François de Coincy à nouveau dans Le Figaro, sur la dette

«La dette de l’État ruine l’économie réelle et nuit au redressement économique»

FIGAROVOX/TRIBUNE – Pour l’essayiste et économiste François de Coincy, le financement du déficit par la création de nouvelles dettes épongées par l’épargne des Français est une escroquerie, et surtout ne favorise pas l’investissement et donc la relance.

François de Coincy est l’auteur de Mozart s’est-il contenté de naître?(Bookelis, 2020).
Il est assez facile à l’État de financer son déficit budgétaire en utilisant une pyramide de Ponzi qui tienne dans le temps: il lui suffit de rester raisonnable et résister à la tentation d’en faire trop. L’astuce est de ne pas faire de déficit supérieur au besoin d’accroissement d’épargne des Français, ainsi les nouvelles épargnes compenseront les retraits et les accroissements compenseront les déficits.

Il faut que le véhicule d’épargne proposé par l’État apporte un avantage fiscal ou représente une nécessité réglementaire et soit bloqué sur une longue période. Il faut par ailleurs imposer au système monétaire des taux bas (négatifs si possible).

La mécanique est alors prête: l’augmentation des besoins d’épargne finance les déficits, sans qu’il y ait besoin de faire marcher la planche à billets qui aurait engendré de l’inflation. Il n’y a pas d’excès de liquidité, la monnaie empruntée au système monétaire pour payer les dépenses en excès de l’État est reversée au système monétaire par les épargnants. C’était la technique de Madoff: tant qu’il y a suffisamment de nouveaux épargnants le système continue de tourner.

Les limites du système

On invoque souvent le rapport dette/PIB du Japon ou des États-Unis pour soutenir l’idée que l’accroissement de la dette n’est pas un problème, mais ce ratio n’est pas pertinent. Les critères d’octroi d’un crédit sont la capacité à rembourser l’annuité et la richesse de l’emprunteur.

Alors qu’au Japon et aux États-Unis la ponction sur le contribuable, payeur en dernier ressort, peut facilement être augmentée car elle y est raisonnable, la France, championne mondiale des prélèvements obligatoires, n’a plus de réelles marges de manœuvre.

La dette du Japon, pourtant bien plus élevée que la nôtre, a des annuités (capital + intérêt) plus réduites du fait de ses échéances très longues. La dette des États-Unis s’appuie sur des contribuables dont la capacité financière est bien plus élevée que la nôtre.

Pour ces raisons, la dette française est bien plus critique que celle des États-Unis ou du Japon même si elle est d’un poids relatif inférieur. Il est cependant aussi difficile de dire quand elle va générer un défaut que de prévoir l’éruption d’un volcan ou l’écroulement d’un château de cartes.

Le système peut tenir longtemps mais une dégradation de la situation sanitaire, un évènement social, une défaillance du système monétaire, bref un évènement imprévu peut bousculer notre système de Ponzi en entraînant les Français à utiliser leur épargne, soit pour leur consommation soit pour faire des investissements réels. Les retraits devenant plus élevés que les apports, l’État ne pourra plus financer ni déficit ni remboursement de dette.

Si le château de cartes s’écroule, on répartira la perte mais on n’a pas dit quelle sera la répartition entre les épargnants et les contribuables. Plus la dette sera élevée, plus la tension du système sera grande, plus la crise sera forte. Leur potentiel d’augmentation des prélèvements obligatoires donne au Japon et aux États-Unis un matelas qui n’existe pratiquement pas chez nous: nos restructurations économico-sociales en seront d’autant plus douloureuses.

La dette de l’État ruine l’économie réelle

Même si cette issue dramatique ne se produit jamais, ce mécanisme est fondamentalement mauvais pour l’économie. Le financement des dépenses communes par la dette est d’abord un non-dit puis un mensonge. D’abord on engage des dépenses sans dire aujourd’hui qui les supportera demain, ensuite on laisse croire que personne ne paie ce qui justifie toutes les gabegies politiques.

En 2014 un journaliste s’inquiétant d’une dépense à la charge des collectivités locales, François Hollande lui rétorque, dans un moment d’anthologie, «Cela ne coûte rien, c’est l’État qui paie». Ce n’était sans doute pas ce qu’il voulait dire, mais c’était inconsciemment le fonds de sa pensée.

« En facilitant le déficit public ils détruisent l’économie réelle »

La captation de l’épargne par le financement du déficit n’est évidemment pas une incitation au financement des investissements réels ; elle entraîne un affaiblissement de nos entreprises au profit de nos concurrents étrangers. Ceux qui croient naïvement que la nouvelle finance a apporté la martingale décrite ci-dessus oublient que dans l’économie réelle (pas celle des banquiers) l’épargnant est important parce que la partie du prix de son travail qu’il épargne finance les investissements. Si cette épargne finance des déficits, il n’y a plus d’investissements. En facilitant le déficit public ils détruisent l’économie réelle.

