Le Point annonce la Chasse au Trésor de l’Entente cordiale (repris par Yahoo)

Une chasse au trésor franco-britannique met 750 000 euros en jeu

La chasse au trésor de l’Entente cordiale a commencé jeudi. À gagner ? Un coffret offert par Édouard VII à Émile Loubet en 1903, rapporte Europe 1. (https://fr.news.yahoo.com/chasse-au-tr%25C3%25A9sor-franco-britannique-032700766.html)

En 1903, le roi Edouard VII avait offert un coffret d'or au president francais Emile Loubet pour symboliser l'Entente cordiale entre le Royaume-Uni et la France (illustration).
En 1903, le roi Édouard VII avait offert un coffret d’or au président français Émile Loubet pour symboliser l’Entente cordiale entre le Royaume-Uni et la France (illustration).© 1 / MAXPPP / PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

Par 

Nicolas Carreau annonce la Chasse au Trésor de l’Entente cordiale

« Le Trésor de l’Entente cordiale » : 750.000 euros à gagner dans une chasse au trésor franco-britannique

, modifié à
La chasse au trésor de l’Entente cordiale débute ce jeudi. Neuf énigmes sont à résoudre depuis un livre d’énigmes Le Trésor de l’Entente cordiale, afin d’espérer découvrir le butin : un coffret d’une valeur de 750.000 euros, offert par Edouard VII au président Emile Loubet pour symboliser l’entente franco-britannique. 

 

A vos pelles et vos méninges! La chasse au trésor de l’Entente cordiale débute ce jeudi avec la publications de l’ouvrage Le Trésor de l’Entente cordiale. Simultanément, deux livres sont publiés en France et en Angleterre, comportant des énigmes à résoudre et permettant aux chasseurs volontaires de découvrir le butin, un coffret d’une valeur de 750.000 euros. La récompense est aussi historique : il s’agit du vrai coffret remis par Edouard VII au président français Emile Loubet pour symboliser l’entente cordiale entre la Grande-Bretagne et la France.  

Deux géodes à assembler

A chaque page de l’ouvrage, on retrouve une image et un texte à décrypter. Et attention aux détails : des lettres en gras peuvent par exemple aiguiller les joueurs. Les réponses des neuf énigmes permettent de découvrir l’emplacement de la moitié d’une géode, l’autre étant enterrée outre-Manche. Une fois les deux parties réunies, les participants rencontreront Michel Becker, acquéreur du coffret en 2017 et organisateur de la chasse au trésor.

« Ces deux morceaux de géodes assemblés viennent s’insérer dans un anneau de clé. Et le fait de rentrer cette géode dans l’anneau de la clé permet de rendre la clé fonctionnelle et de lui faire ouvrir un grand coffre transparent à l’intérieur duquel se trouve le fameux coffret d’or », indique-t-il au micro d’Europe 1. 

A la recherche de la Chouette d’or

Michel Becker n’est pas un inconnu dans le monde de la chasse au trésor. Il est également l’un des organisateurs de la chasse « Sur la trace de la chouette d’or », qui a pour but de retrouver une statuette de l’oiseau d’une valeur de 150.000 euros qui n’a pas été trouvée depuis 1993, date de lancement de la chasse.

Des « Chouetteurs » et « Chouetteuses » sont encore mobilisés pour tenter de la retrouver, comme Tina Deli, qui a commencé en 1996. Elle a déjà fait deux tentatives avec sa pelle. « Honnêtement j’y suis allée beaucoup plus pour me rassurer, je n’avais pas réellement d’endroits où creuser avec ma pelle », confie-t-elle. « J’ai creusé un peu au pif, pas très profond. On fait un trou et on recommence. »

Pour ce trésor de l’Entente cordiale, il n’y a pas de date de fin prévue. La chasse au trésor devrait ainsi durer encore quelques années. Entre « quatre et cinq ans » selon ses créateurs, cités par Le Parisien.

