Pop rock Canada : « un roman qui démystifie les mécanismes du rock » (Marie Desjardins)

LIVRES

Le roman Ambassador Hotel

Ambassador Hotel

Roman de Marie Desjardins 

Par Louis Bonneville

Les biographies dédiées aux rockers sont devenues monnaie courante au cours de la dernière décennie. Pas de surprise à ce sujet : la majorité des précurseurs iconiques du rock sont maintenant en bout de vie, ou pire, trépassés. Ce type de littérature est destiné à ceux qui s’intéressent sérieusement à ce style musical, ce qui leur permet de comprendre de l’intérieur la trame du cheminement d’une idole. Par ailleurs, on le sait : le mode de vie de la rockstar en est un d’excès et d’excentricités en tout genre. Manifestement, il réside dans le fondement de ce type de personnalité une prédisposition à un étrange clivage, soit celui qui pousse l’individu à emprunter un parcours éclaté plutôt qu’à épouser une prétendue normalité de vie. Les exemples sont nombreux et souvent tragiques : certains de ces jeunes élus à cette célébrité, en effet, connurent une mort précoce. Référons- nous à la liste (tristement notoire) du club des 27 ans et à sa première génération de défunts, tous morts entre les 3 juillet de 1969 et 1971 : Brian Jones, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Jim Morrison et Alan Wilson (ce membre clé du groupe Canned Heat, rarement mentionné). Ces parcours éclatés témoignent sans conteste de la grande part de détresse psychologique et du dysfonctionnement social de ces légendes du rock. Mais au-delà de ces aspects gravement ténébreux, le fil d’Ariane de la vedette rock profite d’un point phare qui la guide : son succès touche une quantité considérable d’auditeurs. Cela procure à l’artiste l’assurance de sa longévité, étant donné la diffusion de son legs.

Marie Desjardins connaît bien le rouage de la biographie, s’y étant livrée à plusieurs reprises, notamment avec Vic Vogel, histoires de jazz et Sylvie Johnny Love Story. Mais ici, avec Ambassador Hotel, grâce à la forme fictive qu’offre le roman, l’auteure couvre un champ de possibilités beaucoup plus vaste, se libérant ainsi du confinement du genre biographique proprement dit qui oblige à la relation de faits, voire à la censure. Ainsi, le défi que Desjardins s’est lancé en est un de taille : élaborer de toutes pièces une rockstar à la personnalité complexe, tout en lui faisant parcourir le fil historique du hard rock et de toutes ses infimes subtilités.

Baptisé d’un nom prédestiné, Roman Rowan (R&R) est le protagoniste de cette odyssée rock. Il incarne un chanteur anglais charismatique au puissant registre vocal. Il évoque sans équivoque ces leaders qui ont marqué profondément le hard rock : Ian Gillan, Robert Plant, Paul Rodgers, Roger Daltrey et David Coverdale. En parcourant les nombreuses pages de ce roman (574), nous vivons par procuration l’entièreté du passage de la rockstar au sein de ce monde frénétique et énergique. La toile de vie de Rowan se tisse de chapitre en chapitre, de son adolescence à la fin de sa flamboyante carrière, également marquée de diverses frustrations. Une panoplie de personnages stéréotypés (mais non banals) de ce milieu viennent se greffer à ce parcours : musiciens, familles, groupies, agents, journalistes, photographes et autres. La multitude de détails fournis sont d’une telle précision que la conclusion devient évidente : ce chanteur éclectique incarne à lui seul le hard rock, et ce, à travers certains de ses thèmes clés historiques : amours, alcools et stupéfiants, aéroports, chambres d’hôtel, trajets interminables, loges, concerts, enregistrements d’albums, bars, vacances, gloires, échecs, discordes et angoisses.

C’est le 5 juin 1968 que Rowan et son récent groupe, RIGHT, scellent leur avenir en se trouvant à l’Ambassador Hotel, soit au moment fatidique où Bobby Kennedy y est fusillé. Le groupe compose alors le hit « Shooting at the Hotel » qui relate cette tragédie, une pièce qui devient ipso facto le jalon de leur carrière. Cette chanson n’est pas sans être analogue à « Smoke on the Water » de Deep Purple, qui tient aussi la position d’épicentre dans le succès de la formation, et dont les paroles réfèrent également à un malheur auquel le groupe a assisté, en témoin silencieux. RIGHT portera ainsi le poids du succès de cette chanson, tel un stigmate d’une certaine forme d’opportunisme. De fait, le morceau sera le voile ombrageant leur œuvre.

L’éclosion du rock aux États-Unis est somme toute récente. Dans les années cinquante, Sam Philips lance cette musique dans son studio d’enregistrement Sun Records à Memphis. Il met sous contrat des blancs-becs « blancs » et, avec eux, il reconstitue en quelque sorte ce que les frères Chess enregistrent à Chicago. En effet, ce sont Elvis Presley, Carl Perkins et Jerry Lee Lewis qui profitèrent du talent de Chuck Berry, Bo Diddley et Little Richard. Ce Memphis rock and roll et ce Chicago blues/early rock (et autres courants connexes) eurent un écho percutant chez les jeunes Anglais. Rapidement, dans la foulée du British Invasion, ces musiques s’intellectualisèrent (d’une certaine manière) et se métamorphosèrent en diverses avenues. Le hard rock est un de ces dérivés qui eut un fort retour d’écho partout en Occident. Encore aujourd’hui, la boucle retentissante n’est pas refermée. On le constate avec de jeunes groupes tels que Greta Van Fleet qui fait un tabac, se révélant parfait héritier de ce courant musical.

Marie Desjardins a exploré et démystifié ce genre musical du haut et du bas, de l’intérieur et de l’extérieur, et ce, dans son énergie et son émotion. Elle a compilé tous les clichés du genre avec une acuité rare dans leur compréhension – le hard rock est devenu plus réel que nature sous sa plume… Ambassador Hotel est un ouvrage qui se doit d’être exposé, et, corollairement, trouver son lecteur. Avec cette nouvelle et incontournable perspective sur ce mode de vie tordu, Desjardins a relevé le défi.

