libéral et désintéressé ?

En effet, les différentes époques, depuis l’antiquité, semblent avoir cantonné la femme à la cuisine des familles et les hommes à la cuisine des grands établissements de type palais ou grandes institutions puis plus tard, à celle des restaurants que les cuisiniers de France ont commencé à ouvrir après avoir perdu leurs patrons à la suite de la Révolution Française.

Les écrits qui nous parviennent aujourd’hui semblent promouvoir les recettes de grands cuisiniers tels que Taillevent, Maestro Martino ou Maitre Chiquart, ainsi que des manuels de bonne tenue d’une maison bourgeoise à destination des femmes, à qui il est demande de savoir ordonner plutôt que de cuisiner. Le plus connu est Le Ménagier de Paris écrit par un bourgeois du Moyen Âge pour sa femme, et qui sert de traité domestique et se termine par une compilation de recettes de cuisine.

Ce n’est qu’au XVIIIème siècle, que des livres de cuisine écrits par des femmes commencent à être publiés, tels que La Cuisinière Bourgeoise de Menon, la Compleat Housewife d’Eliza Smith, La cuisine républicaine de Catherine Mérigot, ou encore The Art of Cookery made plain and easy d’Hannah Glasse, livre le plus vendu en Grande-Bretagne au 18ème siècle.

La parution de ses livres m’interroge plus sur la publication des écrits de femmes que sur le rôle réel des femmes dans la cuisine. La visibilité intellectuelle était encore très majoritairement masculine à cette époque. Sur quoi les femmes étaient-elles autorisées d’écrire ? Quel marché littéraire leur étaient ouverts ? Étaient-elles restreintes à certains sujets ? Je ne me suis pas encore penchée sur la question, mais j’ai hâte de le faire !

Le 19ème et 20ème siècle voient la parution d’autres ouvrages qui lorsqu’ils sont féminins compilent des recettes simples pour une cuisine bourgeoise, et lorsqu’ils sont masculins, sont le fruit de grand chefs tels que Jules Gouffé ou Auguste Escoffier. Aux femmes les ingrédients simples, aux hommes la technique et les ingrédients nobles !

Laissons de coté les écrits et parlons de management. Gérer une cuisine c’est aussi et surtout gérer des équipes et un business. Et pour tenir un restaurant en tant que femme, encore faut-il y être acceptée.

L’accès des femmes à la cuisine des restaurants fut très lent. La Mère Guy, première “mère” lyonnaise” s’installe aux fourneaux de sa guinguette A La Mulatiere en 1759. Suivront plus tard d’autres auberges et petits restaurants de campagne commençant à faire place belle aux femmes puisqu’elles y sont acceptées en tant que clientes mais aussi en tant qu’employées.

Les cuisines des restaurants gastronomiques, elles, restent le domaine des hommes chefs. Ces restaurants avaient avant tout une fonction de représentation sociale et de networking pour des hommes appartenant aux élites, généralement cooptés et qui s’y retrouvaient pour leurs affaires, comme le décrit très bien Le Journal des Goncourt.

Dans ces restaurants, les femmes de bonne société n’étaient acceptées qu’à l’heure du thé ou en terrasse. Les femmes du soir, elles, étaient les maîtresses ou les “soupeuses” autrement dit, des prostituées de luxe.

Il faudra attendre la fin du XIXème siècle et le développement du train pour enfin voir du changement. Le train accélère en effet le développement du tourisme, amenant tous les voyageurs, sans distinction de genre, aux bonnes tables à travers la France, suivant les recommandations des premiers guides gastronomiques, ancêtres du Michelin. Avec le trio tourisme, guides gastronomiques et clients, la restauration acquiert une nouvelle dynamique. Et les femmes entrent ainsi dans les bons restaurants pour y manger ou y travailler. Les portes de la cuisine s’ouvrent alors pour elles.

Les cuisinières les plus connues sont les mères lyonnaises, telle que la Mère Thérèse ou de la triple étoilée Mère Brazier qui forma l’illustre Paul Bocuse. Il est intéressant de noter que, bien que célèbre en son temps, Eugenie Brazier n’a jamais été interviewée de son vivant.

Au 21ème siècle, les femmes en cuisine ne sont plus invisibles, elles se forment dans les écoles de cuisine où la parité parmi les élèves y est quasi parfaite : jeunes hommes et jeunes femmes apprennent le métier. Dans leur art de cuisiner, rien ne change, que les chefs soient chefs ou cheffes, la cuisine repose sur une bonne exécution, une bonne coordination des équipes, un bon économat, c’est à dire une utilisation optimisée des aliments. Lorsqu’il s’agit des grandes tables, la cuisine devient art, et cet art ne me semble pas dépendre du genre de la personne qui cuisine.

 Toutefois, on peut se demander pourquoi en 2024, seules 6 femmes en France sont étoilées ? Et aussi pourquoi, les cuisines de restaurants sont majoritairement masculines puisque selon les statistiques de 2023, seulement 17% du personnel de cuisine est féminin ?

Je n’ai pas de réponses claires à ces questions car beaucoup de facteurs entrent en jeu tels que les salaires bas, les horaires tardifs mais aussi quelque fois l’ambiance. Dans son roman Chef, Gautier Batistella évoque une scène où une jeune femme prometteuse quitte son poste à la suite d’attouchements et d’humiliations infligés par ses collègues masculins. Si tel est le cas et si de tels comportements sont tolérés dans ce milieu, on ne peut, en tant que femmes et hommes de goût, qu’appeler à Un MeToo Cuisine…

Yezza Mehira, si vous me permettez, cela ne sonne pas français, pourtant vous êtes française, et parfaitement intégrée en France. Vous êtes même un modèle d’intégration. Or, si l’on regarde bien, nous sommes nombreux comme cela. Moi-même, si l’on prend mon nom de famille, mes origines sont d’ailleurs, et je suis même né sur un territoire étranger. Si l’on creuse un peu nos racines, nous découvrons alors, que nous sommes bariolés, « métèques », et que nous recouvrons un manteau d’arlequin, j’aime beaucoup cette formule que je dois à Michel Serre, nourri de cultures différentes, de langues, d’héritages, et d’histoires multiples et complexes. C’est à la fois la même richesse que la ou les littératures de par le monde, et la ou les cuisines, un mariage d’aliments, de saveurs et d’origines différentes. À cela, on peut ajouter que vous êtes une féministe convaincue, mais plus encore, dans la perspective et la démarche que je viens d’évoquer plus haut, une citoyenne du monde. Diriez-vous qu’à l’école de la République, Vercingétorix et Jeanne d’Arc étaient devenus vos ancêtres ? Que le mot « identité » est trop clivant car qu’il sépare les hommes ?