Europe 1
Par Nicolas Carreau, édité par Mathilde Durand

Pause Fun annonce la Chasse au Trésor

« Le Trésor de l’Entente cordiale » : 750.000 euros à gagner dans une chasse au trésor franco-britannique

La chasse au trésor de l’Entente cordiale débute ce jeudi. Neuf énigmes sont à résoudre depuis un livre d’énigmes Le Trésor de l’Entente cordiale, afin d’espérer découvrir le butin : un coffret d’une valeur de 750.000 euros, offert par Edouard VII au président Emile Loubet pour symboliser l’entente franco-britannique.

ABONNEZ-VOUS pour plus de vidéos : http://bit.ly/radioE1
LE DIRECT : http://www.europe1.fr/direct-video

Retrouvez-nous sur :
| Notre site : http://www.europe1.fr
| Facebook : https://www.facebook.com/Europe1
| Twitter : https://twitter.com/europe1
| Pinterest : http://www.pinterest.com/europe1/

Un bon résumé du jeu de la Chasse au Trésor

Chouette chasse au trésor

Le 8 avril 1904 était signé entre la France et le Royaume-Uni le traité de l’Entente cordiale. Le roi Edouard VII et le président Emile Loubet ont trempé leur plume avant d’y apposer leur paraphe.

Quatre-vingt-dix ans plus tard, en 1994, les éditions de la Chouette d’or lancent une chasse au trésor pour commémorer l’événement – mais la fameuse chouette créée par l’artiste Michel Becker n’a jamais été trouvée et l’auteur des énigmes est mort avec les solutions.

Le 8 avril 2021, après la pandémie et le Brexit, les éditions de la Chouette d’or lancent une nouvelle chasse avec de nouvelles énigmes. Toute une aventure !

Chacun peut trouver la réponse aux énigmes dans un livre publié par les éditions de la Chouette d’or, Le trésor de l’Entente cordiale, dans lequel figure le conte de Pauline Deysson Le trésor des Edrel, traduit en anglais par Stephen Clarke. Une carte au trésor et une boite à outils vous y aident. Si vous y parvenez, vous aurez résolu la moitié du chemin. En effet, la chasse est lancée simultanément en France et au Royaume-Uni et seules les deux moitiés de clé pourront déverrouiller l’écrin de cristal contenant le Coffret d’or d’une valeur de 750 000€, exposé prochainement au musée du Château d’eau de la ville de Rochefort.

Cette nouvelle chasse est organisée avec la collaboration de Vincenzo Bianca, créateur de jeux et expert reconnu mondialement pour la conception d’énigmes.

Michel Becker, Stephen Clarke, Pauline Deysson, Vincenzo Bianca, Le Trésor de l’Entente Cordiale, éditions de la Chouette d’or, 8 avril 2021, 156 pages, €24.90

Attachée de presse BALUSTRADE : Guilaine Depis, 06 84 36 31 85 guilaine_depis@yahoo.com

Le Parisien annonce «Le Trésor de l’Entente cordiale» : la plus grande chasse au trésor jamais lancée en France

«Le Trésor de l’Entente cordiale» : la plus grande chasse au trésor jamais lancée en France

Un coffret en or estimé à plusieurs centaines de milliers d’euros est mis en jeu pour les deux gagnants d’une chasse au trésor qui promet de durer plusieurs années, dans l’Hexagone et en Angleterre. Le créateur du jeu est le même que celui qui avait lancé la quête d’une chouette en or, jamais découverte.

Le 7 avril 2021 à 10h24

« Grâce à ce livre, trouvez un trésor d’une valeur de 750 000 euros. » Le bandeau qui barre la couverture du livre « Le Trésor de l’Entente cordiale » est prometteur. L’ouvrage garantit aussi de sérieux maux de tête aux futurs chercheurs de cette quête qui devrait durer « entre quatre et cinq ans », selon ses créateurs. Le concept : deux livres publiés en France et en Angleterre jeudi 8 avril, date anniversaire de la deuxième Entente cordiale de 1904 entre les deux pays, servant de base à des énigmes cachées dans un « conte onirique », inspiré des relations franco-britanniques et neuf tableaux.

