Réédition en 2020 de « Itinéraire d’un Chrétien d’Orient » de Jean-Claude Antakli

Ouvrage à succès, nombreuses rééditions et toujours d’une brillante actualité

Pour le recevoir en service de presse / interviewer Jean-Claude Antakli,

merci de contacter guilaine_depis@yahoo.com 06 84 36 31 85

Le témoignage de Jean-Claude Antakli reflète profondément cette simplicité du coeur qui est essentielle dans l’expérience spirituelle des chrétiens d’Orient, simplicité que nous, chrétiens d’Occident, avons tant de mal à comprendre. Cet « itinéraire » nous invite à une conversion du regard sur les hommes et les événements, de disponibilité à la présence de Dieu dans l’histoire, et de gratitude quelles que soient les tragédies et les déchirements. Jean-Claude Antakli est né en 1940 à Alep en Syrie. Sa famille, originaire d’Antioche, appartient aux premières communautés chrétiennes. Il passe son enfance entre la Syrie et le Liban et arrive en France à 20 ans dans le but de devenir cinéaste, mais y exerce d’autres métiers, garçon de café, balayeur, figurant de théâtre, correspondant de presse, avant de devenir biologiste et écrivain.

« Dieu existe – Ses merveilles étincellent sous nos yeux » une réflexion spirituelle de Geneviève et Jean-Claude Antakli

Lancement pour la rentrée littéraire d’août 2020 (livre paru durant le confinement de mars 2020) :

Dieu existe – Ses merveilles étincellent sous nos yeux

aux Editions du Parvis – ISBN 9782880224592 * 18.00 €
192 pages + 16 pages de cahier photos couleur – 14,5×21 cm 
Le recevoir en service de presse / interviewer Jean-Claude Antakli :
merci de contacter guilaine_depis@yahoo.com 06 84 36 31 85

Einstein s’interrogeait: «Comment croire en Dieu, quand on est scientifique?» Le biologiste que je suis répond: «Comment ne pas croire en Dieu, quand on est précisément scientifique!» Un des plus grands physiciens du XXe siècle, Burton Richter, prix Nobel de physique en 1976, déclarait lors de la cérémonie d’investiture: «Découvrir une loi scientifique, c’est lire ce qui est écrit dans le cerveau de Dieu.»
En constatant les 5 éléments signes visibles de sa Présence, de sa Puissance et de son Amour, je n’ai fait que lire dans son cerveau, ne soustrayant, ni n’ajoutant un mot qui me serait personnel. J’ignorais tout de l’Apocalypse, l’ayant parcourue sans rien comprendre. Mes rencontres imprévisibles et providentielles avec quatre voyantes de Syrie, du Liban, de Palestine, m’ont conduit à parler des prémices de l’Apocalypse: 5 signes, 5 éléments d’hier comme d’aujourd’hui, nous menant sur le chemin de Damas, sur la Voie de Celui qui est apparu à Soufanieh le 31 mai 1984, jour de l’Ascension, pour déclarer à Myrna Nazzour, la voyante: «Je suis l’Alpha et l’Oméga, Je suis la Vérité, la Liberté et la Paix. Ma Paix, Je vous la donne. Celui qui ne cherche pas l’approbation des gens et ne craint pas leur désapprobation, jouit de la paix véritable et cela se réalise en moi…» Il est écrit: «Nul n’est prophète en son pays.» Saint Pierre lui-même met en garde: «Avant tout, sachez-le, aucune prophétie d’écriture n’est objet d’explication, c’est poussés par l’Esprit Saint que des hommes ont parlé de la part de Dieu.» J’espère que c’est bien l’Esprit Saint qui m’a permis de parler de Dieu. Je l’ai fait essentiellement pour que nos jeunes, nos agriculteurs, nos policiers et bien d’autres ne se suicident plus, pour que les hommes politiques songent à servir Dieu plutôt que l’argent, pour que les médias privilégient la vérité au détriment du mensonge, pour qu’enfin les prêtres soient les véritables Apôtres des Derniers Temps.
A la lecture des témoignages bouleversants, des faits prodigieux et des rencontres extraordinaires relatés dans ce livre, une évidence se fait jour: Dieu existe, Il est avec nous, et ses merveilles étincellent sous nos yeux. Jean-Claude Antakli

Icône miraculeuse de N.D. de Soufanieh

La Syrie plus qu’une patrie, c’est une Mère !

merveille de fleurs et de la beauté du Créateur !

Mon Dieu aide tout nécessiteux, enrichis tout pauvre, et rassasis tout affamé, oh Dieu

Seigneur, Seigneur, pourquoi m’as-tu abandonné ?

 

Slogan La Syrie

Curriculum vitae de Jean-Claude Antakli

                                                              «  Curriculum Vitae »

Antakli Jean Claude née à Alep (Syrie) 15 Avril 1940.