BANNIERE: DANIEL MARSOLAIS
WEBMESTRE: STEVEN HENRY
ASSISTANTE RÉDAC’CHEF: MURIEL MASSÉ
RÉDAC’CHEF: GÉO GIGUÈRE

La Rock Star et les femmes : encore un article superbe sur « Ambassador Hotel » de Marie Desjardins

Le par Isabelle Brisson

À travers la radiographie ou le scanner d’une Rock Star archétypale, la Québécoise Marie Desjardins – de passage à Laurens (Hérault) – nous parle de Roman Rowan, son héros d’« Ambassador Hotel », un pavé de 587 pages rédigé en trois ans, « le roman que toutes les femmes doivent lire pour connaître les hommes ».

50 ans d’histoire du rock

Par respect pour les artistes qu’elle a connus, Marie a brouillé les pistes afin de décrire le plus précisément possible la psyché d’une Rock Star sur le retour. « Pour atteindre une vérité que la biographie factuelle ne donne pas », estime-t-elle. Ici il s’agit d’un britannique du type Mike Jagger, personne la plus vue sur la planète. En fin de parcours, à près de 70 ans, Roman Rowan fait le bilan de 50 ans d’adulation, de travail et d’épreuves. Le 4 juin 1968 son groupe de rock émergeait lors de l’assassinat de Bob Kennedy à l’Ambassador Hotel, rasé depuis. L’ouvrage est aussi 50 ans d’histoire du rock et de la société dans 25 villes aux États-Unis, Mexique, Argentine, Roumanie, Russie, France, … Et bien sûr l’histoire des femmes qui ont compté pour lui.

Roman et ses femmes 

La troisième partie du livre est dédié aux femmes qui ont compté pour Roman. La sienne doit accepter d’être trompée. Elle ferme les yeux sur ses écarts, pourvu qu’il revienne à la maison. Elle doit être solide, froide, choisir d’en faire un père et profiter de son argent. Son ex-compagne a partagé ses dix meilleures années, rongée par l’inquiétude, elle lui fait vivre un enfer, il la quitte, elle ne s’en remettra jamais. Sa mère, une intellectuelle qui ne s’est pas réalisée dans sa profession, trouve dur que son fils abandonne ses études pour le rock et reste sur ses principes. Sa sœur enfoncée dans une grande frustration vit dans la middle class londonienne. Sa fille, perdue, gâtée, hyper encadrée par sa mère trouve difficilement sa voie. Enfin, sa groupie, une ado qui se fait engager comme fille au pair, se suicide dans le garage de Roman en écrivant « I love you » sur son pare-brise.

Un mâle fini

« J’ai la fascination de la puissance des Rock Stars », avoue Marie qui a aussi publié un livre sur Sylvie Vartan et Johnny Hallyday. Dans son dernier livre, elle montre l’envers de la médaille. Comment ses personnages arrivent au dernier concert, ce que représentent les coulisses, la solitude au-delà des partouses. Comment ils vivent et ce qu’ils pensent de leur succès. Roman commence à comprendre ce qu’il a provoqué et voit qu’il a abusé de tout, trop bu, fumé, baisé, … Son corps est épuisé, sa virilité ne suit plus. C’est un mâle fini. Il n’a pas eu de véritable histoire d’amour. C’est l’échec de la Rencontre. Son égo surdimensionné lui a interdit de se connecter avec son véritable alter ego.

Pourtant notre héros peut aussi se montrer un tendre. Il est le roi d’un groupe avec ses attentes, ses succès et ses failles, un profil qui touche le cœur du lecteur et le mène de façon originale dans un monde musical particulier.

Isabelle Brisson
Mid&SudOuest

Lire de Marie Desjardins Ambassador Hotel (mai 2018, €19), Sylvie Johnny love story (Éditions du Cram)
Voir Bohemian Rapsody, A star is born
Écouter Mon pays c’est l’amour, album posthume de Johny Halliday

Un écrivain du Québec surfe sur la vague Sylvie-Johnny en France

Un écrivain du Québec surfe sur la vague Sylvie-Johnny en France

Marie Desjardins est un écrivain prolifique dont on parle peu au Québec. Auteur de romans, biographies, essais et divers articles, elle vient de faire paraître Ambassador Hotel, une fiction sur la dernière tournée d’une rock star, qui, en France a récolté une kyrielle de critiques élogieuses. (À lire l’article de La Métropole*).  Débarquant à Paris cet automne pour promouvoir ce livre sur le rock, Marie Desjardins s’est sans s’y attendre retrouvée en plein tourbillon médiatique. Toute la presse, attendant la sortie d’un CD posthume, était tournéesur Johnny, le seul et unique. Une déferlante qui a fait ressurgir dans les rédactions le seul et unique roman jamais écrit sur les amours du chanteur avec sa première femme : Sylvie Johnny Love Story. Lire la suite ici : http://lametropole.com/arts/litterature/un-ecrivain-du-quebec-surfe-sur-la-vague-en-france/?fbclid=IwAR0OcfcaYeIO3w2z9baux6us7t8nNWe6VbCzH5NHIU_dFxSGHAchDiz6iSg

« Ambassador Hotel : le livre dont vous êtes le rockeur » par l’excellent Benjamin Berton

Roman-fleuve et véritable page turner, Ambassador Hotel déjoue la malédiction qui touche (généralement) les romans consacrés exclusivement au rock pour nous plonger, en totale immersion, dans la longue et sinueuse vie d’un groupe dinosaure fictif.

Le livre, écrit par l’écrivain canadien Marie Desjardins, démarre à Montréal en 2014, alors que le groupe RIGHT (en majuscules) entame sa dernière tournée internationale. Fondé plus de 50 ans auparavant, RIGHT est un groupe de rock progressif qui se situe quelque part entre Led Zeppelin (pour la musique) et les Rolling Stones (pour tout le reste). Emmené par un chanteur ultra charismatique et héros nostalgique de ce roman, Roman Rowan, RIGHT est un groupe de costauds à guitares dont la renommée n’atteint certes pas celle de Jagger et sa bande mais qui évolue toutefois dans la plus haute division du rock international. De salles en salles et de concerts en concerts, on suit RIGHT dans sa dernière configuration scénique, c’est-à-dire un mélange de jeunes pousses et d’anciens, tandis que Roman Rowan effectue le bilan de sa vie et est hanté par les fantômes de sa jeunesse.