A la clé, deux moitiés de géode à trouver (l’une d’elles enterrée dans chaque pays). Insérées dans une clé, elles permettront de libérer – et de gagner – un coffret en or de très grande valeur, exposé au musée Lingot d’Art de Rochefort, en Charente-Maritime. Antoine est déjà séduit : « Je vais faire les deux versions de la chasse, française en anglaise, salive-t-il déjà. J’ai reçu les livres, ce sont de beaux ouvrages », commente ce père de famille de 40 ans qui fait des chasses au trésor depuis tout petit et compte bien aller au bout de cette nouvelle aventure.

L’introuvable «Chouette d’or»

Le jeu est lancé par Michel Becker, qui a acquis dès 2017 ce coffret offert par le roi d’Angleterre, Edouard VII au président français, Émile Loubet, lors d’une visite à Londres en 1903, un an avant la signature du traité. « Lorsque j’habitais à Monaco, j’ai eu l’occasion de côtoyer des gens archifortunés qui m’ont parlé de cet objet au moment où il était mis en vente, raconte ce peintre et sculpteur. C’est un symbole, un objet complètement disparu, qu’Émile Loubet a dû exposer chez lui en rentrant. Avec le Brexit, il prend encore une autre signification, même si je ne le savais pas à l’époque. Entre les mains, cela m’a fait un drôle d’effet et je me suis dit que ce serait sympa que cet objet sorte de la confidentialité. Le moyen que je connais, c’est celui de la chasse au trésor. »

Car Michel Becker n’est pas un inconnu du milieu, loin de là. Il a lancé en 1993 « Sur la trace de la chouette d’or ». La contremarque en bronze, permettant de mettre la main sur l’objet d’une valeur de 150 000 euros, n’a jamais été retrouvée, après le décès du « maître du jeu ».

Aujourd’hui encore, de nombreux « chouetteurs » continuent de tenter de percer les énigmes, sans savoir si elle est toujours à sa place. Ce que l’artiste du sud de la France assure totalement ignorer et qui a conduit à des conflits jusque devant les tribunaux. « Le jeu peut se terminer, il ne manquera rien, promet ce dernier. J’ai acheté cet objet pour ça, je ne suis pas assez riche pour m’offrir de telles choses. Donc, bien sûr, il y a un business model derrière, sinon je n’ai pas les moyens de le faire. »

Le livre présente un certificat de l’estimation du coffret en or par Jean-Pierre Guilhem, un expert joaillier de Béziers, en 2015. En 2017, lors de la vente aux enchères monégasque, le catalogue le valorisait plutôt entre 250 000 et 350 000 euros, ce qui représente déjà un record pour une chasse européenne. « Il y a eu un gentleman agreement avec le vendeur, je ne l’ai pas payé 750 000 euros, le prix payé est confidentiel, explique Michel Becker. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il avait refusé une offre à 350 000 euros. J’ai estimé honnête de me baser sur l’expertise effectuée par Jean-Pierre Guilhem sur la base de la valeur historique de l’objet. Il est probable que le gagnant ne soit pas le même dans les deux pays, qu’ils ne gardent pas le trophée et le revendent. »

L’enjeu financier réel de la chasse sera donc connu lorsque l’objet sera mis sur le marché. Les organisateurs comptent sur l’exposition médiatique du coffret pour aiguiser l’intérêt des musées et collectionneurs. L’initiateur du jeu a participé lui-même à sa conception, en peignant les tableaux qui recèlent une partie des énigmes et de leurs réponses, mais il s’est entouré d’un sérieux allié, le créateur de jeux belge Vincenzo Bianca, déjà à la tête de deux projets terminés dotés de 30 000 euros (« le Mystère de l’éventail ») et 100 000 euros (« Time Is Gold »), ainsi qu’un autre, toujours en cours, à 210 000 euros (« Guardians Of Legend »).