Origine Syrienne, avec la double nationalité : (Française et Syrienne).

Marié à une pharmacienne biologiste. Père de trois enfants.- Diplômé du Baccalauréat Libanais 2èmepartie série moderne. Et Baccalauréat Français 2èmepartie série philosophie.

Diplômé du brevet anglais (Lower Cambridge certificate)

Ecrivain-Biologiste : -Ex assistant des hôpitaux de Montpellier.

Ex correspondant de Presse à Besançon de l’Est Républicain et des Dépêches.

Diplômé de Biologiste de la faculté de Médecine et de Pharmacie de Montpellier.

Diplômé d’Hématologie de la faculté de Médecine de Montpellier.

Diplômé d’Immunologie et de virologie de la faculté de pharmacie de Montpellier.

Ex assistant d’Hormonologie de la Maternité de Montpellier.

Sous directeur de la Protection civile (section nucléaire) en Aveyron.

Diplômé d’Aromathérapie de l’Ecole Philippe Maillebuau de Toulouse.

Fondateur du groupe Médical Europrisme, dont le siège social est à Aurillac (Cantal) France

Gérant d’Airmédic (Aveyron) et Administrateur d’Europrisme.

Correspondant, nombreux sont les articles et reportages relatifs au Proche Orient et à la France qui sont parus dans différents journaux (Midi Libre, Centre Presse, Bulletin d’Espalion, le Figaro, l’Indépendant, les Dépêches, l’Est Républicain, Nice Matin et Stella Maris).

Sport favori : le Basket pratiqué pendant plus de 40 ans, avec la formation de nombreux jeunes à la pratique de ce sport.

Culture favorite : le Cinéma d’art et d’essai, avec de nombreux articles rédigés dans ce sens

Combat personnel : Celui de la Paix au Proche Orient et maintenant dans le monde. 

 

La première édition du livre est parue en 2003. La deuxième parution 2007, chez François De Guibert (L’œil) « Itinéraire d’un chrétien d’Orient, Il était une fois….le Liban !».

La 3èmeédition en Juillet 2010, la 4 ème en 2015 et la 5 ème en 2020.

 (Le Silence de Dieu) au Parvis en 2012. Syrie, une guerre sans nom ! En 2014 chez De Guibert groupe Artège. Et Syriapocalypse en 2016 à l’Harmattan.  Itinéraire de Myrna en France. Le Parvis (2016) L’ermite du Liban (2017), la vie prodigieuse de Mariam Baouardy (2018) Le Parvis. Dieu existe. Ses merveilles étincellent sous nos yeux.  Avril (2020) Le Parvis. 

Dans les Annexes de ces livres se trouvent toutes les correspondances adressées à de nombreux Chefs d’Etats concernés par le conflit Israélo-arabe, une voix restée longtemps dans le désert ! 

 

Jean Claude Antakli. Biologiste Ecrivain. www.antakli.com 

 « La justice et la Paix dans le vécu communautaire et intercommunautaire »

Cet argumentaire figure dans le livre, je l’ai présenté à la Conférence Internationale sur la Paix et la Justice en Tunisie, en Avril 2009. Il retrace mon vécu entre l’Orient (Syrie Liban) et l’Occident, avec plusieurs siècles d’histoire, où les guerres de Religion n’ont rien à voir avec les fondamentaux des Saintes Ecritures. C’est sur le chemin de Damas que l’Auteur saisit l’ampleur de l’expression : « Nul n’est Prophète dans son pays ! ». 

Jean Claude Darrigaud Grand Reporter de France 2, s’est rendu à Damas (Syrie) avec une équipe de Télévision pour enquêter sur le contenu de mon « Itinéraire », il en est revenu bouleversé et a préfacé deux de mes livres : ( Itinéraire d’un chrétien d’Orient. 5 ème édition en 2020) et Le Silence de Dieu ! 

Paru en 2019 : « L’ermite du Liban – Vie prodigieuse de saint Charbel Makhlouf » de Ernest J. Görlich et Jean-Claude Antakli

Paru en 2019

Le 9 octobre 1977, le pape Paul Vl a canonisé le moine libanais Charbel Makhlouf. A un tournant de son histoire, l’Eglise nous a ainsi proposé un nouveau modèle. Au Concile, on a réclamé à de nombreuses reprises une Eglise des pauvres. Rarement, peut-on dire, un chrétien a vécu dans la pauvreté évangélique d’une façon aussi absolue que l’admirable moine du Liban.
Charbel Makhlouf mourut le 24 décembre 1898. Quand, en 1927, on le plaça dans une nouvelle sépulture, son corps était demeuré absolument intact. Depuis sa mort, nombreux sont les pèlerins, chrétiens ou musulmans, qui se rendent à son tombeau, où l’on a déjà enregistré de très nombreuses guérisons miraculeuses.
Dans la seconde partie du livre nous présentons de nombreux témoignages de guérison parus dans Stella Maris et rédigés par Jean Claude Antakli, qui s’est rendu à plusieurs reprises au couvent Saint-Maron d’Annaya au Liban, où saint Charbel a vécu. Il s’est entretenu avec le Père Luis Matar, responsable des témoignages de grâces reçues par l’intercession de saint Charbel.