Petites chattes et électricité

L’écrivain Marie Desjardins construit ses presque 600 pages avec une belle assurance, découpant le récit autour de « séquences » marquantes qui entremêlent le récit de l’ultime tournée avec des flashbacks de l’histoire du groupe. On suit ainsi la formation du groupe, l’agrégation de deux cellules souches ennemies et complémentaires l’une menée par le chanteur et l’autre par sa némésis et en même temps catalyseur de talent, le pianiste surdoué et dingo Bronte. Mais l’événement déterminant ici est le séjour du groupe à l’hôtel Ambassador Hotel lors du fameux soir en 1968 où Bob Kennedy se fait tirer dessus. Roman Rowan et son compère composent alors une chanson à chaud sur l’événement, Shooting at The Hotel, qui cartonne et les propulse dans la stratosphère médiatique, alors que le groupe végétait depuis quelques années en seconde division. Le procédé est balourd et pas forcément des plus crédibles (on voit mal comment cet événement important, mais pas historiquement décisif, aurait pu accoucher d’un groupe générationnel quasi instantanément) mais fonctionne si on y croit. Dès lors, RIGHT est intouchable et devient grand. La chanson les suit partout et devient leur sésame pour la grande vie, en même temps que le fardeau des one-hit wonders.

I shot the Kennedy

Desjardins décrit avec passion le quotidien d’un groupe de ce type : l’alcool, le sexe (les groupies, les chattes, les jeunes filles en fleurs/pleurs), les tiraillements internes, le poids des entourages, la descente qui suit les tournées. La narration est attentive et rend à la perfection le caractère rébarbatif et répétitif des tournées, les tentatives d’isolement et l’installation d’une forme de routine organisée au sein même d’une décadence sans règle. Le livre pourra en ennuyer certains pour cette raison même mais la répétition sadienne des scènes, des orgies, des baises relaxantes du goûter et des excès est admirable et probablement l’acquis majeur du roman. Roman Rowan est hanté tout du long par la figure d’une de ses conquêtes disparues, Havannah, une photographe cubaine, dont il capte le souvenir au gré de ses pérégrinations autour du monde. Ambassador Hotelfonctionne comme un James Bond en nous faisant voir du pays. La tournée se déploie sur tous les continents avec la même émotion et le même méthodisme froid, mécanique et en même temps intime, gigantesque et à fleur de peau. La deuxième des trois parties utilise la réalisation d’un DVD en l’honneur des 70 ans de Roman Rowan pour proposer une habile biographie orale de ce dernier par les siens qui n’exploite pas tout à fait son potentiel. Si le procédé est chouette, Desjardins n’en tire pas suffisamment de matière pour offrir un contrepoint enrichissant sur son personnage principal. Roman Rowan fascine mais ne dépasse que rarement le cadre qu’on lui a assigné : celui d’un rockeur quelque peu torturé mais finalement assez simple à cerner dans son attirance pour la liberté et la peur de finir seul. Ceux qui gravitent autour de lui entre Bronte le génie contrarié, Clive l’ami fidèle, son épouse et sa fille constituent une galerie de personnages attendue mais plutôt bien croquée.

Ambassador Hotel vaut aussi pour les belles descriptions de concerts qu’il propose. On sent le frisson des guitares, l’angoisse du chanteur, l’électricité de la relation au public, le flash du succès comme si on y était.

Avec ses nombreuses qualités et ses quelques défauts (une écriture passe-partout et des longueurs), Ambassador Hotel n’en reste pas moins un excellent moment de lecture et une belle réflexion sur ce qu’est faire partie d’un groupe à succès. Desjardins se dégage très bien du caractère fictif de son groupe (souvent rédhibitoire dans ce genre d’exercice) pour nous embarquer dans la tournée la plus sexy et la plus grandiose à laquelle on aura jamais accès. Rien que pour ça, le livre plaira à tous ceux qui comme nous ne vivront jamais cela que par procuration. Ambassador Hotel est la lecture de vacances idéale.

Ambassador Hotel de Marie Desjardins Editions du CRAM – 587 pages

Entretien avec Marie Desjardins pour Profession spectacle

MARIE DESJARDINS : « LE ROCK N’EST PLUS À INVENTER : CETTE GRANDE ÉPOQUE EST TERMINÉE »

Née à l’aube des années 60, Marie Desjardins a notamment grandi au son de la chanson française et des riffs du rock, et au gré des œuvres de jeunesse, de la comtesse de Ségur à Bob Morane. Aujourd’hui écrivaine québécoise à l’œuvre prolifique et éditrice au sein des éditions du CRAM depuis un an, elle vient de faire paraître Ambassador Hotel, un roman fleuve de quelque six cents pages, dans lequel elle raconte l’histoire d’une rock star archétypale, de ses premiers errements à l’ultime tournée triomphale.

Rencontre autour d’une carrière, de goûts, de livres, de sons, d’une quête biographique et romanesque.

Interview.

Vous avez travaillé sur des personnalités très différentes, pour ne pas dire aux antipodes, entre Vic Vogel et la Comtesse de Ségur, Irina Ionesco, les geishas ou encore sainte Kateri Tekakwitha. Comment ces personnalités, souvent des femmes d’ailleurs, viennent-elles à vous ?

Je n’aime ni les catégories, ni les classifications, ni les ghettoïsations. Les sujets sont toujours liés à des circonstances. Les ouvrages sur les geishas japonaises et Irina Ionesco sont le fruit de rencontres, notamment avec les éditions des femmes, alors que j’habitais en France et que je cherchais du travail. Irina Ionesco est un personnage en soi : je l’ai rencontrée et fréquentée, au point que nous sommes dans une certaine mesure devenues amies. Elle voulait raconter sa vie, qui consistait en des morceaux épars d’une poésie extraordinaire en attente d’être structurés. J’aime, lorsque je travaille sur une personnalité, l’étudier et la respecter ; cela vient de ma formation d’archiviste. L’ouvrage sur Vic Vogel est très différent : il est né de notre rencontre, de notre amitié préexistante.

( … ) Pour lire le coeur de l’interview, rendez-vous ici : https://www.profession-spectacle.com/marie-desjardins-le-rock-nest-plus-a-inventer-cette-grande-epoque-est-terminee/ 

… et de l’exil, thème très présent dans votre œuvre.