C’est vrai que Yezza Mehira ne sonne pas français et pourtant ça l’est.

Bien avant ma naissance, mon père a émigré vers la France. Il avait tout juste 18 ans. Il s’est ensuite marié, a fondé une famille, des enfants sont venus au monde, dont moi.

En ce qui me concerne, je suis arrivée à Paris peu avant mes 3 ans. J’ai fait ma rentrée en maternelle deux mois plus tard, et ne quittais le système éducatif que vingt ans après, DEA en poche. L’immigration n’est pas de mon fait mais un choix de mes parents. Pour ma part, je me suis contentée d’être une enfant grandissant en France.

J’ai eu la chance de grandir dans le quartier de la Goutte d’or à la fin des années 80. Quartier de familles pauvres ou modestes, ce qui m’a surtout marquée, c’est la mixité culturelle. Se côtoyaient alors des familles portugaises, françaises, italiennes, yougoslaves, maghrébines, sénégalaises ou béninoises.

Et même si Jacques Chirac, au pas de course dans la rue des Gardes, n’en a retenu que le bruit et les odeurs, moi j’y ai voyagé tous les jours.

Comme beaucoup de mes camarades d’école, j’ai grandi dans une double culture. Il y avait pour moi le monde de la vie “domestique” où je mangeais tunisien, parlais tunisien. Nous regardions la télévision française et j’aimais écouter mon père faire des analyses politiques pendant le 7 sur 7 d’Anne Sinclair ou l’Heure de Vérité et réagir à la cinglante répartie de Georges Marchais qui l’amusait beaucoup. Personne ne nous demandait de choisir l’une ou l’autre culture et en dehors du vociférant Jean-Marie Le Pen, personne n’interdisait à mes parents de croire en Dieu, même si dans notre cas, nous n’avons pas grandi avec une éducation religieuse.

De l’autre côté, il y avait le monde plus sérieux de l’école, hautement plébiscitée par mes parents car garante d’un avenir meilleur que le leur.

Ma chance ? Celle d’avoir eu des enseignants merveilleux à qui j’aimerais rendre hommage :Bruno Beauvais, Marie-Christine Rio, Alain Allardi et surtout Marguerite Delavalse qui a pris de son temps pour m’offrir des cours de rhétorique aux heures de déjeuner.

En prenant un peu de recul sur mon “intégration”, j’ai du mal à la définir exactement, Je me suis contentée d’aller à l’école et d’apprendre la même chose que les autres. A aucun moment dans mon parcours scolaire, je n’ai été mise de côté. Dans le monde de l’entreprise, ce fut une autre paire de manche !

L’intégration, dans la manière où on la regarde aujourd’hui dans les médias ou à travers les discours d’hommes et de femmes politiques me semble être excluante.

C’est comme si la question de l’intégration avait glissé d’une intégration économique à une intégration identitaire, excluant ceux qui ont “fait mieux” que leurs parents et les ramenant toujours à leur patrimoine génétique.

Aujourd’hui, soit la question se focalise sur l’origine des personnes dites intégrées leur rappelant constamment qu’elles sont françaises mais pas que, puisqu’elles sont incluses dans le néo-groupe des “Français de papier” ou “Français d’origine”- quelle absurdité dans une société où un tiers des Français a au moins un grand-parent né à l’étranger et où le taux de mixité est le plus important d’Europe.

 Soit elle se focalise sur ceux qui “posent problème” sans que l’on sache vraiment de qui il s’agit : jeune en déchéance scolaire ? Voyou ? Clandestin ? Français ? Crétin ?

Et les “intégrés” dans tout cela ? On n’en parle que pour les ériger comme modèle alors qu’ils sont la grande majorité. Des “intégrés” comme vous et moi, j’en connais à la pelle.

J’aime cette idée du manteau d’Arlequin car il me ramène à la Goutte d’or et à ses palettes de couleurs, d’odeurs et de goûts qui m’ont accompagnée dans ma construction. J’ai grandi dans un mélange de tout et n’importe quoi avec malgré tout un sentiment d’appartenance à un pays qui m’acceptait dans ma pluralité. Je suis surtout française et aussi un peu tunisienne et maintenant un peu suisse.

En fait, la véritable expérience d’immigration, je l’ai faite en m’installant en Suisse dans ma trentaine. Le pays est certes proche géographiquement, les codes culturels, eux, sont très différents. Je demande d’ailleurs pardon à tous les Suisses avec qui j’ai été involontairement méchante les 5 premières années de ma vie là-bas !

Dans cette intégration, j’ai eu la chance de pouvoir m’appuyer sur l’expérience de mes parents qui m’ont beaucoup aidée de leurs conseils. J’ai fait face aux mêmes difficultés qu’eux quant à l’accès à l’information, à la vie sociale et à l’administration car je ne maitrise (toujours) pas le suisse allemand. A la différence d’eux, j’ai pu bénéficier des miracles de Google translate…

J’habite dans une ville où 30% des habitants sont immigrés et où le mélange, se fait dans une sorte de joyeuse soupe “multi-kulti” comme on dirait en allemand. Alors oui, même si je comprends les raisons sécuritaires, souvent liées au terrorisme international, qui poussent les états à renforcer leurs frontières, j’ai pour ma part, aucune frontière symbolique avec l’autre. Je ne distingue les individus ni par leurs nationalités, leurs genres, leurs préférences sexuelles, leurs origines sociales, leurs patrimoines génétiques et encore moins par leurs religions ou leurs couleurs de peau.

Votre rêve semble être celui d’une planète sans aucune frontière où chacun soit libre de vivre selon les codes culturels qu’il affectionne dans lesquels il se reconnaît ? C’est aussi le mien. Cependant, à ce grand horizon défendu par de nombreux intellectuels, comme Edgar Morin, il faut aussi opposer Régis Debray, qui défend les frontières, sans lesquelles, dit-il à juste raison, on érige des murs ? Comment peut-on sortir selon de vous de ce dilemme ?