Paru en 2018 « La vie prodigieuse de Mariam Baouardy (1846-1878) » de Jean-Claude et Geneviève Antakli

Paru en juin 2018

Mariam Baouardy est née le 5 janvier 1846 à Abellin en Galilée. A 3 ans, orpheline de ses deux parents, elle reste seule avec son frère Paul. Son oncle la recueille à Alexandrie où sa famille a émigré et veut la marier de force, alors qu’elle n’a que 12 ans… Elle refuse, s’enfuit chez un ancien domestique musulman qui lui demande de se convertir à l’islam. Devant son refus indigné, il s’emporte, lui tranche la gorge avec un cimeterre… et la laisse pour morte dans une décharge.
Elle est guérie miraculeusement par l’intercession de la Vierge Marie et se place dans une famille qu’elle suit comme servante au Liban, puis en France, où elle entre au Carmel de Pau. Elle participe ensuite à la fondation du Carmel de Mangalore en Inde et à celui de Bethléem, où elle meurt à 33 ans à la suite d’un accident de chantier: un itinéraire conforme à la prophétie que la Sainte Vierge lui avait tracée lors de sa guérison miraculeus­e.
Béatifiée en 1983 par Jean Paul II, elle est canonisée en 2015 par le pape François. Le 4 juillet 1875, Mariam Baouardy témoigne de son amour pour la France et la Syrie en faisant cette prophétie étonnante: «Viendra un temps qui paraît loin, très loin aux yeux de l’homme, mais aux yeux de Dieu ce n’est pas loin, où la France sera reine aussi… Elle gouvernera la Syrie… Oh! Ce qui réjouit mon cœur, c’est que la Syrie appartiendra à la France.» La région était sous le joug ottoman depuis quatre siècles. Et dire que cela s’est réalisé de 1922 à 1946.
Dans ce Proche-Orient, aujourd’hui dévasté, résonne une prémonition de Sœur Mariam en extase, à Bethléem, et que des mères peuvent faire leur avec désespoir: «En me voyant comme une terre stérile, j’ai crié vers le Seigneur. Je Lui ai dit: “Ma terre est sèche et brûlée, envoyez-lui votre rosée… Mes lèvres sont desséchées, je ne puis les remuer pour Vous appeler à mon secours. Seigneur, envoyez votre rosée à cette terre stérile pour qu’elle reprenne vie.”»

Dans les médias:
Le bon Dieu choisit souvent ce qu’il y a de plus petit pour manifester sa gloire. C’est bien ce qui se passe dans le cas de Mariam Baouardy (1846-1878). Jeune Palestinienne orpheline, elle s’enfuit en France pour échapper à un oncle qui veut la marier de force. Entrée au Carmel de Pau, elle est favorisée de grâces mystiques insignes (elle revit la Passion, s’entretient avec le Christ et la Sainte Vierge, a des extases, etc). Ayant gardé sa simplicité toute sa vie, elle transmet dans un langage un peu enfantin ses intuitions et révélations. Si elle est sévère et exigeante pour elle-même, elle a pour les autres une grande douceur. Elle supporte avec patience toutes les épreuves qui lui réserve le Christ, qui l’envoie participer à la fondation d’un monastère en Inde, puis à Bethléem, où elle s’éteindra à l’âge de 33 ans.
Une vie édifiante qui relie France et Proche-Orient en la personne d’une humble carmélite.
Blandine Fabre, pour L’Homme Nouveau

Paru en 2016 : « Syriapocalypse » de Jean-Claude et Geneviève Antakli

Noeuds d’échanges humains entre Asie, Afrique et Europe et surtout circuit énergétique de fabuleuses découvertes gazières, la province d’Alep, poumon économique de la Syrie, est assiégée par les djihadistes. Les auteurs tentent de dissiper l’écran d’une opposition syrienne soit disant démocratique, pour montrer qu’aujourd’hui la région est dominée par des hordes fanatiques incontrôlables, sous le regard d’une Communauté Internationale qui, après avoir allumé l’incendie, se contente de le circonscrire. Musulmans et chrétiens, plus que jamais soudés, sont les derniers remparts qui refusent de voir la fin de leur monde et, plus sûrement encore, du nôtre.