Exactement ! Le thème de l’exil me fascine, au point qu’il est présent dans presque tous mes livres. C’était évidemment omniprésent dans le parcours de la comtesse de Ségur. Après être arrivée en France, à l’âge de dix-huit ans, Sophie Rostopchine n’est jamais retournée en Russie, contrairement à toute sa famille ; elle s’est construite sur un déchirement. Pendant cinquante-cinq ans, elle a vécu en France, ne revoyant sa mère et sa sœur qu’une fois, et n’a jamais parlé russe à ses huit enfants. Jamais ! Durant les quatorze jours d’agonie qui ont précédé sa mort, rue Casimir-Périer, elle n’a déliré qu’en russe, si bien que les enfants ne comprenaient pas. Cette anecdote est le prologue de mon prochain livre : que voit-elle ? Si elle délire en russe, ce ne peut être rien d’autre que sa jeunesse, certainement pas l’âge adulte. Ce n’est pas possible autrement : c’était un secret trop enfoui, qui éclate à la fin. La Russie est un pays fascinant ! Je dévore aujourd’hui tout ce qui touche au Romanov… Ce n’est pas pour rien que le héros d’Ambassador Hotel s’appelle Roman.

Pour conclure, quel était votre roman préféré de la comtesse de Ségur ?

J’ai beaucoup aimé Après la pluie, le beau temps, parce que c’est une histoire d’amour, ainsi que les Mémoires d’un âne. Et puis, évidemment, Les Malheurs de Sophie, parce que c’est très proche d’elle.

Propos recueillis par Pierre MONASTIER

Marie Desjardins, Ambassador Hotel, Éditions du Cram, Canada, 2018, 593 p., 19 €

Paul SUNDERLAND, lecteur exceptionnel de Marie DESJARDINS

Ambassador Hotel, de Marie Desjardins : Rock et Paléolithique

Par Paul Sunderland 

Selon les données de la Tradition Primordiale, le meurtre d’Abel par Caïn correspond à l’ascendant pris par la civilisation de l’agriculture sur celle des chasseurs-cueilleurs, autrement dit le passage de la période dite du Paléolithique à celle dite du Néolithique. Toujours selon la même source, la civilisation d’Abel, paléolithique, se caractérisait par une utilisation de l’espace, étant d’essence nomade, tandis que celle de Caïn, néolithique, sédentaire et agricole, se fondait avant tout sur le temps.

La loi de compensation fait qu’un peuple « spatialisé » produit un art basé sur le temps, le rythme : ce sont les pâtres qui inventèrent la musique, le chant, la poésie. À l’inverse, un peuple fondant son existence sur les saisons, le temps qui passe, celui des semailles et des moissons, produit des réalisations spatiales, architecturales : des agriculteurs du néolithique naquirent les villes. (Sous ce rapport, l’opposition milieu urbain / milieu rural n’est peut-être pas aussi tranchée qu’elle le semble.)

Il est vrai que Marie Desjardins n’aborde pas ces questions dans son roman Ambassador Hotel. Dans ce consistant volume, nous découvrons l’histoire d’un groupe de rock, RIGHT (en majuscules), issu des années soixante et entretenant sa légende jusque dans les premières années du vingt-et-unième siècle. Plutôt que d’écrire l’histoire d’un groupe véritable, Desjardins a volontairement créé un groupe fictif parce que cette solution permet d’explorer sans embarras tous les ressorts, y compris les plus insoupçonnés, d’une carrière artistique inscrite dans une période précise de l’Histoire, et pas n’importe laquelle.

« Il avait l’impression d’être Elvis. C’était divin. Il se foutait complètement d’avoir mal dormi sur le matelas de camping empestant le moisi dans la camionnette, aux côtés de Derek et de Burt, l’un ronflant, l’autre lui ayant grimpé dessus pendant la nuit. » Ces trois phrases sont hautement significatives. L’histoire de RIGHT est d’abord celle de son frontman, Roman Rowan. Nous sommes dans les années soixante, en Grande-Bretagne, là où l’ancien bardisme n’a pas encore épuisé ses feux. De manière assez classique, Rowan est un jeune homme réfractaire au milieu urbain petit-bourgeois au sein duquel il a vu le jour. Influencé par les (déjà) icônes du rock de la décennie précédente, il va chercher un chemin autre que celui déjà formaté par sa famille (bienveillante au demeurant) et la société britannique.

Ainsi débute un cycle assez familier : l’absence de moyens financiers, les concerts chichement rémunérés dans des pubs à droite à gauche, les longs trajets en camionnette pourrie et les turpitudes sexuelles, la fascination pour ceux qui sont en train de réussir à percer, les inventeurs du psychisme pop à l’anglaise, à deux doigts de conquérir l’Occident. Mais ce que Roman Rowan ne sait pas, c’est que pour lui, en quelque sorte, tout est déjà en place de son parcours. Il va se retrouver dans un processus de sélection qu’on pourrait appeler le destin : de parfait inconnu, il deviendra parfait chanteur de rock et cette sorte d’émondation va s’opérer autour de lui et sur lui-même. Un autre terme pour cet affinage, peut-être plus approprié, sera utilisé plus loin.

Du point de vue du protagoniste, un certain nombre d’événements historiques interviennent en sa faveur. Trois seront retenus ici. Le premier est sa rencontre avec Clive, celui qui deviendra son bassiste de prédilection et bien plus : un frère. Le deuxième est sa rencontre avec Bronte Gardner, frontman du groupe Bronteshire qui a déjà connu le succès mais dont l’arrivée de Rowan va marquer la fin. Le troisième est l’assassinat de Robert Kennedy, peu après minuit, le 5 juin 1968.

Le duo inoxydable qu’il va former avec Clive signifie que d’autres musiciens, d’autres candidats seront rejetés. La rencontre avec Gardner a, quant à elle, ceci de très particulier qu’elle est cette fois un cas de gémellité contrariée : Gardner est une sorte de double noir de Rowan. Dire qu’il y a de suite un conflit d’egos entre eux est juste mais on peut aller plus loin. « Gardner », le « jardinier », est en quelque sorte l’agriculteur, le « caïnite » du drame, alors que « Rowan », le « sorbier des oiseleurs », est lui-même la pousse. Il s’en faut de très peu que les deux hommes, bourrés de talent au point d’être habités d’un élément surnaturel, collaborent de manière insigne et bouleversent encore davantage la scène musicale. Toutefois, Gardner se retirera. Un occultiste pourrait dire que ce dernier est un pratiquant de la « voie de la main gauche » tandis que Rowan, solaire, se tient du côté de la « voie droite » (« right », justement).