Dans mon monde multi-culturel, Vercingetorix, Hannibal et Guillaume Tell sont mes ancêtres. Puisque nous parlons de frontières culturelles, la défaite de Vercingétorix acte le passage de la Gaule celtique à la Gaule romaine, changeant ainsi l’histoire des peuples des Gaules que représentait ce “Roi des chefs de Guerre” (Vercingétorix), les faisant basculer soudainement dans un nouveau monde dont ils ont dû apprendre les codes et les nouvelles frontières.

L’épisode semble en quelque sorte rappeler que les hommes se côtoient et que l’histoire se déroule. Le dilemme de l’identité culturelle que certains souhaitent ne jamais faire évoluer est pour moi une utopie.

Aujourd’hui, plus que jamais, nous vivons dans un monde cosmopolite et sans frontières. Nous pouvons voyager partout sur la planète et sommes capables de communiquer avec tous les peuples, grâce à quelques langues universelles et à la technologie. Communiquer ne veut pas dire accepter ou mimer, ça veut simplement dire avoir la possibilité de voir, d’interroger et d’obtenir des réponses.

Je n’appartiens pas à ceux qui regardent vers le passé. Le “C’était mieux avant”, très peu pour moi ! Mon ambition est de participer à l’avenir de nos sociétés. Nous sommes à l’aube de la révolution de l’intelligence artificielle. Dans moins de 30 ans, les machines pourront remplacer l’humain dans au moins 40% des postes de travail.

Vers quelle société allons-nous ? Que faire de notre temps ? Quel type de lien allons-nous tisser dans ce nouveau vivre ensemble ?

Frontières et identité sont, de mon point de vue, des mots pour des maux d’aujourd’hui. Nos jeunes s’occupent de réinterroger la société, ils veulent sortir d’impasses sociales, économiques, écologiques et politiques qui ne leur plaisent pas.  J’adore les voir construire leur monde et se faire leur place. Je leur fais confiance pour un monde plus responsable mais aussi plus cosmopolite et mobile.

Mon monde idéal est sans frontières, sans religions, sans guerres, dans la fraternité et dans le respect des lois d’une république indivisible. Mon monde idéal n’existe pas encore, pas même dans la réalité irréelle des livres.

Propos recueillis par Marc Alpozzo
Philosophie et essayiste, auteur de Galaxie Houellebecq (et autres étoiles). Éloge de l’exercice littéraire, Éditions Ovadia, 2024 et co-auteur de L’humain au centre du monde. Pour un humanisme des temps présents et à venir, Les éditions du Cerf, 2024.

Entretien sur la littérature et le Mal avec Dana Ziyasheva

La littérature et le Mal : entretien avec Dana Ziyasheva

Nous sommes peut-être à l’aube de la Troisième Guerre mondiale. Tous les indicateurs sont au rouge. On accuse même Emmanuel Macron dans les rangs de l’opposition de vouloir que la France entre en guerre avec la Russie.

Dana Ziyasheva (DR)

Après le thème de la consommation et du bien-être, celui de la mondialisation heureuse, celui de la paix perpétuelle entre les peuples, peut-être sommes-nous en train de faire face désormais à deux nouveaux thèmes pour le monde : la guerre et le mal ? C’était donc l’occasion de réfléchir à la littérature et le Mal, avec Dana Ziyasheva qui a un parcours hors-norme.
Née au Kazakhstan, où elle a passé toute sa jeunesse, elle a connu l’Union soviétique, a ensuite été journaliste dans des zones sensibles puis diplomate à l’UNESCO. Cela l’a amenée à vivre en Corée du Nord, en Irak et en Amérique centrale. Aujourd’hui, Dana Ziyasheva est basée à Los Angeles. Elle y écrit et corrige des scénarios pour les géants du cinéma et les grandes plateformes de vidéo à la demande. Rencontre.

Votre roman Choc s’intéresse à la question du Mal, qui est dans la philosophie comme dans la théologie le point de départ de toute réflexion. Diriez-vous, comme Hobbes que l’homme est un loup pour l’homme, ou rajouteriez-vous comme Spinoza qu’il est aussi un Dieu pour l’homme ? Pour vous avoir lu, et longuement conversé avec vous, je sais que votre expérience de l’humain vous amène à avoir un regard assez pessimiste sur le potentiel destructeur de l’homme. Comment vous l’expliquez-vous ?

Dana Ziyasheva : Pour répondre à votre question de manière significative, permettez-moi de vous emmener dans mon système de coordonnées culturelles. La civilisation nomade ne stigmatise pas les loups, bien au contraire : un mythe de genèse des proto-Turcs retrace leur origine à l’union d’une princesse trop belle pour épouser un homme et d’un grand loup bleu.
Pour nous, le loup est un totem, très loin de l’agent de destruction qu’il représente dans l’imaginaire occidental (Le Petit Chaperon RougeLes Trois Petits Cochons) ou du symbole de prédation en philosophie. Alors que le Kazakhstan régule la population des loups par la chasse sous licence, il les reconnaît également comme partie importante de l’écosystème. C’est peut-être pourquoi la population des loups au Kazakhstan est 15 fois plus importante qu’en France : plus de 15 000 contre 1 104 selon le recensement de 2023.

Selon la légende familiale, l’une de mes grandes tantes maternelles aurait tué un loup à mains nues. Pendant la collectivisation dans les années 1920, sa famille fuyait vers la Sibérie pour échapper à la dékoulakisation meurtrière, une politique soviétique de persécution visant les paysans aisés. Sur leur chemin à travers une forêt en hiver, ils ont été attaqués par une meute de loups. Elle aurait alors enroulé un épais châle en laine autour de sa main, et lorsque le loup a sauté sur elle, elle lui aurait enfoncé son poing dans la gorge et fait éclater ses mâchoires en morceaux. On pourrait soutenir que dans cette histoire, les vrais loups Hobbesiens étaient les Bolcheviks, mais ici, encore une fois, permettez-moi de contextualiser.

Alors que certaines branches de ma famille, issues à la fois de paysans et de religieux, observaient la Révolution rouge avec méfiance, d’autres, désavantagées par le système féodal, ont embrassé les idées de justice sociale et d’égalitarisme qui déferlaient alors sur toute l’Eurasie.