Dans l’économie réelle l’épargne est compensée par les recettes futures d’un investissement (de manière moindre, elle peut dans les crédits de consommation être compensée par une épargne sur un travail futur). Enfin le financement du déficit au niveau européen par l’altération de la valeur de l’Euro va entrainer une perte de confiance généralisée, dans la monnaie qui va être faussée en tant qu’instrument de mesure, dans le système monétaire qui spolie les épargnants, dans l’Europe qui n’arrive pas à s’appliquer à elle-même la rigueur qu’elle demande à ses membres. Alors que l’Euro est le symbole de la réussite européenne, il serait dramatique de le sacrifier aux aberrations du populisme monétaire.

Le recours à l’emprunt accompagné de l’augmentation du temps de travail

La pandémie par son ampleur mondiale justifie de mettre en place des mesures exceptionnelles mais il ne suffira pas de multiplier le déficit. Augmenter les impôts, c’est faire payer le contribuable, augmenter la dette c’est faire payer l’épargnant, ce sont souvent les mêmes et ces deux solutions ne sont que des transferts sociaux qui n’améliorent pas la situation globale .

Le redressement économique ne peut venir que d’une augmentation de la production des actifs. Il faudrait que le gouvernement propose une solution claire en demandant un effort à tous.

Cela fait trop d’années que les contribuables et les épargnants supportent de manière directe ou indirecte cette baisse continue du temps de travail d’une grande partie des Français qui est la cause première de nos déséquilibres.

Communiqué de presse OFFICIEL sur « Le Trésor de l’Entente cordiale »

Pour télécharger le communiqué officiel en version PDF c’est ICI

Version JPEG en corps de ce post et Trailer du 13 janvier 2021 : https://www.youtube.com/channel/UCUuqpfcE6SrlxLqhxVNswFA

Pour télécharger le communiqué officiel en version PDF c’est ICI

facebook français : Le Trésor de l’Entente Cordiale

twitter français : @TresorCordiale

instagram français : @le_tresor_de_lentente_cordiale

facebook anglais : The Golden Treasure of the Entente Cordiale

twitter anglais  : @the_entente

instagram anglais : @treasure_of_the_entente_cordiale

« Un voyage sans entraves » de Gary F. Bengier (grand succès presse et commercial aux Etats-Unis)

Gary F. Bengier

(site français : https://garyfbengier.fr)

Déjà traduit en 8 langues, l’écrivain américain Gary F. Bengier a confié à Balustrade le lancement en France le 25 janvier 2021.

Pour le recevoir / interviewer l’auteur : guilaine_depis@yahoo.com 06 84 36 31 85

Gary F. Bengier est écrivain, philosophe et technologue. Originaire d’une petite ville du Midwest aux Etats-Unis, il a très vite chéri les forêts et les étoiles. Son amour pour la nature et son goût prononcé pour l’astronomie l’accompagneront toute sa vie.

Après une carrière dans la Silicon Valley, Gary s’est adonné à ses passions, étudiant l’astrophysique et la philosophie. Il a passé les deux dernières décennies à réfléchir à la manière d’avoir une vie à la fois équilibrée et riche de sens dans un monde technologique en proie à une évolution rapide. Ce voyage introspectif insuffle à son roman des idées sur notre avenir et esquisse les défis auxquels nous serons  bientôt confrontés.

Avant de se tourner vers l’écriture de fiction, Gary a travaillé dans diverses entreprises technologiques de la Silicon Valley. Il a notamment été directeur financier d’eBay où il a mené l’introduction en bourse et les appels publics à l’épargne de l’entreprise.

Gary est titulaire d’un MBA de la Harvard Business School et d’une maîtrise en philosophie de l’Université d’État de San Francisco.

Il a deux enfants avec Cynthia, son épouse depuis quarante-trois ans. Quand il ne parcourt pas le monde, il élève des abeilles et produit un délicieux Cabernet dans son vignoble familial de Napa. Lui et sa famille vivent à San Francisco.

Le roman :

« Je veux connaître la vérité. Je veux savoir comment et pourquoi. »

JOE DENKENSMITH, NIVEAU 42, VIDSNAP : ANNÉE 2161

«Hunger Games rencontre Westworld. »

Un Voyage sans entraves est l’histoire de Joe Denkensmith, un scientifique en IA qui cherche à créer une conscience robotique. Il laisse tout derrière lui pour trouver des réponses. Mais une mystérieuse femme en mission personnelle interrompt sa recherche. Luttant contre des forces injustes, Joe est entraîné dans un complot diabolique auquel aucun des deux ne peut échapper. Leur lutte contre les machines, les hommes et la nature met à l’épreuve la résistance de l’esprit humain.

Dans un futur proche imaginé jusque dans les subtilités, ce roman multigenre combine action passionnante, aventure et histoire d’amour. Il retrace un voyage épique – de l’intérieur de l’esprit humain à l’immensité de l’espace, des IA qui se battent dans le désert à la paix d’un refuge de montagne. Il pose des questions sociales, spirituelles et philosophiques qui vont s’éterniser. Comment la volonté de survivre apporte-t-elle de la clarté à l’expérience humaine ? Que sacrifieriez-vous pour atteindre la justice sociale ? 