Rejeté de même, le demi-frère adultérin de Rowan auquel il est fait plus d’une fois allusion mais que nous ne verrons jamais. Le troisième événement, l’assassinat de Robert Kennedy, se produit le jour où le candidat à la primaire démocrate (en vue de la présidentielle américaine) et les membres de RIGHT se trouvent à l’Ambassador Hotel, établissement de Los Angeles qui n’existe plus aujourd’hui. De cette tragédie sortira Shooting at the Hotel, tube dès lors béni et maudit de RIGHT.

Dans cette vie consacrée à la musique, tout est sacrifice et petit à petit, Rowan s’approchera de cette vérité. Lui-même, de « sacrificateur » (femmes lui tombant dans les bras, offrandes-suicides de fans) devient « sacrifié », c’est-à-dire littéralement rendu sacré, délesté de sa condition « profane ». Il ne s’agit pas seulement du fait d’atteindre au cours des concerts des exaltations proches de la transe ; il faut payer de sa personne afin de capter cette sorte de « paléo-énergie » venue du fond des âges, des pâtres-mages. (Presley, un autre crucifié du rock, l’avait compris.) Dans un monde généralement privé d’initiation, de vie intérieure, dans une sphère d’activité où l’argent prime sur beaucoup de choses, Roman Rowan parvient, par étapes successives, à se dessaisir d’entraves égotistes et à élargir ses prestations scéniques au point d’en faire des cérémonies durant lesquelles, comme son patronyme l’indique, il parvient à chanter ce qu’en ésotérisme on appelle la langue des oiseaux, c’est-à-dire la langue du Ciel, des états de conscience supérieurs et des initiés. (En outre, « Roman Rowan » et « rock ‘n’roll » possèdent des sonorités pas excessivement éloignées l’une de l’autre, suggérant peut-être ainsi la nature hypostatique du premier.) Il est remarquable par ailleurs de constater à quel point, au fil des ans, le personnage devient absolument maître de lui-même, notamment face aux représentants de la presse professionnelle. Pas de mensonge, pas d’hypocrisie dans les propos convenus qu’il donne en réponse aux questions (la plupart du temps) sans originalité : c’est que Rowan a développé un aspect « exotérique » destiné au plus grand nombre, y compris ses proches. C’est dans son for intérieur que l’aspect « ésotérique », réservé au petit nombre (mais pressenti par un journaliste en particulier), se développe.

De manière astucieuse, Marie Desjardins a choisi une narration pyramidale : nous suivons à tour de rôle les débuts de Roman Rowan, son ascension dans les années soixante et sa vie dans la période post-hippie. (Le mouvement hippie, le communautarisme psychédélique reçurent deux coups de semonce en 1969 avec les événements du concert d’Altamont et de la Manson Family. Le coup d’arrêt, toutefois, vint en 1973 à l’occasion du premier choc pétrolier.) La première phase est la remarquable peinture de la montée en puissance du rock d’Albion. Les sources d’inspiration artistique y sont parfaitement comprises et restituées par Desjardins (entre autres la filiation fascinante avec le romantisme hugolien et, d’une manière générale, le courant décadentiste de la fin du XIXè siècle, l’influence de la Golden Dawn). La seconde période biographique montre en quelque sorte la gueule de bois après le rêve Peace & Love, les difficultés de cohésion du groupe, les premières usures du temps et les déserts à franchir.

Les deux voies s’élèvent au fil de la lecture pour converger vers l’apex de la pyramide : l’ultime concert de RIGHT, donné de nos jours. Le groupe, internationalement connu, connaît son apothéose. De la fourgonnette déglinguée des commencements aux avions de ligne tout confort, Rowan sillonne la Terre en bon pâtre qu’il est. Subsistent néanmoins malgré la gloire, la reconnaissance, les souffrances, les interrogations. Quel sens donner à la mort de Robert Kennedy, tremplin non calculé de RIGHT ? Comment ne pas se sentir coupable d’avoir reçu cette chance ? Que penser de la rencontre manquée entre Rowan et la photographe Havana ? C’est pourtant là que la révélation va se faire, à l’occasion d’un incident en apparence anodin. Roman Rowan, l’obscur petit Londonien de quinze ans que le rock fascinait déjà en 1960, en a maintenant soixante-dix et il connaît désormais le véritable couronnement de sa carrière, au milieu d’une foule qui ne remarque rien. Il a toujours été question, en effet, de sacrifice (dans le texte vétérotestamentaire, l’offrande d’Abel, agréée par Dieu, est celle d’un premier-né ; il ne pouvait donc revenir qu’à Roman, premier-né de son père, et pas son demi-frère, de porter la charge sacrificielle) mais c’est à cet instant seulement qu’il le comprend. Comme le sorbier dont il porte le nom, il donne ses fruits à l’automne.

La retraite dorée sera-t-elle toutefois marquée par un désœuvrement délétère débouchant sur la mort ? Imaginons qu’une fois au sommet de la pyramide, nous poursuivions le tracé des deux lignes : un retournement se produit et donne lieu à un évasement, une ouverture. Et en effet, les toutes dernières lignes du roman semblent vérifier le dicton selon lequel le rock ‘n’roll ne mourra jamais. Chassez le sacré par la porte, il revient par la fenêtre. Marie Desjardins, avec brio, nous conte dans Ambassador Hotel le pourquoi et le comment de la chose.

« Un roman envoûtant » selon Argoul pour « Ambassador Hotel »

Marie Desjardins, Ambassador Hotel

Marie Desjardins, auteur francophone nord-américaine, a publié plusieurs biographies et des écrits sur le jazz et la musique populaire (Sylvie-Johnny love story, Vic Vogel histoire de jazz). Elle se lance avec ce roman dans la carrière mythique d’un groupe de rock inventé, RIGHT, dont le nom est formé par les premières lettres de chaque homme du groupe (aucune femme). Outre le talent de chacun, Clive à la guitare basse, John puis Lincoln à la batterie, Bronte puis Mick au piano, c’est bien la voix de Roman, le chanteur, qui emporte tout. Il est le personnage principal, le héros, la star du rock.