Mon grand-père paternel a pris les armes à 17 ans et combattu aux côtés du légendaire commandant Chapayev contre l’Armée blanche lors de la Guerre civile russe. Mon grand-père maternel, issu d’une famille de bergers, est devenu président du Comité d’État de planification du Kazakhstan pendant la Seconde Guerre mondiale, et le premier Kazakh à obtenir un doctorat en sciences économiques. En 1995, je suis devenu la première ressortissante du Kazakhstan indépendant à rejoindre les Nations unies.

Cet opportunisme historique découle du concept de Peuple Éternel, profondément ancré dans la conscience collective kazakhe. Nos ancêtres nomades, les proto-Turcs, se désignaient eux-mêmes comme le Peuple Éternel, МӘҢГІЛІК ЕЛ. Tout comme le « Peuple Élu » de la Bible hébraïque ou le concept de « Peuple de Dieu » dans le christianisme orthodoxe oriental, le « Peuple Éternel » va bien au-delà d’une croyance. C’est un principe directeur transmis par nos ancêtres : « Le peuple doit perdurer ». Dans mon long-métrage dystopique Greatland, un personnage rusé et au grand sens de l’Etat, nommé Clerk, explique à son fils : « La mission des clercs est très importante. Nous veillons à ce que Greatland ne disparaisse jamais, quoi qu’il arrive. » Avant l’avènement de l’Islam au VIIIe siècle, les nomades de la steppe adoraient le Ciel (dans ce sens, ils étaient proches du panthéisme de Spinoza). Il n’y avait pas de pacte avec Dieu, pas d’espoir d’une intervention divine. Pour assurer leur pérennité dans un monde en perpétuel changement, les Kazakhs étaient guidés par la realpolitik plutôt que par la dichotomie du Bien et du Mal.

J’ai grandi dans la République soviétique socialiste kazakhe, où les manuels scolaires russes ne faisaient aucune mention de la lignée historique qui reliait Attila, la reine Tomyris ou Gengis Khan aux Kazakhs. Témoin direct de l’effondrement de l’empire soviétique et devenue nouvelle citoyenne du Kazakhstan indépendant à l’âge de 19 ans, je suis pleinement consciente de l’amplitude du pendule de l’histoire et de la manière dont le passé influe sur le présent dans la psyché d’une nation.

Tout comme mes ancêtres, je suis convaincue que nulle entité menaçante n’est fondamentalement mauvaise ; toute action est mue par une nécessité. Si cette nécessité contrarie mon intégrité, il me faut y faire face. Sinon, laissons-la suivre son cours. Dans les deux cas, je m’applique à déchiffrer son fonctionnement, privilégiant la physique à la métaphysique. Avec les loups, c’est une compréhension que leurs mâchoires aux crocs acérés représentent leur atout le plus redoutable, mais qui, neutralisées, deviennent leur point faible, facile à briser. Quant aux humains, c’est leur psychologie qui est en jeu. Mon roman Choc porte l’empreinte de cette approche existentialiste. J’y explore les raisons qui ont conduit François Levebvre, jeune idéaliste français, à devenir le « mercenaire-cannibale ». J’assume le rôle de son avocat devant l’éternité, car je le plains.

Votre roman Choc vous a été inspirée par un fait divers. Pouvez-vous nous dire lequel et pourquoi il a retenu votre attention ?

Mariée à un Français, mère d’un petit garçon, j’assimilais encore la mort de mon père. Je m’étais abonnée à Maximal dans le but de mieux comprendre la mentalité masculine dans son expression la plus simple. Dans un numéro de 2003, j’ai relevé un entrefilet sur un mercenaire français qui avait été pris en train de manger des soldats capturés dans les jungles du Myanmar et qui s’était suicidé quelques années plus tard. Le suicide trahissait le remords. Signifiait la souffrance. Mais qui était vraiment le mercenaire-cannibale de Maximal ?

Cette ébauche d’histoire est devenue une obsession, puis une quête de sept ans à travers le monde, infiltrant le milieu des mercenaires et du FN en France, traversant clandestinement la frontière du Myanmar depuis la Thaïlande déguisée en réfugiée Karen, descendant dans des bunkers en Bosnie, pénétrant dans une prison et la résidence présidentielle aux Comores. Enceinte de sept mois, je traquais un ex-agent de la DGSE à travers l’Irlande. J’ai passé toute la nuit à attendre d’être tuée dans un motel en Croatie. Je ne peux pas expliquer rationnellement mon acharnement. Tout ce que je sais, c’est que j’ai trouvé un héros à ma mesure.

Le héros de votre roman nous entraîne de par le monde. Qu’elle est la frontière entre l’imaginaire et le réel que vous vous êtes autorisée ?

J’ai d’abord essayé d’écrire à partir de mon imagination, en m’appuyant sur mes expériences en Thaïlande et en Irak. Je me suis cependant très vite heurtée à un mur et ai alors décidé d’aller vivre les mêmes aventures que mon personnage.

La partie principale du roman a été écrite en Chine, où j’étais stationnée en tant que Conseiller de l’UNESCO pour la Communication et l’Information en Asie de l’Est. A cette époque, je passais tout mon temps libre dans le Bunker, un appartement que j’avais loué dans le but d’écrire le livre. J’avais tapissé les murs de photos et de cartes des champs de bataille collectées lors de mes voyages. C’était une expérience vertigineuse : le jour, vivre intensément la prise d’un village de Bosnie, ou la descente sur les Comores des mercenaires de Bob Denard, puis le soir, en rentrant chez moi, être éjectée de tous ces mondes lointains et me retrouver dans la mégalopole chinoise bouillonnante. J’ai même vécu une expérience de hors-corps lorsque j’ai rêvé le rêve de François, décrit dans le chapitre « Paris, décembre 1999 ».