Caché à 50 cm sous terre

« Je ne me lance pas dans une chasse au trésor s’il n’y a pas deux éléments : la garantie du lot au vainqueur et la pérennité de la chasse, souligne-t-il. J’ai déposé une enveloppe cachetée pour chacun des pays et une clé USB contenant les travaux intermédiaires. » Avec à la clé deux histoires différentes, selon la sensibilité des enquêteurs de chaque pays : « C’est intéressant, parce que cette chasse se déroule là où ont commencé la chasse au trésor anglophone, avec Masquerade (NDLR : un livre) de Kit Williams, en 1979, et la chasse francophone, Sur la trace de la chouette d’or, en 1993. Traditionnellement, les francophones sont plus portés sur la cryptographie, les énigmes avec des codes, alors que les anglophones ont plus une logique interprétative. J’ai plutôt basé chaque chasse sur les habitudes du pays. »

Détail d’importance dans le contexte lié au Covid-19 : il n’est nécessaire de se déplacer à aucun moment avant d’avoir trouvé l’endroit où déterrer l’objet caché à 50 cm sous terre. Les néophytes peuvent s’appuyer sur un conseil du confectionneur belge : « Face à chaque énigme, il faut se demander ce que je cherche et trouver les éléments qui permettent d’y arriver. Par exemple, si je suis face à un cadenas à cinq chiffres, je cherche cinq chiffres… » Pour entrer dans sa tête, on peut aussi consulter les solutions du « Mystère de l’éventail », disponibles gratuitement sur Internet.

Des milliers de chasseurs de trésor

Pour se plonger dans l’histoire de l’Entente cordiale, balayée par l’historien Stephen Clarke dans le livre support, et dans la chasse, il faudra en revanche investir dans l’ouvrage (24,90 euros), dans une carte (17,95 euros) et un carnet de l’aventurier (4,95 euros). Un système d’abonnement à environ 5 euros par mois permettra de poser des questions et de consulter les réponses. Un point qui a suscité l’agacement de certains chasseurs sur les forums spécialisés et renforcé des doutes liés au passé de Michel Becker, même si les organisateurs assurent que tous les éléments nécessaires à l’accomplissement de la quête sont présents dans le matériel initial.

« Une partie des chercheurs sont sceptiques après toutes les péripéties de la Chouette d’or, alors que d’autres sont emballés, résume Jacques, alias ChAT, qui gère le site de référence chasse-au-tresor.com. Je pense que les sceptiques ont tort, du fait de l’ampleur de la chasse et de la présence de Vincenzo Bianca. Et pourtant, j’en ai vu des chasses farfelues lancées par des hurluberlus ! »

Ce spécialiste, qui avoue qu’il n’aura « pas le temps » de se lancer dans l’aventure, estime à « 50 000 à 100 000 » le nombre de chasseurs de trésor en France « pas tous assidus », et décrit un noyau de « quelques centaines de joueurs, dont les plus motivés courent tous les lièvres et forment souvent des équipes de winners ». Les 3 500 premiers exemplaires du livre auraient déjà été écoulés en précommande, alors que l’initiateur se prend à rêver d’en vendre « jusqu’à 200 000 à 300 000 » tout en ayant « prudemment basé [son] business plan sur 15 000 exemplaires » : « Mon obsession n’est pas de faire fortune, mais de laisser une belle histoire avec ce fichu coffret tombé dans l’oubli. »

Ouest France consacre un superbe article à la nouvelle Chasse au Trésor lancée par Michel Becker

Un coffret en or de 750 000 € à gagner pour les mordus d’histoire et de chasse au trésor

Correspondance, Gautier DEMOUVEAUX

L’artiste Michel Becker est le co-créateur du jeu Sur la trace de la chouette d’or, l’une des chasses au trésor les plus longues de l’histoire. Jeudi 8 avril, il lance une nouvelle partie avec une série d’énigmes à résoudre. À gagner, un objet historique, d’une valeur estimée à 750 000 € : le coffret en or offert en 1904 par le roi Édouard VII d’Angleterre au président français Émile Loubet, lors de la signature de l’Entente cordiale.

Son nom est connu de tous les « chouetteurs », cette communauté de joueurs qui tentent de résoudre une chasse au trésor jamais résolue depuis 28 ans. Si Michel Becker n’est pas le cerveau qui a imaginé les rébus, codes et autres énigmes publiés en 1993 dans l’ouvrage intitulé Sur les traces de la chouette d’or, l’artiste est bien le concepteur de l’objet tant convoité, le prix de la victoire : une statuette représentant le rapace, faite d’argent et d’or, piquée de rubis et de diamants, de 50 centimètres d’envergure, d’une valeur estimée à l’époque à un million de francs, soit un peu plus de 150 000 € aujourd’hui.