Le dessin de couverture reproduit son portrait donné à la fin du livre, p.546, lorsqu’il était au tout début de sa vingtaine : « lors du concert spécial qu’il avait donné à Londres en 1968 pour souligner la sortie de [l’album] Right There, torse nu, pectoraux saillants, micro brandi devant sa bouche démesurément ouverte – une vraie gueule. »Curieusement, le puritanisme nord-américain qui monte censure les tétons, même des hommes. Or, l’auteur le montre, le rock est né dans les milieux populaires anglais des années 1960, Roman à Twickenham, et avait pour objectif de faire éclater le carcan rigide de conventions et de pudibonderie de la très petite bourgeoisie victorienne confite en macération religieuse. Le torse nu était de rigueur, sur scène et ailleurs, garçons comme filles, et les rock stars n’hésitaient pas à déambuler entièrement nus dans leurs loges ou autour des villas louées pour enregistrer les albums.

Le torse nu, montrer ses muscles, était le symbole viril du mâle qui s’affirmait, de l’artiste contre les valeurs du négoce et de l’abrutissement industriel, un appel sexuel et un symbole d’énergie. Car il y avait de la vie dans le rock, bien plus qu’aujourd’hui dans le rap ! Le bruit, le rythme, le cri, étaient autant que les inventions, les mélodies et les paroles, porteurs de sens. Il s’agissait de fusionner le temps d’un concert, de laisser entrevoir une autre vie, de porter le public dans un état que la société banale ne pouvait provoquer – sauf en guerre, peut-être.

Les filles ne s’y trompaient pas, qui tombaient amoureuses, s’enflammaient comme des groupies, n’hésitaient pas à tailler pipe sur pipe aux proches techniciens pour accéder aux coulisses et voir de près ou même toucher l’idole qui allait chanter. Roman profite d’un temps de soliste pour saisir une groupie qui cherche à se hisser sur la scène, l’entraîner dans les coulisses et la baiser tout de go (p.234). Aujourd’hui, les aigries diraient qu’il la viole, mais la fille était consentante, ô combien ; elle comme d’autres ont gardé longtemps des étoiles dans les yeux et des frissonnements dans le con d’avoir été baisées par un demi-dieu. Notre auteur reste muette sur les désirs des garçons pour leur semblable, cela ne semble pas être socialement correct au Canada aujourd’hui, même si elle a cette phrase ambigüe lors d’un déplacement à 17 ans de Roman avec deux potes, pour faire de la musique à Londres : « Il avait l’impression d’être Elvis. C’était divin. Il se foutait complètement d’avoir mal dormi sur le matelas de camping empestant le moisi dans la camionnette, aux côtés de Derek et de Burt, l’un ronflant, l’autre lui ayant grimpé dessus pendant la nuit » p.42.

Né en 1945, Roman Rowan au curieux nom dont les lettres m et w constituent comme les deux mandibules d’une mâchoire narcissique, a 15 ans en 1960. Il baise à 14 ans, lâche le lycée qui l’emmerde, envoie du « cause toujours » à sa mère qui veut régenter son adolescence, constitue un groupe de rock dans un garage avec deux potes et donne des représentations à 17 ans. Mais c’est le 5 juin 1968 que son groupe va enfin émerger, à l’Ambassador Hotel, rasé depuis, où Bob Kennedy se fait descendre par un taré. La chanson produite à chaud dans l’effarement et l’émotion, Shooting at the Hotel, deviendra célèbre, reprise en boucle sur les radios durant des années. L’un meurt pour l’humanité, l’autre chante pour l’humanité, ainsi se passe le flambeau, dans le hasard et la chance.

A 69 ans, pour ses derniers concerts dans le monde, Roman Rowan revient sur sa vie mouvementée et s’interroge : qu’en a-t-il fait ? Il a créé du lien, comme on dit aujourd’hui ; il a remué les foules, a enchanté des générations, a baisé des centaines de filles ravies ; mais un Mexicain s’est tué devant la scène, une fille s’est suicidée de désespoir – les dieux sont dangereux. Il a eu trois épouses – la première était une pute – et une fille, niaisement prénommée Chance. Mais la femme qui l’a le plus marqué, outre sa mère Eirin, fut une cubaine exilée, Havana. L’auteur ne se foule pas pour choisir les noms : Clive venant de Guernesey s’appelle Hélier comme la capitale de l’île, la cubaine comme La Havane… Havana a vu Roman lorsqu’elle avait 6 ans à l’Ambassador Hotel, ce fameux jour où… Elle a pris une photo au Kodak instamatic que lui avait offert sa grand-mère, et Roman lui a fait un grand sourire comme s’il la comprenait. Quarante ans plus tard, elle a repris contact pour faire un livre de photos sur cet homme, mais elle était trop réaliste et fouillait trop profond dans les intimités – Roman effrayé a pris ses distances. Pourtant, c’est peut-être elle qui a le mieux compris la solitude du chanteur de fond.

Ce pavé romanesque, c’est du lourd – 660 g, j’ai pesé. Il est obèse à l’américaine et aurait été plus séduisant un brin svelte, plus dynamique une fois musclé le texte, telle l’image donnée du héros. Il est construit en quatre parties : la première alternant les débuts dans les années 60 et la fin en 2014 ; la seconde faisant témoigner divers acteurs ; la troisième reprenant des moments-clés ; la quatrième contant les derniers concerts. Subsistent, pour les Européens, des anglicismes curieux comme « performer » pour offrir une représentation, « inspirante » qui ne veut rien dire et « publiciser » pour en faire la publicité. Ou encore « la » Nikon pour désigner « l’appareil photo » Nikon (donc au masculin), « le » party pour une partie (genre boum) ou « la »passe pour le passe (partout) destiné à entrer quelque part, confusion vite pornographique si l’on se laisse dire. Je reste dubitatif aussi sur « le corps éthérique » p.18 et « le système ambiophonique » p.277 qui sonnent plus furieusement globish que français.

Ces originalités et ce poids n’empêchent pas le roman de Marie Desjardins d’envoûter. Il fait revivre une époque révolue, celle de la jeunesse de beaucoup. Il montre surtout combien « le sexe » que l’on reproche à mai 68 et à ses suites comptait moins que l’énergie, et que le partage fusionnel comptait plus que l’éclatement individuel. Deux façons de voir le monde que nous avons perdues, régressant à la pudibonderie effarouchée et à l’égoïsme sacré. Pour comprendre ce changement du monde, je vous recommande vivement ce gros roman d’époque.