Le cannibalisme était un sujet tabou dans le milieu des mercenaires en France, et je n’avais tout simplement pas le cœur à questionner les guérilleros karens à ce sujet. Il a donc fallu que je reconstitue cette scène déterminante en faisant appel à mon bon sens : « Après une enfance passée à tordre le cou des poulets et des chèvres avant de déjeuner, le tri d’un corps humain ne présente de difficulté que du point de vue du volume… »

Vous y abordez la question du mercenariat, allez disons-le, qui est, avec la prostitution, le plus vieux métier du monde. Je crois savoir que les mercenaires sont motivés par l’appât du gain, mais aussi, nous en avons longuement parlé, non par le sacrifice patriotique, mais par le désir de tuer leurs semblables. Je vous avoue n’avoir pas été tout à fait surpris, lorsque vous m’avez expliqué cela hors micros, puisqu’un grand reporter du Figaro, qui a couvert de nombreuses guerres, m’a rapporté étrangement le même témoignage, m’expliquant que ces mercenaires auraient pu gagner bien plus d’argent dans le civil, si j’ose dire, mais qu’ils préféraient faire la guerre par goût de la mort qu’ils administrent à l’autre. Votre éclairage sur le sujet ?

Pour être honnête, lorsque la guerre en Ukraine a éclaté et ouvert les vannes à un torrent d’images de combats non filtrées sur Telegram et TikTok, j’ai paniqué. Est-ce que Choc serait toujours pertinent ? Avec le recul, je peux maintenant affirmer en toute sécurité que mon livre reflète fidèlement de nombreux aspects de la vie des mercenaires en zone de conflit.

« Les hameaux autour de toi sont en ruines. Les meufs sont gardées comme commodité la plus précieuse juste après les PRG-7. L’investissement le plus rentable consistait à consommer des casse-pattes locaux. Tu vas au bar avec tes coéquipiers et tu rentres heureux. Le même effet de soulagement nécessitait en France un budget de ministre et l’intervention d’une multitude de fournisseurs de services : psychothérapeutes, cuisiniers, pharmaciens, amuseurs publics, meufs à poil. Fais le total, et tu arrives à la juste indemnisation de ton travail en Croatie ! »

« Pendant ces rares moments de clairvoyance, François réfléchissait à la rentabilité de sa thanatomanie. Il fallait étudier la politique mondiale, cultiver les relations avec les services, monétiser ! Le reste de la journée, il était prêt à payer lui-même, mendier, se prostituer, pour qu’on le laisse se servir d’une arme. »

Pour les mercenaires, une vie de paix peuplée uniquement de civils semble tristement terne              (« Infantiles ! Mous ! Déconcentrés ! Faux ! »). Elle est aussi régie par des règles auxquelles ils n’adhèrent plus : « À la guerre, au moins, ils étaient des héros, blindés de principes et de munitions. À la guerre, ils maîtrisaient la situation. Ils décidaient eux-mêmes qui devait mourir et qui ils autoriseraient à ramper vers les broussailles en gémissant. À la guerre, c’est presque contractuel : je te sauve d’une mort certaine et tu fais pareil pour moi. Dans le civil, la menace directe à nos vies est absente. Chacun est responsable de ses choix et de leurs conséquences. »

Si vous le voulez bien, j’aimerais aborder la guerre en Ukraine. D’autant que vous êtes franco-kazakhe. Cette question de l’Ukraine qui pourrait être russe n’est pas anodine. Qu’en dites-vous ? Vous sentez-vous appartenir au monde russe ? Les gens de ce pays sont-ils nourris de littérature et philosophie russes ? Y a-t-il une singularité ukrainienne ? J’aimerais pour nos lecteurs rappeler toutefois que Kiev fut capitale de l’Empire russe…

Bien sûr, la singularité ukrainienne existe bel et bien ! En tant que locutrice « native » du russe, je trouve la langue ukrainienne mélodieuse et douce mais n’en comprends réellement qu’environ 40%.

L’Ukraine et le Kazakhstan font face aux mêmes problématiques : une identité culturelle forte peut-elle être un obstacle ou une source de force face à l’influence étrangère ? Quelle quantité de territoire et de population peut être considérée comme un sacrifice acceptable pour assurer la continuité d’une nation ? Comment transformer le contact inévitable avec Autrui en une expérience de progrès enrichissante, plutôt qu’une source de conflit et de destruction ?

La culture russe est magnifique, ce qui la rend encore plus redoutable en tant qu’instrument de soft power et de colonisation. Je suis une grande admiratrice de Bounine et de Tchekhov, mais aussi des écrivains kazakhs dont les livres étaient censurés en Union soviétique, tels que Az i Ya d’Oljas Suleimenov, qui a documenté l’influence de la culture et de la langue turques sur la Russie médiévale. Dans mon école « Léon Tolstoï », la salle de classe était ornée d’une grande bannière avec une citation proclamant : « Tu es mon seul soutien et mon refuge, ô grande, puissante, authentique et libre langue russe ! » Tous mes camarades de classe, qu’ils soient kazakhs, ouïghours, juifs, coréens ou ukrainiens, devaient mémoriser la fin de cette citation – « On ne peut pas croire qu’une telle langue n’ait pas été donnée à un grand peuple ! » En comparaison, les leçons de langue kazakhe dispensées dans la même salle de classe étaient un cirque sans nom, où nous chahutions et moquions l’enseignant sans aucune conséquence disciplinaire.

Mes deux grand-mères avaient été éduquées en langue arabe ; elles sont devenues illettrées lorsque l’Union Soviétique a imposé le passage à l’alphabet latin en 1929, puis au cyrillique en 1939. C’est pourquoi, lorsque j’étais Conseiller de l’UNESCO en Communication et Information, et que j’ai soutenu les institutions académiques et informatiques en Mongolie dans la revitalisation et la numérisation de l’écriture mongole vieille de 800 ans, je leur ai conseillé de procéder avec prudence et progressivement.

Aujourd’hui, les Ukrainiens démolissent des monuments à la gloire de la culture russe et du passé soviétique, renomment les rues et interdisent l’Église orthodoxe russe. Récemment, l’Institut ukrainien de la mémoire nationale a qualifié Mikhaïl Boulgakov, l’auteur du Maître et Marguerite, d’« ukrainophobe » ! Bien que ce contre-coup soit compréhensible, en quoi est-il opportun, compte tenu de la situation actuelle de l’Ukraine ?

Comparez-le aux compromis raisonnables que le Kazakhstan a faits pour garder l’ours russe à distance. La Constitution a fait du kazakh la langue officielle du pays et a désigné le russe comme langue de communication interethnique, précisant qu’« elle est utilisée officiellement sur un pied d’égalité avec la langue officielle ». Cela a été fait autant par amour pour Dostoïevski que par nécessité d’accommoder près de 3 millions de Kazakhstanais d’origine russe.