« À l’époque, un de mes amis, industriel spécialisé dans la fabrication d’objets en or pour les grandes marques de luxe voulait lancer sa propre marque, se souvient aujourd’hui l’intéressé. Il recherchait un moyen de médiatiser cela, et c’est comme cela qu’il a rencontré Régis Hauser, alias Max Valentin. » Consultant en marketing et professionnel du secteur de la communication, l’homme propose alors une chasse au trésor, avec une statuette en or à gagner.

« Cela faisait plusieurs années qu’il avait cette idée dans sa besace, poursuit Michel Becker.Il s’était inspiré de la chasse Masquerade, un jeu créé par Kit Williams en 1979 au Royaume-Uni, où les énigmes menaient à la découverte d’un lièvre en or, déterré en 1982. »

Un mystère qui dure depuis 28 ans

Régis Hauser propose à ses deux acolytes de faire gagner un œuf. « Mais l’objet était trop connoté dans le monde de la joaillerie, avec Fabergé, précise Michel Becker. C’est moi qui ai proposé la chouette, pour des raisons liées à ma généalogie et pour le client qui voulait une référence aux rois de France et à la chouannerie… »

Mais quelques mois plus tard, alors que Régis Hauser planche sur les onze énigmes à résoudre et que Michel Becker peint les illustrations du bouquin, le joaillier jette l’éponge. « Hauser était déçu d’abandonner, et il m’a poussé au crime en proposant de lancer avec lui cette chasse au trésor, en me laissant miroiter des ventes de livres qui pourraient me permettre de couvrir mon investissement, si je décidais de fabriquer moi-même la chouette d’or… »

L’artiste s’exécute, le livre est publié à 50 000 exemplaires et, depuis 28 ans, plusieurs milliers de personnes – entre 250 et 500 000 participants – se sont lancées à la recherche de l’artefact, enterré quelque part en France.

Au début, Régis Hauser répondait aux chasseurs par le biais du minitel, puis par internet. Mais celui qui a imaginé le jeu – et le seul à connaître l’endroit exact de la cachette, est décédé en 2009, emportant avec le secret avec lui dans la tombe.

Dans la nuit du 23 au 24 avril 1993, Régis Hauser cachait une chouette en bronze. Pour la découvrir et résoudre cette chasse au trésor, il fallait répondre à toutes les questions du livre d’énigmes intitulé « Sur les traces de la chouette d’or ». Depuis 28 ans, des milliers de joueurs ont tenté de les élucider, en vain. (Illustration : Éditions de la Chouette d’Or)

Lancer un nouveau jeu

Alors que la chasse au trésor est encore en cours, faisant d’elle l’une des plus longues de l’histoire, Michel Becker craint que la chouette ne soit jamais retrouvée. Malgré ce scénario, il a pris goût à cet univers qu’il a découvert il y a près de trente ans par hasard. Et c’est tout naturellement qu’il a imaginé un nouveau jeu, qui sera lancé le 8 avril prochain.

Cette chasse au trésor doit se dérouler des deux côtés de la Manche, avec, à la clé, un coffret en or, d’une valeur estimée à près de 750 000 €. Cet objet a été offert en 1904 par le roi d’Angleterre Édouard VII au président de la République française Émile Loubet lors de la signature de l’Entente cordiale.

La date pour cette nouvelle chasse au trésor n’a d’ailleurs pas été choisie au hasard : elle coïncide avec l’anniversaire de la ratification de cet accord entre la France et le Royaume-Uni, le 8 avril 1904. « J’ai eu la chance de découvrir cet objet historique lors d’une vente aux enchères relativement confidentielle à Monaco en 2017, raconte Michel Becker. Son propriétaire de l’époque voulait le céder, mais il n’a pas trouvé preneur, passant relativement inaperçu. » L’objet, poursuit-il, « ne fait pas rêver par sa conception artistique, personnellement je le trouve un peu kitsch ».