Marie Desjardins, Ambassador Hotel – La mort d’un Kennedy, la naissance d’une rock star, 2018, Editions du CRAM (Canada), 593 pages, €19.00 e-book Kindle €12.99

Une entrevue avec l’auteur sur YouTube

Attachée de presse Guilaine Depis, 06 84 36 31 8

Le grand Pierre Monastier, sévère sur le livre de Pascuito, trouve « Ambassador Hotel » indéniablement réussi.

LES 80 ANS DE ROMY SCHNEIDER ET LA MORT DU ROCK

Le roman exceptionnel de Marie Desjardins pour revivre les années rock

RENTREE LITTERAIRE 2018 : AMBASSADOR HOTEL

La mort d’un Kennedy, la naissance d’une rock star

Un roman de MARIE DESJARDINS*

Editions du CRAM (CANADA) ISBN: 978-2-89721-166-0 * 712 pages Format: 5,5 x 8 po.

Contact presse : Guilaine Depis 06 84 36 31 85 / guilaine_depis@yahoo.com

Les derniers articles de la presse française surAMBASSADOR HOTEL :

« Les sources d’inspiration artistique y sont parfaitement comprises et restituées par Desjardins. » Paul SUNDERLAND Magazine Mauvaise Nouvelle

« Dans cette autopsie du rock, Marie Desjardins réunit plusieurs dimensions déjà présentes dans ses œuvres précédentes : l’art de la biographie, un goût pour les musiciens (Vic Vogel) et l’attrait pour des existences presque sulfureuses (Irina Ionesco). Reconnaissons que ce roman faussement biographique a tout d’une passionnante chronique historique, tant l’auteure restitue fidèlement la lettre et l’esprit d’une époque. » Pierre MONASTIER – PROFESSION SPECTACLE

« La tournée la plus sexy à laquelle vous n’aurez jamais assisté. Le roman dont vous êtes le rockeur. » BENJAMIN BERTON – Sun burns out 

Résumé :

  • 4 juin 1968, Ambassador Hotel, Los Angeles. RIGHT, un nouveau band rock britannique, y débarque pour enregistrer un album. La nuit même, Bob Kennedy est assassiné dans les cuisines de l’hôtel.
  • Un meurtre inspirant : « Shooting at the Hotel » devient aussitôt un hit et propulse le leader du groupe, Roman Rowan, au rang de rock star.
  • Quelque cinquante ans plus tard, RIGHT fait sa dernière tournée mondiale. Occasion d’un bilan pour Roman Rowan, d’un immense retour sur le passé, d’une réflexion torturée sur les tristes circonstances d’un succès planétaire.
  • Dans ce roman, Marie Desjardins décrit brillamment l’archétype de la rock star britannique des années 1960continuant de performer sur les scènes mondiales.
  • Un texte très bien ficelé tenant du thriller psychologique et de la biographie foisonnante de détails, sur fond d’Histoire rigoureusement documentée. Les pistes y sont savamment brouillées – plus réelles que le réel. Un page turner littéraire, troublant et remarquablement écrit. Un éclairage profond et décapant sur le chanteur d’un band légendaire.
  • Au fil des pages, c’est toute la vie de Roman Rowan que le lecteur découvre – enfance, famille, ascension vers le succès, rivalités et querelles, femmes, luxure, tours du monde, et, surtout, une profonde introspection du personnage. Peu à peu, les vérités se révèlent, mais aussi cette femme, la déroute d’un amour avorté, le secret d’une vie.
  • Un éblouissant portrait du rock, d’une époque, d’un chanteur en fin de parcours.

 Premier article de Pop-rock Canada par Ricardo Langlois (pays où vit l’auteure)

Comment vit-on lorsqu’on est une rock star? Existe-t-il un mode d’emploi? L’auteure nous propose un voyage dans le temps. Le lecteur, pris à témoin, traverse une succession de paysages. Des espaces-temps bien définis. Le leader du groupe RIGHT, Roman Rowan se raconte. Les débuts (le chaos, la frénésie charnelle et existentielle) et la fondation d’un band. Le chanteur est messager, prophète, amant, martyr, confident ou simplement une âme qui cherche son ciel. Un événement bouleverse la destinée. En 1968, alors que le groupe se trouve à l’Ambassador Hotel, Bob Kennedy sera assassiné.

Cette tragédie deviendra une chanson Shooting at the Hotel. Dès le premier chapitre, le lecteur se trouve au beau milieu du Centre Bell à Montréal. RIGHT existait depuis 1967, nageait sur un seul tube depuis 1968, était mort deux fois pour ressusciter en 2000… (p. 19). Et puis soudainement il doit faire face à la réalité de la vie, sur une plage sublime. Le chanteur écoute les conversations de sa femme et de sa fille, penchées sur leur iPhone. Nous sommes en 2014. Presque à 70 ans? Et c’est alors que les souvenirs reviennent nous hanter. Le phénomène Beatles, le psychédélisme (p. 209). Ici et là, dans le roman, des portes s’ouvrent. Le guitariste se raconte en jouant la carte de l’humilité : Je n’ai jamais considéré que j’avais le calibre d’un Hendrix ou d’un Page mais j’étais comme l’œuf dans une mayonnaise (p. 248). Métaphore intéressante.

LE ROCK EST UN ART Le chanteur rock est une icône. L’aiguillon de la conquête. Réinventer le désir. L’Homme cherchant le premier regard inaltéré, reflet ardent de visions futures érodées par la répétition du plaisir. Être dans la NOSTALGIE, transformer sa conscience en mémoire. Il découvre son pouvoir de conteur, de troubadour, de poète. Un passé de rock’n’roll avec ses idoles comme symbole de réconciliation avec l’humilité du moment. La solitude du créateur est transgressée à plusieurs reprises.