** Choisi comme Livre du mois de novembre par Bookclubz.com **

Revue de presse aux Etats-Unis : 

« C’est une histoire d’amour futuriste captivante et au rythme effréné … un avenir qui semble étrangement authentique… » –She’s Single Magazine

« Le monde est aussi richement imaginé que le film Bladerunner. » – Midwest Book Review

« Cette fin était à couper le souffle. Quelle aventure ! »– The Literary Vixen

«Un Voyage sans entravesest une aventure romantique futuriste et philosophique parfaite pour 2020. »– Bookish Muses

« … une expédition épique sur la nature de la conscience, Dieu, la réalité et l’esprit de l’homme. »– IndieReader; IR Approved

«Un Voyage sans entravesest une aventure existentielle pour l’esprit et bien plus encore. »– Carly Newfeld, The Last Word, KSFR Santa Fe Public Radio

« Nuances de Huxley et Asimov. Gary F. Bengier a créé une aventure de science-fiction qui n’est pas sans rappeler les maîtres. » – Lee Scott, pour le Florida Times-Union

« Une aventure pour l’esprit à de nombreux niveaux, avec des scènes d’action palpitantes et une étude philosophique de la société, de l’univers et de notre rôle dans les deux. » Raissa D’Souza, External Professor and member of the Science Board at the Santa Fe Institute; Professor of Computer Science and Mechanical Engineering, UC Davis

« C’est une histoire d’amour pleine de personnages mémorables, avec une intrigue dont la conclusion dramatique vous coupera le souffle. » Chris Flink, Directeur exécutif à l’Exploratorium de San Francisco

«Un Voyage sans Entravesest une aventure trépidante qui explore au passage des problèmes profonds dans la philosophie de l’esprit. » Carlos Montemayor, Président associé du Département de philosophie à l’Université d’État de San Francisco

« Ce roman explore des questions profondes à l’intersection entre physique et philosophie, avec des personnages que vous allez adorer. » Alex Filippenko, Professeur d’astronomie et Professeur émérite en sciences physiques à l’Université de Californie à Berkeley

Médias sociaux et autres pages web

Amazon: https://www.amazon.fr/Unfettered-Journey-Gary-F-Bengier/dp/1648860141

Barnes and Noble/Nook: https://www.barnesandnoble.com/w/unfettered-journey-gary-f-bengier/1137359079

Audiobook on Audible: https://www.audible.com/pd/Unfettered-Journey-Audiobook/164886015X

Press Page: https://farrowcommunications.com/showcase/gary-bengier-press-page/

Author Website: https://garyfbengier.com

Unfettered Journey Book Video Trailer: https://youtu.be/j7DcRGDL5gM

The Story Behind Unfettered Journey—the Author Discusses the Novel: https://youtu.be/i1HPwAm31KI

Author Book Clubs page: https://garyfbengier.com/bookclub

Facebook: https://www.facebook.com/garybengierauthor/

Twitter: https://twitter.com/GaryFBengier

Instagram: https://www.instagram.com/garyfbengier/

Goodreads: https://www.goodreads.com/author/show/20400105.Gary_F_Bengier

Amazon Author Page: https://www.amazon.com/Gary-F.-Bengier/e/B089NGFKGT

LinkedIn: https://www.linkedin.com/in/gary-f-bengier-9135313/

https://unfetteredjourney.com/

https://chiliagonpress.com/

Louis Daufresne reçoit Pierre Ménat

Le Grand Témoin 7h30

7 janvier 2021 : Pierre Ménat, ancien ambassadeur, ancien directeur Europe du ministère des Affaires étrangères, auteur de « Dix questions sur l’Europe post-covidienne » (L’Harmattan)

Réécouter : https://radionotredame.net/emissions/legrandtemoin/07-01-2021/

Pierre Ménat, ancien ambassadeur, ancien directeur Europe du ministère des Affaires étrangères. Auteur de « Dix questions sur l’Europe post-covidienne » (L’Harmattan)

Laurent Lemire, excellent lecteur de Philippe Zaouati, l’interviewe sur Radio Notre Dame

 « Décryptage » de Laurent Lemire

5 janvier 2021 : Que se cache-t-il derrière le terme Finance verte ? Réécouter l’émission

https://podcasts.apple.com/us/podcast/5-janvier-2021-que-se-cache-t-derrière-le-terme-finance/id1206375348?i=1000504465027

300_____applaudissez moi_353

Philippe Zaouati, directeur général de Mirova, filiale de Natixis IM, spécialisée dans la finance durable, et fondateur et président du think tank « Osons le progrès ». Il est l’auteur de « Applaudissez-moi ! », publié chez Pippa

_CV_PANCRAZIO.inddLionel Pancrazio, ingénieur, qui publie aux éditions de Boeck « Stratégies durables pour la ville »