La doctrine de Poutine sur le « Monde russe » appelle à l’unification de la Russie, de la Biélorussie et de l’Ukraine, ainsi qu’à un retour d’influence dans les pays ayant une diaspora russe, ce qui représenterait environ 150 millions de personnes. Pour tempérer le « Monde russe », le premier Président kazakh, Noursoultan Nazarbaïev, avait ravivé le concept géopolitique d’Eurasie et poussé à la création de l’Organisation de Coopération de Shanghai, l’OCS, avec la Chine et la Russie en son sein, couvrant ainsi les 2/3 de la population et du territoire du continent. Depuis lors, l’attention diplomatique de la Russie s’est tournée vers les BRICS. Le Kazakhstan a demandé son adhésion aux BRICS en 2023 tout en restant actif au sein de l’OCS. La stratégie de containment pacifique de la Russie et de la Chine est clairement la plus efficace.

Vous vivez aujourd’hui en Californie où vous êtes scénariste à Hollywood. Aussi, vous suivez la guerre au quotidien. Diriez-vous que le traitement de l’information est comparable dans nos différents pays, ou que les médias français sont plus manichéens qu’ailleurs ?

Je suis le président Zelenskyy, la Direction du Renseignement et le Ministère des Affaires étrangères de l’Ukraine sur Telegram, puis j’ouvre LCI et j’entends en écho les mêmes éléments de langage en français. Les experts ukrainiens invités sur les chaînes de télévision françaises ne s’attachent pas à promouvoir un débat constructif, fournir une analyse critique ou aider le public français à comprendre la situation sur le terrain. Leur mission est bien de vendre l’interprétation de la réalité par Zelenskyy et de façonner la perception publique en sa faveur. Bien sûr, les « experts » russes feraient de même, mais alors pourquoi ne pas inviter les deux côtés et les faire débattre ? À tout le moins, cela serait divertissant.

Peu de choses ont changé depuis que j’ai écrit dans Choc : « Les journalistes ne pouvaient ni ne voulaient creuser dans le linge sale bosniaque. Le politiquement correct interdisait les interviews des « criminels de guerre ». Alors, pour éclaircir la situation sur le terrain, il n’y avait d’autre option que de s’adresser à un sénateur à Washington. Le pire c’est que le public en France gobait son opinion la bouche grande-ouverte. »

Aux États-Unis, de nombreuses voix médiatiques dissonantes, tant conservatrices que progressistes, se font entendre avec force au-delà de la presse mainstream : Carson Tucker, Candace Owens et Ben Shapiro, Andrew Tate, Nick Fuentes et le rabbin Shmuley sur X, Telegram et TikTok. La congressiste Ilhan Omar, une Somali-Américaine au caractère bien trempé et au hijab élégant, interroge la présidente de Columbia d’origine Égyptienne, ancienne employée de la Banque mondiale et du FMI, ainsi que la protégée de Bill Gates, Minouche Shafik, au sujet de sa décision d’appeler la NYPD à disperser sans ménagement des manifestations étudiantes pacifiques.

Les médias français suivent toujours l’exemple américain, avec un certain retard. J’espère que ce changement se produira plus promptement cette fois-ci.

Mettons les pieds dans le plat, si vous le voulez bien : est-ce que Vladimir Poutine est coupable selon vous ? Quel rôle États-Unis ont-ils joué dans cette invasion de l’Ukraine par l’armée russe ? Croyez-vous qu’il a été poussé à la guerre, comme certains le prétendent ?

L’interview de Poutine par Carson Tucker, où le Président russe a prétendu être blessé par le refus de l’Occident d’accueillir une Russie naïve et innocente dans le club des nations occidentales, était une performance digne d’un Oscar. La vérité est que pendant que le pauvre Volodya se faisait duper par un président américain après l’autre, il consolidait aussi son complexe militaro-industriel. N’oublions pas que Poutine a été témoin de l’effondrement de l’Union soviétique en raison de la course aux armements et du fiasco en Afghanistan, et qu’il en a tiré des leçons. Il n’aurait pas envahi l’Ukraine sans savoir que la Russie serait capable de soutenir cette nouvelle course aux armements avec l’OTAN, voire de la remporter. Qui sait, peut-être joue-t-il actuellement une course aux armements à l’envers, comme une revanche de la Guerre froide.

Poutine se compare régulièrement à Pierre le Grand qui « avait ouvert une fenêtre sur l’Europe » et à Vassili III, « Le Rassembleur des Terres Russes ». Il a démissionné du KGB et entamé sa carrière politique l’année où l’Union soviétique s’est disloquée et est au pouvoir depuis 23 ans maintenant. Sa mémoire institutionnelle et son expérience en tant que chef d’État sont inégalées à ce stade. Hors de la zone de couverture de la BBC et de CNN, tout le monde le comprend et suit l’axiome de Sun Tzu : « Si vous restez assez longtemps au bord de la rivière, le cadavre de votre ennemi flottera devant vous ».

La Russie de Poutine excelle dans les guerres d’expansion locales. Il a pacifié la Tchétchénie en soutenant le clan Kadyrov. En 2008, il a envahi la Géorgie et annexé l’Ossétie du Sud. En 2014, il a annexé la Crimée et a eu besoin d’un prétexte pour étendre son emprise en Ukraine. En 2022, le président Zelenskyy lui a donné ce prétexte en appelant les puissances occidentales à mettre en œuvre un calendrier clair pour l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN.

Pour les Occidentaux, Poutine est désormais l’axe du mal. Cela se renverse lorsqu’on prend le point de vue des médias russes. Actuellement, Poutine demande de l’aide à la Chine. Ce nouvel axe du mal, de notre point de vue, peut-il préfigurer une recomposition des forces et un nouvel ordre géopolitique ? Ne pourrait-on pas supposer que les États-Unis soient une puissance déclinante, très divisée, endettée, ultra-violente etc. ? Existera-t-il une Europe de la défense qui puisse compenser le refus américain désormais de nous protéger de l’ours russe ?

Laissez-moi répondre à votre question par une autre question : Une Europe de la défense, est-ce une idée qui vaille la peine de mourir pour elle ?