L’historique ? Le lecteur a son propre rôle en tant qu’humain dans la société. Bob Dylan et Bruce Springsteen en ont parlé dans leurs œuvres respectives (Blonde on Blonde, Born to Run). Dans ce roman, un musicien confie : Que vous soyez une rock star, un mécanicien, un médecin de grande réputation,  quelle importance réelle cela est-il au regard de l’éternité? (p. 294) Bien sûr l’auteure explique la sagesse, le privilège de pouvoir créer, réfléchir, agir, évoluer. Le rock est un art. Elle visualise pour nous les années magiques. Tout ce qui s’est passé dès 1970 (la musique, la mode, la mort de Jimi Hendrix et de Janis Joplin, l’enregistrement d’Exile on Main Street dans un château (p. 306)…

LA BRÈCHE Cette brèche qui laisse échapper la lumière, disait Leonard Cohen… Elle traverse tout ce récit (cette immense brique). Comment ressouder le monde, ses lois, ses musiques, ses convictions, sa contre-culture, surtout sa Mémoire?

Marie Desjardins a fait un travail d’archéologie et de clairvoyance. Le temps est déréglé. Le chapitre 26, de la 3ème partie, est fabuleux : un fan devenu journaliste (et fan fini de RIGHT) a écrit et rencontré Mick Jagger, Joe Cocker, Stevie Nicks, Eric Clapton, Robert Plant, Elton John, Steve Tyler…entre deux lignes de coke, il écrit sur son ordinateur. Il a grandi et vénérant Jim Morrison, mais Rowan est un sujet de prédilection. Il va écrire une biographie non autorisée. Cette saga d’une rock star est un pari sur l’existence. La plénitude d’une conscience et surtout un chemin vers la reconnaissance. La musique rock permet de nous élever vers quelque chose de plus grand que nous. Il y a des moments où tout bascule. Je m’arrête sur la fameuse nuit d’août 1969, l’actrice Sharon Tate et des amis qui ont été poignardés à mort… Un sujet de chanson? Roman se sent insulté et se retrouve en prison (p. 521). Pourquoi l’auteure ne fait que survoler un moment aussi fort? (petit bémol ici)

INSPIRÉ PAR NIETZSCHE ? Nietzche a peut-être inspiré l’auteur, qui sait?  Jim Morrison est mort trop jeune et pourtant, il s’en inspirait. Pour le chanteur de RIGHT, le poète épique vit heureux parmi ces images, ne prend plaisir qu’à elles seules et ne se lasse pas de les contempler amoureusement  (p. 41. La naissance de la tragédie, Folio 1986).

Une autobiographie philosophique et intemporelle. Plus loin, un aveu sur Shooting at the Hotel : Chaque fois que je la chante, je demande pardon à mon père et à Bob Kennedy. Ce n’est pas si facile (p. 300).  Un mouvement de gratitude s’installe. J’ai pensé à un acte de contrition à la manière de Dante (Le Purgatoire).

La grande finale, il faut lire l’épilogue. Une femme qu’il a rencontrée lui fera connaître la face cachée de son destin.

Intense, rock’n’roll et recherche philosophique sur notre passage ici- bas. 

L’auteur : Marie DESJARDINS Écrivain nord-américain de langue française, a enseigné la littérature à l’Université McGill, fait paraître de nombreuses critiques littéraires et publié des essais, biographies et fictions.

Sylvie Johnny, love story : le SEUL roman VRAI sur leur couple !

pub sylvie.pngJournalistes et critiques littéraires, voilà un livre d’une criante actualité : le SEUL roman écrit sur la love store de Sylvie et Johnny, et pas par n’importe qui ! Par Marie Desjardins, un ÉCRIVAIN !
https://www.youtube.com/watch?v=bUoVTj7etvY

pour le recevoir ou interviewer Marie Desjardins, merci de me contacter 06 84 36 31 85 guilaine_depis@yahoo.com
Une fabuleuse histoire du couple qui a fait vibrer la France
Paris, juillet 2010 – Printemps 1961, Sylvie a 16 ans. Celle qui vient d’enregistrer Panne d’essence sera la première chanteuse pop de sa génération. Un beau jour, alors qu’elle assiste au concert de « l’idole des jeunes », elle tombe immédiatement sous le charme. Rebelle, beau, adoré, Johnny la courtise pendant six mois. Leur histoire d’amour passionnée a déjà commencé. Une romance authentique, déchirante aussi, pour chacun d’eux.
Dans Sylvie et Johnny Love Story, Marie Desjardins invite le lecteur à partager l’intimité du couple le plus médiatique de l’histoire de la musique française. Marie réinvente avec délicatesse et bienveillance cette passion qui a fait vibrer la France des sixties et seventies.
Du mariage sous les projecteurs aux errances de Johnny, de leur amour magnifique à cet accident de voiture qui propulsera « la collégienne du twist » dans l’âge adulte, de la naissance de David au départ de Sylvie pour les États-Unis, Marie Desjardins revisite et imagine ce qu’a été cette relation unique, quasi princière. Un roman tendre et sincère.

EXTRAIT
« Dans les studios, Sylvie dansait derrière son micro, modulant des soupirs et des cris jusqu’à tout oublier. Tout à coup Johnny arrivait. Elle s’enfuyait avec lui. Les copains suivaient. Johnny et Sylvie profitaient de chaque instant, chuchotant et ne regardant personne. Sylvie laissait les mains de Johnny glisser sur son corps. Et si un photographe passait par là, Johnny fixait l’objectif avec l’impassibilité d’un sultan qui n’a pas bougé de son canapé depuis trois jours. Puis ils marchaient côte à côte sur une avenue fréquentée. Sylvie était bronzée, elle portait des lunettes miroir. Juchée sur ses sandales à semelles compensées comme sur la scène de sa vie, elle faisait nonchalamment danser ses hanches sur L’air qui balance. Johnny avançait droit devant lui. On se bousculait pour les apercevoir. Sylvie ne souriait pas beaucoup. Cependant, il lui arrivait d’éclater de rire : Johnny était avec elle, elle l’aimait, ne se lassait pas de l’adorer, de caresser ses bras, de glisser ses doigts sous la manche de son tee-shirt, jusqu’à son épaule — la peau douce de son épaule. »

 

marie desjardins1.jpegÀ PROPOS DE L’AUTEUR Marie Desjardins
Auteur d’essais, de biographies et de romans, Marie Desjardins a notamment publié Les yeux de la comtesse de Ségur, et, en collaboration, le récit autobiographique de la photographe Irina Ionesco. Elle a également signé de nombreuses chroniques, critiques littéraires, ainsi que des portraits de personnalités dans plusieurs magazines.