« Ce qui m’a le plus impressionné, c’est qui l’a offert, qui l’a reçu, et la symbolique dont il est porteur, explique Michel Becker. C’est plus pour moi une pièce qui a vocation à finir dans un musée. Je ne pensais pas qu’un tel objet puisse circuler comme cela dans la nature. L’Entente cordiale dont il est le symbole, ce n’est quand même pas un événement mineur au XXe siècle ! »

Le coffret en or a été offert par le roi Édouard VII au président de la République française Émile Loubet, à l’occasion de l’Entente cordiale. (Photo : Éditions de la Chouette d’or)
Il faudra toute la volonté d’Émile Loubet et du roi Édouard VII, qui ont noué de fortes relations personnelles, pour que l’accord aboutisse. (Illustrations : Wikimédia Commons / domaine public)

Derrière l’objet, des manœuvres militaires et diplomatiques

En effet, à l’époque, alors que les tensions se font de plus en plus pressantes entre les grandes puissances européennes, rien ne laisse supposer un accord entre la France et son ennemi multi-centenaire qu’est la « perfide Albion ». D’autant plus que le kaiser Guillaume II est le neveu d’Édouard VII et le cousin du tsar Nicolas II, et le souverain allemand rêverait de nouer une alliance familiale, afin d’écraser la France comme en 1870 et démanteler ses colonies.

« En 1902, la possibilité d’un tel accord est réelle : depuis quelques années, la France et l’Angleterre sont en très mauvais termes politiques, explique l’historien anglais Stephen Clarke, qui explique le contexte dans l’ouvrage de présentation du jeu. Leur rivalité pour conquérir l’Afrique mène d’abord, en 1898, à une confrontation au Soudan. Les Britanniques essaient alors d’ouvrir une route nord-sud entre leur colonie en Égypte et Le Cap en Afrique du Sud. Parallèlement, les Français visaient la création d’une chaîne de colonies entre le Sénégal, sur la côte ouest, et Djibouti, à l’est… »

Ces velléités débouchent sur la crise de Fachoda, nom d’une petite forteresse au bord du Nil, située à 650 km au sud de Khartoum. Les troupes expéditionnaires françaises et anglaises se font face. « Pendant que les diplomates parlementent autour de Fachoda, des navires britanniques manœuvrent devant les ports de Brest et de Bizerte (la Tunisie étant alors une possession française), précise Stephen Clarke. C’est une menace ouverte. Le danger d’une guerre franco-britannique est immédiat… »

L’escalade est évitée de justesse, mais après cet incident, une grande partie de l’opinion publique de l’Hexagone, tout comme bon nombre de parlementaires français, ne veut pas entendre parler d’accord militaire ou diplomatique avec nos voisins d’outre-Manche.

Le souvenir de Fachoda est encore présent en 1904, et une partie de la population voit d’un mauvais œil le rapprochement entre les deux pays. (Illustration : Wikimédia Commons / domaine public)

« Stephen Clarke m’a révélé que la signature de l’Entente cordiale n’a été possible que par la volonté et l’abnégation d’Édouard VII et d’Émile Loubet, et leurs relations construites en amont », explique Michel Becker.

Voyages diplomatiques, entrevues secrètes à l’étranger… Dix ans avant le début de la Première Guerre mondiale, l’Entente cordiale est la première pierre des alliances nouées par la France.

« Face à toute cette histoire, je me suis dit qu’un tel objet ne pouvait pas rester dans l’ombre, poursuit l’artiste. C’est pourquoi j’ai décidé de le remettre sur le devant de la scène. Le meilleur moyen, selon moi, d’une part de l’acquérir – puisqu’il faut quand même le financer – et ensuite de l’offrir aux yeux du public – puisque personne ne l’a jamais vu – était de reprendre le canevas d’une chasse au trésor ! »

Dix ans avant le début de la Première Guerre mondiale, l’accord diplomatique met fin à des siècles de rivalités et d’affrontement entre les deux pays. (Illustration : MEPL / Rue des Archives)
Quelques mois après la signature du traité de l’Entente cordiale, les journaux, anglophobes jusque-là, saluent l’entente franco-britannique face à la montée de l’impérialisme allemand. (Illustration��: Wikimédia Commons)

Une équipe de professionnels et des indices dans un roman

Cette fois-ci, le jeu est organisé dans les règles de l’art. Pour éviter les écueils de la chouette d’or, Michel Becker s’est entouré d’une équipe de professionnels, comme l’explique l’artiste.