Dans Choc, François analyse son passé dans l’armée française : « Le meurtre exigeait des ressources humaines, de la recherche et développement et le matos dernier cri. Le meurtre devait s’accomplir selon des règles. Ces règles n’avaient que peu en commun avec la logique humaine, mais elles étaient aussi fondamentales que les règles de l’orthographe. On les avait préparés au meurtre, comme à une dictée d’examen. Ils n’avaient pas besoin de penser à ce qu’il fallait écrire. On les évaluait à la beauté de leurs cursives et à la correction syntaxique. En calculant cosinus d’angle et distance réelle de tir, derrière leurs carnets de portée, leurs croquis de terrain, ils ne voyaient plus l’ennemi en face, mais acquerraient une cible. Ils n’étaient censés ni jouir ni profiter du meurtre. Ils étaient sans identité. À Margival, François considérait ça super-cool. Maintenant, plus tellement. Ces dernières années, il raisonnait comme les combattants en claquettes : on a un potager et un temple et on les défend. Quels étaient les objectifs de la Grande Muette ? Ni potager ni temple ! »

En tant que descendante d’une horde nomade, j’ajouterais également : « Ni leader » à cette liste. Pour citer le Cambridge Medieval History, « Avec un Khan énergique à leur tête, qui les organisa sur des lignes militaires, une horde se transforma en une armée incomparable, contrainte par l’instinct de conservation de rester unie au milieu de la population hostile qu’elle subjugua ; car aussi superflu qu’un gouvernement central puisse être dans la steppe, il est d’une importance vitale pour une horde nomade conquérante en dehors de celle-ci. »

En se concentrant excessivement sur Poutine, les médias détournent l’attention du manque de leadership en Occident. Dans Greatland, Clerk affirme : « Un ennemi commun est le meilleur moyen de rallier les gens derrière leur gouvernement ». De la même manière que l’élite européenne utilise Poutine comme un épouvantail pour dominer sa propre population, la machine de propagande du Kremlin dépeint un Occident fachistoïde, dégénéré et corrompu, déterminé à anéantir une Russie vertueuse. La réélection récente de Poutine avec 88 % des voix souligne le succès de cet endoctrinement. Une fois achevée l’ »Opération Militaire Spéciale » en Ukraine, il pourrait porter son attention sur l’Abkhazie en Géorgie ou la Transnistrie en Moldavie, car la Présidente moldave Maia Sandu semble être disposée à suivre les traces de Zelenskyy. En revanche, au vu du poids que fait déjà peser l’effort de guerre en Ukraine sur les finances et la société russes, Poutine n’aurait sans doute ni la capacité, ni l’intérêt stratégique de s’en prendre à la France ou à l’Allemagne dans un avenir proche.

Ceci étant dit, je suis d’accord avec vous sur le fait que les signes d’un monde multipolaire sont omniprésents. Le système de Bretton Woods est sapé par la politique des sanctions économiques. La Russie a été contrainte de se détourner du dollar pour ses transactions commerciales externes et d’utiliser le rouble pour 40 % des échanges et les devises des « pays amis » à hauteur de 30 %. La menace des États-Unis de renforcer les sanctions contre la Chine est une autre étape dans cette direction.

Le Sud global se rassemble en développant des coopérations multilatérales en dehors du cadre occidental : les BRICS se renforcent en tant qu’alternative au G7, avec de nouveaux pays qui les rejoignent. Et nous parlons de pays qui entretiennent des relations parfois hostiles entre eux, tels que l’Inde et le Pakistan, l’Arabie saoudite et l’Iran.

L’Afrique continue de se rapprocher de la Chine et de la Russie. J’ai assisté au premier Sommet de Coopération Sino-Africaine à Beijing en 2006, et j’ai été témoin des efforts du président égyptien Hosni Moubarak pour inclure l’Égypte et le Maghreb dans les projets de développement chinois en Afrique. L’attrait du Fonds de développement Chine-Afrique était si fort que des pays comme le Sénégal avaient alors abandonné leur position sur Taïwan pour adhérer au principe d’ »Une Seule Chine ». Le Sommet Russie-Afrique de 2023 a propulsé le président burkinabé Traoré au rang de star de la nouvelle génération de dirigeants noirs, tandis que la République Centrafricaine a décerné les plus grands honneurs nationaux aux mercenaires du groupe russe Wagner.

Dire à ces pays que la Russie et la Chine sont le nouvel Axe du Mal tombe dans l’oreille de sourds. L’Occident a perdu son pouvoir prescriptif. Le monde n’est certainement plus unipolaire. Cependant, la division actuelle ne signifie pas l’avènement d’un nouvel ordre géopolitique. Nous entrons dans la phase du jeu où chaque camp tente de garder son sang-froid et d’afficher un visage impassible.

Les incendies au silo de céréales de la SICA Atlantique, le plus grand grenier français, pendant la crise des céréales en Ukraine, faisaient-ils partie des mouvements de ce jeu ? Et les explosions sous-marines sur les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2 ? Les explosions et l’incendie dans une usine de Détroit qui ont envoyé des débris voler jusqu’à un mile de distance ? Et que dire de l’effondrement du pont de Baltimore ? Des attaques des Houthis en mer Rouge ?

La partie pourrait prendre fin de manière inattendue pour la plupart d’entre nous, car nous ne sommes pas conscients de tout ce qui se trame en coulisses.

Vous n’êtes pas sans ignorer, bien sûr, que le président Macron envisage « d’envoyer des mecs à Odessa », comme il l’a déclaré. Est-ce que ce serait une « connerie », pour employer une expression bien française, d’aller provoquer ainsi Poutine, ou croyez-vous que c’est une solution. En mettant des troupes à la frontières, le président Macron obligerait peut-être Poutine à reculer, en lui faisant craindre « l’accident piéton » ? Quel est votre éclairage sur le sujet ?

Quelle est l’importance stratégique d’Odessa pour la France ? Y a-t-il des activités louches en cours à Odessa qui bénéficient à des entités françaises ? Il y a déjà des mercenaires et des conseillers français sur le terrain. Le ministère russe de la Défense a recensé 13 387 mercenaires étrangers combattant pour l’Ukraine, dont 5 962 ont été « liquidés ».

Malgré chaque nouveau type de wunderwaffe et de stratégie en Ukraine – Himars, Abrams, ATACMS, Césars, une contre-offensive très médiatisée, des bombardements sur les territoires russes et des actes terroristes – l’ »Opération Militaire Spéciale » n’a pas été stoppée. Même si la France entrait en guerre avec la Russie, cela ferait peu de différence sur le terrain. Les Rafales seraient abattus ; l’OTAN refuserait de s’engager ; l’opinion publique en France serait contre. Nos cœurs saignent pour l’Ukraine, mais ils saignent pour les hommes ukrainiens ordinaires envoyés au front contre leur gré et mourant dans une guerre déjà perdue. Un homme politique européen qui défendrait le sauvetage de ces hommes d’une mort insensée gagnerait les cœurs et les esprits des deux côtés de l’Oural. Malheureusement, plaider pour la paix en Ukraine exige plus de courage et de clairvoyance que de fanfaronner sur l’envoi de troupes.

Macron s’attaque à la mauvaise cible. La tragédie palestinienne en cours déclenche un changement culturel majeur et une crise de légitimité aux États-Unis et en Europe. Les manifestations étudiantes, le drame d’un soldat américain en service actif qui s’immole par le feu, le boycott des produits israéliens sont autant de signes d’une fatigue de guerre et de la volonté de construire un monde plus juste. « Regardez, est-ce que ce monde est sérieux, où les faibles oppriment les forts ? Où le pouvoir est aux mains de gros vieux que, moi, je peux écraser d’un doigt, mais ce sont eux qui m’écrasent ? » (Choc)

Observez comment Scholz et Blinken ont été accueillis en Chine en avril – par des fonctionnaires de bas niveau, sans tapis rouge. Ce détail protocolaire, dans le contexte oriental, est un signe d’humiliation totale. David Cameron a été mis à l’écart lors de sa tournée en Asie centrale, certains présidents le snobant ouvertement. Lorsque Cameron tentait par habitude d’évoquer la liberté de la presse en Asie centrale, il se faisait rappeler le traitement réservé par le Royaume-Uni à Julian Assange. Le Grand Jeu est-il terminé ? Macron devrait en être conscient, grâce, je l’espère, aux personnes de son entourage qui tiennent encore au prestige de la France.

Propos recueillis par Marc Alpozzo
Philosophie et essayiste, auteur de Galaxie Houellebecq (et autres étoiles). Éloge de l’exercice littéraire, Éditions Ovadia, 2024 et co-auteur de L’humain au centre du monde. Pour un humanisme des temps présents et à venir, Les éditions du Cerf, 2024.

Soirée Poésie autour de Socotra le 12 juin

Dans le cadre de l’exposition « Socotra, des dragonniers et des hommes » du photographe Benoit Palusnski
 
La poète Cécile Palusinski vous invite à une
 
Soirée Poésie avec Eric PoindronSaphoCharlotte SaliouPrince Roro
et Mohammed Jumeh, ambassadeur du Yémen à l’UNESCO
 
Mercredi 12 juin dès 18h30 
 
à La Louisiane, 60 rue de Seine, 75 006 Paris
Inscriptions par sms 06 84 36 31 85

Rencontre Biodiversité autour de Socotra le 8 juin

Dans le cadre de leur exposition « Socotra, des dragonniers et des hommes »
 
Benoit et Cécile Palusinski vous invitent à une
 
Rencontre biodiversité avec 
Leili Anvar (« L’arbre de vie en littérature persane »), 
Françoise Cadol (podcast « Le frisson des arbres ») 
et Charles Cohen (forestier) …
 
Samedi 8 juin de 16h à 20h 
 
à La Louisiane, 60 rue de Seine, 75 006
Inscription par sms 06 84 36 31 85

Soirée Vernissage « Socotra, des dragonniers et des hommes » (exposition du 5 au 14 juin 2024)

Vernissage « Socotra, des dragonniers et des hommes »
de Benoit Palusinski et Cécile Palusinski
en présence de Mohammed Jumeh, ambassadeur du Yémen à l’UNESCO
Mercredi 5 juin dès 18h30
 
à La Louisiane, 60 rue de Seine, 75 006.
* entrée libre à l’exposition du 5 au 14 juin de 17h à 20h.
Inscription par sms 06 84 36 31 85 / guilaine_depis@yahoo.com

Soirée « La République au coeur » avec Laurent Benarrous et Eric Naulleau le 18 juin à 19h

Invitation Mardi 18 juin à 19h
 
Rencontre littéraire La République au coeur
 
avec Laurent Benarrous (« Tintamarre », éditions La Route de la Soie) 
et 
Eric Naulleau (« La République c’était lui ! », éditions Léo Scheer) 
animée par Guilaine Depis
 
Suivie d’un débat autour d’un verre
au 8 rue Dahomey 75 011 Paris
*** 
Inscription par sms 06 84 36 31 85 / guilaine_depis@yahoo.com

Durant l’exposition « Socotra », plusieurs soirées vous sont proposées

Pour télécharger le PDF de ces trois événements, merci de cliquer ICI

Trois événements « Socotra, des dragonniers et des hommes » auxquels vous êtes invités durant l’exposition de Benoit et Cécile Palusinski

En juin 2024, la Balustrade de Guilaine Depis vous invite à trois événements parisiens : 

Vernissage de l’exposition « Socotra, des dragonniers et des hommes » du photographe Benoit Palusinski avec textes de l’écrivain Cécile Palusinski (beau livre paru cette année) en présence de Mohammed Jumeh, ambassadeur du Yémen à l’UNESCO
Mercredi 5 juin dès 18h30
 
Rencontre biodiversité avec Leili Anvar (« L’arbre de vie en littérature persane »), Charles Cohen, forestier à Paris après avoir exercé ce métier méconnu dans le nord de la Colombie britannique, Françoise Cadol (podcast « Le frisson des arbres »)
Samedi 8 juin de 16h à 20h 

Soirée Poésie avec Eric PoindronSaphoCharlotte SaliouPrince Roro
Mercredi 12 juin dès 18h30 
 
à l’Hôtel La Louisiane, 60 rue de Seine, 75 006 Paris au coeur de Saint-Germain des Prés.
* entrée libre à l’exposition du 5 au 14 juin de 17h à 20h.
 
Inscription par sms 06 84 36 31 85.
Contact presse, informations, journalistes, demandes de livres et d’interviews : guilaine_depis@yahoo.com