« À la différence de Régis Hauser, qui était un homme de marketing pur et qui travaillait seul, j’ai fait appel cette fois-ci à Vincenzo Bianca, un spécialiste de ce genre de jeux qui, avec son agence, a déjà conçu des projets ludiques et créatifs pour des institutions comme le musée du Louvre ou RTBF, la télévision belge, précise Michel Becker. Nous avons travaillé ensemble pour élaborer la trame du jeu et connaissons tous les deux les emplacements. »

Vincenzo Bianca et Michel Becker, instigateurs de cette nouvelle chasse au trésor, ont fait appel à l’expertise de l’historien anglais Stephen Clarke, spécialiste de l’Entente cordiale. (Photo : Éditions de la Chouette d’Or)

Les énigmes s’inscrivent dans un roman, Le trésor des Edrei, un conte dystopique écrit par la jeune autrice Pauline Deysson. L’ouvrage se compose de ce texte, accompagné d’une explication du contexte historique de l’Entente cordiale, rédigé par l’historien Stephen Clarke, ainsi que des illustrations du fameux coffret.

« C’est un bel objet en tant que tel, précise Michel Becker. Pour ceux qui voudront se lancer dans le jeu et mettre toutes les chances de leur côté, ils pourront se procurer en plus une carte interactive ainsi qu’un guide du chasseur de trésor. »

De l’aveu même de Michel Becker, il faudra tout d’abord se plonger dans l’histoire et les illustrations, afin d’en tirer tous les éléments. « L’idée est de pousser les lecteurs à fouiller le texte et son vocabulaire qui peut parfois être déroutant, à examiner en profondeur les œuvres présentées. C’est très pédagogique à une époque où on a plus l’habitude de survoler un texte ou jeter un œil à un tableau. L’idée est d’affûter l’esprit du chercheur ! »

« Ce n’est qu’à ce prix, poursuit-il, que les joueurs auront les éléments pour découvrir les deux éclats de géodes, l’un caché en France, l’autre en Grande-Bretagne, destinés à être regroupés à l’intérieur de l’anneau d’une clé, pour la rendre opérationnelle, afin qu’elle puisse ouvrir le coffre transparent dans lequel repose le trésor… »

Édité dans un premier temps à 50 000 exemplaires, l’ouvrage permettant aux joueurs de se lancer dans la chasse au trésor de l’Entente cordiale sera disponible dès ce jeudi 8 avril. (Photo : Éditions de la Chouette d’Or)
Pour gagner l’objet historique, il faudra résoudre les énigmes disséminées dans le roman imaginé par Pauline Deysson et les illustrations de Michel Becker. Voici l’une d’entre elles, en exclusivité pour l’édition du soir. (Illustrations : Michel Becker)

Le trésor exposé à Rochefort, en Charente-Maritime

En attendant son gagnant, le trophée sera exposé au public d’ici l’été au Lingot d’Art, à Rochefort-sur-Mer (Charente-Maritime). Situé dans l’ancien château d’eau de la ville, l’espace regroupera la galerie d’art de Michel Becker ainsi que le musée de la Chouette d’or, où le public pourra admirer le fameux oiseau de nuit, qui reste à gagner, 28 ans après le début de la chasse au trésor, ainsi que la pièce historique de l’Entente cordiale.

Dernière précision, pour les chasseurs qui envisageraient déjà de sortir pelles et pioches pour aller prospecter, et qui se sentiraient bridés en période de crise sanitaire et en plein Brexit : « Selon moi, on peut bien avancer à partir du livre et des infos glanées sur internet, confie Michel Becker. Mais contrairement à la chouette d’or, les énigmes indiquent un endroit précis. Tant qu’on n’a pas cela, ce n’est même pas la peine de se déplacer ! »

En attendant son futur vainqueur, le coffret sera exposé au public, tout comme la chouette d’or, au Lingot d’Art de Rochefort-sur-Mer (Charente), qui doit ouvrir ce jeudi 8 avril. (Photo : Éditions de la Chouette d’or)